PSG - LOSC (2-1), un PSG à réaction évite le piège lillois
Angel Di Maria PSG Lille 29102021
Getty
Longtemps malmené, le PSG a réussi finalement à dominer le LOSC à la faveur d’un dernier quart d’heure de haut niveau.

Bien qu’ayant souffert pendant une bonne partie de la rencontre, le PSG a réussi à se défaire du champion de France lillois, ce vendredi au Parc. Alors qu’ils étaient menés, les Franciliens se sont remis dans le sens de la marche au prix d’un sursaut tardif et grâce au talent de leurs individualités. Marquinhos et Neymar sont venus concrétiser cette révolte tardive pour offrir à leur équipe une importante victoire.

Pendant les deux tiers du match, les Parisiens ont en effet méconnaissables et il n’y aurait eu rien d’illogique à ce qu’ils tombent pour la deuxième fois de l’exercice. Heureusement donc qu’il y a eu cette dernière demi-heure plus en adéquation avec le standing de cette formation. Une réaction qui n’aurait cependant pas été possible sans le réveil des stars offensives. Angel Di Maria et Neymar ont été les principaux artisans de ce renversement de scénario.

Di Maria et Neymar ont réveillé Paris

L’égalisation parisienne est survenue à un quart d’heure du terme et fut l’œuvre de Marquinhos. Le Brésilien a cueilli d’une reprise sans contrôle une passe lumineuse de Di Maria. Un premier but parisien et qui fut suivi par un second à la 88e. Di Maria, encore lui, s’est retrouvé cette fois à la finition. Consécutivement à un remarquable une-deux avec Neymar, il trompait Ivo Grbic et offrait la victoire à son équipe. L’inspiration du Brésilien était magnifique et c’est la preuve que son talent reste intact et qu’il suffit d’un déclic pour qu’il renoue brillamment avec ce qu’il sait faire.

L'article continue ci-dessous

Il fallait bien que les stars parisiennes émergent pour que ce PSG puisse refaire surface dans cette partie. Car collectivement cette équipe a montré un visage indigne de son rang. En première période, elle a même été insipide et il n’y avait rien d’illogique à ce qu’elle se fasse punir. Jonathan David est venu sanctionner ses incroyables carences du soir en convertissant une remise en retrait de Burka Yilmaz (31e). Lille prenait l’avantage et c’était totalement mérité, même si Angel Di Maria a aussi été proche de trouver la faille à deux reprises (23e et 40e). Les Dogues étaient devant et ils auraient pu ensuite doubler la mise. Jonathan David a frappé au-dessus à la 57e, après une belle parade de Gianluigi Donnarumma. C'était le tournant de la rencontre.

Messi sorti à la pause

En seconde période, ce fut donc mieux pour Paris. Et ce réveil a curieusement coïncidé avec la sortie de Lionel Messi. Bien qu'aligné en pointe cette fois, le génie argentin a encore produit une prestation bien loin de ses standards et à la mi-temps il a dû céder sa place à cause d’un souci musculaire. Il ne serait pas exagéré de dire qu’il n’a pas trop manqué aux siens, même si son remplaçant Mauro Icardi n’a pas été beaucoup meilleur.

L’ancien intériste a raté deux belles occasions (73e et 85e) au cœur du temps fort de son équipe. Des vendanges qu’il aurait pu amèrement regretter, mais Di Maria et Neymar sont venus pallier à cette ineffciacité. Ils ont rallumé la lumière au Parc et permis au PSG d’aller chercher in-extremis un succès assez flatteur.