Leipzig-PSG (2-2) : Paris laisse filer deux points inespérés
Leipzig PSG Champions League 03112021
Getty
Malmené par le RB Leipzig mais devant au score jusqu'à la 90e minute, le PSG a finalement concédé le match nul à la RedBull Arena (2-2), ce mercredi.

Le match aller avait donné le ton, le retour n'a fait que confirmer. Entre le RB Leipzig et le Paris Saint-Germain, celui qui gagne n'est pas forcément celui qui attaque ou maîtrise le plus sa copie, mais bien celui-ci qui sait sanctionner chaque erreur de son adversaire. Bousculé d'entrée par des Allemands motivés, le PSG a justement été maître dans ce domaine en première période. Contre vents et marées, les Franciliens ont longtemps su faire preuve de ressources pour renverser le match... avant de craquer. 

Une entame de match catastrophique

Dans une RedBull Arena semblant donner des ailes à ses onze soldats, les hommes de Mauricio Pochettino ont sûrement réalisé leur pire début de rencontre depuis le début de la saison. Désorganisés, bousculés dans les duels et trop empruntés pour tenir le cuir, c'est fort logiquement qu'ils ont concédé le premier but. Comme un symbole, celui-ci a été l'oeuvre de Christopher Nkunku, formé à Paris. À la réception d'un bon centre venu de la gauche, le Français a marqué d'une parfaite tête décroisée (8e).

L'article continue ci-dessous

Dans la foulée, le RB Leipzig a pensé prendre le large, quand l'arbitre de la rencontre a désigné le point de pénalty pour une faute de Danilo sur André Silva (10e). Mais c'était sans compter sur le raté de l'attaquant portugais, incapable de se faire justice lui-même en buttant sur un Gianluigi Donnarumma à l'aise dans cet exercice (12e). Sauvé, le PSG venait de laisser passer l'orage et pouvait enfin entrevoir quelques éclaircies... Dix minutes plus tard, Georginio Wijnaldum fût à la conclusion d'un beau mouvement collectif orchestré par Neymar, poursuivi par Kylian Mbappé et donc terminé par l'international néerlandais, qui n'avait plus qu'à conclure à bout portant (21e).

Gini Wijnaldum PSG 2021

Une égalisation loin d'être méritée, mais ayant le mérite d'inverser le rapport de force. Avant la pause, Georginio Wijnadlum s'est même offert un doublé, concluant de la tête une offrande de son capitaine Marquinhos, lequel est parvenu à sauter plus haut que tout le monde à la suite d'un coup de pied arrêté (39e). Braquage à la française !

Sauvé des eaux, Paris fait le coup de la fuite

Au retour des vestiaires, les locaux ont peiné à mettre les mêmes ingrédients que lors du premier acte. Moins d'impact, moins de projections, moins de pression. Et donc plus de maîtrise pour le PSG, qui a tenté d'endormir la rencontre en faisant baisser le rythme de celle-ci. Néanmoins, gérer laisse toujours place à quelques éclairs. Après l'heure de jeu (64e), Kylian Mbappé l'a merveilleusement rappelé à ses vis-à-vis en déboulant depuis son côté gauche, avant de buter sur une belle parade du portier adverse. Dans la continuité de l'action, Leipzig s'est révolté par l'intermédiaire d'Angelino, dont les tentatives à bout portant ont été déviées par un Marquinhos exemplaire (65e).

La fin de la rencontre n'a guère été des plus enthousiasmantes. Paris, certes bousculé par séquences, n'a pas tant concédé. Jusqu'à la 90e minute de jeu et un duel entre deux titis parisiens. Malmené dans les airs par Presnel Kimpembe, Christopher Nkunku a en effet obtenu un pénalty inespéré. Entré en cours de match, Dominik Szoboszlai n'a pas bronché et s'est chargé de le transformer en force. Comme Leipzig à l'aller, le PSG pourra nourrir des regrets... et devra encore cravacher pour se qualifier.