Ligue 1 - Mené 2-0, l'Olympique de Marseille obtient le nul face au Stade Rennais (2-2)
Marseille Rennes Florian Thauvin Rami Bensebaini Ligue 1 26082018
Getty
Battu la semaine passée face à Nîmes (3-1), l'Olympique de Marseille a été contraint de partager les points ce dimanche soir, face au Stade Rennais.

Défait face à Nîmes (3-1) la semaine passé aux Costières après sa large victoire inaugurale contre le TFC (4-0), l'Olympique de Marseille entendait repartir de l'avant ce dimanche soir, lors de l'affiche principale de cette 3ème journée de Ligue 1. 

Pour cette rencontre et en attendant l'arrivée annoncée de Kevin Strootman, international néerlandais évoluant à l'AS Roma, Rudi Garcia avait décidé de faire confiance au jeune Boubacar Kamara pour épauler Adil Rami en défense centrale, préféré à l'autre recrue estivale en la personne de Duje Caleta-Car.

Dans le couloir droit de la défense, Bouna Sarr était préféré au mondialiste Hiroki Sakai, tandis que du côté du Stade Rennais, la pépite Ismaila Sarr était alignée dans une position d'avant-centre, alors que Damien Da Silva honorait lui sa première apparition sous ses nouvelles couleurs. 

Des duels, du déchet, et une mi-temps à l'avantage des Rennais

Dans un Stade Vélodrome moins rempli que face à Toulouse il y a deux semaines, le début de rencontre était particulièrement haché entre deux équipes maladroites et accrocheuses, commettant chacune un nombre conséquent de fautes. Dans cette bataille entre ces deux formations avec trois points au compteur en ce début de saison, seul un disponible Ismaila Sarr parvenait à tirer son épingle du jeu, mettant à mal une arrière garde phocéenne empruntée. 

Récompensé par son importante débauche d'énergie, l'ancien joueur du FC Metz formé à Génération Foot provoquait un pénalty incontestable à la 38ème minute de jeu, fauché par Adil Rami, champion du monde avec l'Equipe de France le 15 juillet dernier. Un pénalty transformé sans broncher par Benjamin Bourigeaud, qui trompait en force Yohann Pelé, présent dans la cage marseillaise suite à la blessure de Steve Mandanda. 

Si l'Olympique de Marseille tentait de réagir dans les minutes suivantes, les protégés de Rudi Garcia laissaient presque logiquement des espaces à leurs adversaires du soir, qui ne se faisaient pas prier pour en profiter dans la foulée.

En effet, juste avant la mi-temps, Yohann Pelé était coupable d'une faute de main grossière, qui profitait à Ismaila Sarr, qui n'avait alors plus qu'à conclure cette offrande dans un but entièrement vide. A la mi-temps, Rennes avait déjà fait le break ce dimanche soir. 

Le suspense vite relancé par l'OM en seconde période 

Au retour des vestiaires, Rudi Garcia décidait de faire rentrer le jeune Maxime Lopez au détriment de Boubacar Kamara, moins en vue que lors de ses dernières sorties. Très vite, les olympiens tentaient d'imposer un rythme plus élevé que lors du premier acte, désireux de rapidement réduire le score pour semer le doute dans les rangs adverses. Et il ne leur fallait que peu de temps pour mettre à profit leurs bonnes intentions, puisqu'à la 54ème minute, Lucas Ocampos profitait d'une tête smashée de Luiz Gustavo sur le poteau pour tromper Thomas Koubek, et relancer une partie pourtant mal embarquée. Vingt minutes plus tard, Bensebaini était l'auteur malheureux de l'égalisation phocéenne, trompant son dernier rempart d'une tête hasardeuse, qui se logeait dans le petit filet gauche de Koubek. Tout était à refaire pour les Rennais, tandis que l'OM pouvait de nouveau viser les 3 points. Néanmoins, malgré une légère domination marseillaise en fin de match, le score n'évoluera plus, et les deux équipes étaient contraintes de se quitter sur un match nul frustrant.