Marseille-Lille 1-2 - Lille fait (encore) craquer Marseille
Marseille Lille
Dans la confusion générale, l'OM est retombé dans ses travers en s'inclinant contre un LOSC efficace (1-2). Le succès à Caen est déjà oublié...

Mario Balotelli se souviendra longtemps de sa première au Vélodrome. Le tempétueux Italien voulait de l'action, il en a eu. Mais il n'espérait certainement pas ce dénouement. Tout juste aurait-il pu se servir du scénario pour prendre la posture du sauveur. Bien qu'il n'en ait rien été, la recrue de l'hiver est peut-être la plus exempte de tout reproche dans son propre camp, où beaucoup de monde a perdu ses nerfs - spectateurs compris.

Il suffisait de voir Florian Thauvin étaler toute sa colère en regagnant les vestiaires après un rouge logique pour une faute vilaine à contre-temps (67e), dans la foulée d'une interruption d'un bon quart d'heure après des jets de pétards aux pieds de Kevin Strootman (56e). Avant et après cette interruption, Marseille a été sur courant alternatif, encore.

Bien-sûr, l'issue aurait peut-être été différente si Radonjic n'avait pas vu son but refusé après une position de hors-jeu de Mitroglou dans les premières minutes (3e). Bien organisés sans être flamboyants, les Lillois ont plutôt bien géré leurs temps faibles, même si Soumaoro a été proche du csc à la demi-heure de jeu (29e). Ils ont surtout fructifié leurs temps forts, à la fin de chaque période, grâce à l'inévitable Nicolas Pépé.

L'article continue ci-dessous

Marseille Lille

L'homme fort du LOSC a transformé avec autorité un penalty obtenu juste avant le repos (0-1, 45e+3), avant de définitivement sceller le succès des siens dans les arrêts de jeu après un contre parfaitement représentatif du mode opératoire de son équipe (0-2, 90e+4). Pour l'OM, la mèche était éteinte depuis longtemps, même si Mario Balotelli a bien failli la rallumer sur une reprise pleine d'instinct au ras du poteau (90e+3) avant de débloquer son compteur au bout de la soirée, quand les tribunes était déjà clairsemées (1-2, 90e+6). On le répète, "Super Mario" est certainement le plus exempt de tout reproche, ce soir. Cela n'a pas dû lui arriver souvent.

 

Commentaires ()