Ligue 1 - Monaco-Amiens : 0-0, les Monégasques ont tout raté devant un public qui a perdu patience
Thomas Lemar Monaco Amiens Ligue 1
Getty Images
Dépossédée de son fauteuil de 2e par l'OL quelques heures plus tôt, l'AS Monaco devait battre Amiens pour le récupérer. Mais Monaco ne répond plus.

35e journée de Ligue 1, au Stade Louis II
Monaco - Amiens : 0-0

La centaine d'Ultras monégasques avait demandé une réaction à l'entrée des deux équipes sur la pelouse du Stade Louis II, à travers une banderole équivoque "Après les mots, les actes, réveillez vous !!!". Un signe que les deux claques à Paris (7-1) et à Guingamp (3-1) n'avaient guère été appréciées. En réponse lors des quarante-cinq premières minutes, les supporters n'ont eu droit qu'à une prestation insipide et inquiétante de joueurs apparus fragiles et sans idées.

Les premiers indices sur la fébrilité de joueurs dans une réelle mauvaise passe n'ont pas mis longtemps à sauter aux yeux, à l'image des relances ratées de Glik (2e, 7e) ou d'une perte de balle dangereuse de Fabinho (4e).

Monaco totalement perdu

Dans une première période disputée sur un rythme très faible, les joueurs du Rocher ont affiché des lacunes criantes dans le jeu, n'ayant pour unique stratégie d'écarter sur les côtés avant de centrer à destination de Falcao. Mais bien muselé dans le jeu aérien par Adenon et Gouano, le Colombien a eu peu d'occasions de se mettre en évidence. Quelques frappes lointaines ont bien tenté de surprendre les joueurs d'Amiens (Boschilia, 26, 34, 37e, Moutinho, 42e) mais sans succès.

Témoin d'une équipe sans solutions, Andrea Raggi a affiché une nervosité palpable, accompagnant les ratés de ses coéquipiers de grands gestes de lamentation et a surréagi aux nombreuses maladresses monégasques, y compris de joueurs pourtant réputés pour leur aisance technique (Lemar, Fabinho, Rony Lopes).

Jardim Monaco Amiens Ligue 1

Le public a perdu patience

Au retour des vestiaires, les Monégasques se retrouvent chahutés par leur public. Dès la 47e minute, après un centre raté du droit, les sifflent s'abattent sur Thomas Lemar. Rebelote dix minutes plus tard après une passe mal assurée. Le public se fait de plus en plus pressant avec ses joueurs et les passes en retrait pour Subasic ne sont guère du goût des spectateurs.

L'article continue ci-dessous

La volée du droit de Kakuta, détournée par Subasic sur son poteau à la 65e, n'a pas tendance à les rassurer tandis que Kevin N'Doram - l'un des rares joueurs de Monaco au niveau ce samedi soir - empêche Konaté de pousser le ballon dans le but vide. Seul frisson dans cette deuxième période, une tête de Touré repoussée sur la ligne par Monconduit (87e), en compagnie de deux cartons rouges infligés à Diakhaby et Gouano, le second ayant réagi à un tacle très dur du premier.

Le dernier mot de la soirée était finalement pour les supporters Monégasques, qui après avoir ouvert les débats à l'entrée des joueurs, accompagnaient leurs joueurs aux vestiaires par une bordée de sifflets. Monaco a perdu gros ce soir : sa deuxième place, désormais propriété de l'OL, et son public, échaudé par les dernières prestations.

Johann Crochet, au Stade Louis II de Monaco.

Commentaires ()