Lille - Montpellier (1-1), les Dogues évitent le pire
Andy Delort Benjamin Andre Lille Montpellier Ligue 1 16042021
Getty
En ouverture de la 33e journée de Ligue 1, le leader du championnat a dû se contenter d’un nul contre Montpellier.

Leader de la Ligue 1, le LOSC a vu ce vendredi sa série de victoires d’affilée prendre fin. A domicile, les Nordistes n’ont pu se défaire de Montpellier. Toutefois, le nul arraché dans cette partie est bon à prendre au vu de la physionomie du match. Avec le point cueilli, les Dogues sont certains de garder la première place à l’issue de cette 33e levée.

Un LOSC longtemps brouillon

Dans cette rencontre, les hommes de Christophe Galtier ont dû courir derrière le score pendant plus d’une heure après qu’Andy Delort ait ouvert la marque pour les visiteurs sur une tête plongeante (21e), suite à un centre millimétré de Gaëtan Laborde. Et à dire vrai, on ne voyait pas comment les Lillois pouvaient recoller à la marque.

S’ils ont été entreprenants en début de partie, avec notamment un tir de Burak Yilmaz (7e) passé tout près du cadre, les Nordistes se sont montrés plutôt timorés par la suite, incapable de prendre à défaut la défense du MHSC. Les alertes sur les buts gardés par le Suisse Jonas Omlin ont même été assez rares.

L'article continue ci-dessous

Benjamin André a trouvé le montant sur une belle frappe à la 58e, et il y a eu ensuite une double opportunité signée Xeka et Jonathan Bamba à la 75e sur lesquelles le portier pailladin s’est parfaitement couché. Mais c’était des tentatives isolées, et non l’aboutissement d’un quelconque temps fort lillois.

Luiz Araujo sauve la mise aux Lillois

Lille n’était donc pas au mieux. Mais, et comme ce fut déjà le cas la semaine dernière contre Metz, cette formation a réussi à se remettre à l’endroit au meilleur moment et en faisant valoir sa force de caractère. A la 85e  minute, Luiz Araujo assurait l’égalisation d’une belle frappe enroulée du droit, après un service parfait de Zeki Celik émanant du côté droit. Le LOSC a égalisé et le LOSC et aurait même pu remporter la mise sur le fil, n’était-ce l’arrêt d’Omlin à la 95e sur un tir croisé de Burak Yilmaz.

Montpellier a donc tenu et c’est tant mieux car une défaite pour les Héraultais aurait été sévère au vu des efforts qu’ils avaient fournis. Les hommes de Der Zakarian se sont beaucoup sacrifiés. Au sens propre, comme au figuré, avec cette horrible blessure subie par Pedro Mendes en début de seconde période (53e). Les ligaments auraient été touchés pour le Portugais.