Monaco-Strasbourg 1-5 - Laminé par Strasbourg, Monaco coule à nouveau
n
Rapidement réduit à dix, le club de la Principauté n'a pas fait le poids contre une formation strasbourgeoise encore clinquante (1-4).

Il y a des images qui ne trompent pas. Le géant Naldo n'avait rien vécu du calvaire de l'AS Monaco en première partie de saison. On attendait le bonhomme pour sa puissance et son expérience. Mais c'est pourtant lui, quelques minutes après le coup d'envoi de ce match, qui a laissé ses coéquipiers à dix après un tacle en position de dernier défenseur (7e).

On se disait alors que Monaco ne pouvait pas plus mal commencer, mais on n'avait pas vu la suite. Ajorque, qui avait provoqué l'expulsion, à douché Louis-II sur un centre tendu du précis Lala (0-1, 12e), avant que Thomasson ne fasse le break dans la foulée, d'une tête astucieuse, lui aussi à la réception d'un centre, signé Fifana (0-2, 17e).

L'article continue ci-dessous

Sous terre, Monaco a alors réagi à l'orgueil sous l'impulsion de Falcao. Le buteur colombien a vu sa tentative raser le montant (20e) avant de faire mouche sur son deuxième essai deux minutes plus tard (1-2, 22e). Quelque part, ce scénario aurait pu souder les Monégasques, mais une tête de Mitrovic sur la barre juste avant la mi-temps a rappelé toute la problématique du jour (42e).

Exposés tactiquement et fragiles mentalement, les hommes de Thierry Henry ont coulé dans le second acte, où les Strasbourgeois Ajorque et Sissoko se sont presque occupés de tout, le tir enroulé du second après la remise du premier obtenant la plus belle note artistique du soir (1-3, 64e). Comme en première mi-temps, le Racing a marqué coup sur coup et l'inévitable Ajorque a clos son festival par un but venant sceller le succès alsacien (1-4, 68e).

En fin de match, les deux équipes ont terminé à dix contre dix après l'expulsion de Mitrovic mais cela n'a pas empêché les visiteurs de donner encore plus d'ampleur au score, par Fofana, lui aussi dans les arrêts de jeu (1-5, 90e+5). Toutes alignées ce soir, les recrues hivernal de l'ASM étaient au premier plan. Ce naufrage est aussi le leur. Il faudra trouver des ressorts, maintenant. D'autres ressorts, encore. Strasbourg, qui intègre avec brio le top 5, est loin de tout cela...

Commentaires ()