France-Islande - Éviter le piège pour continuer à rêver
Gettyimages
Un nouveau combat attend les Bleus face à l'Islande, dimanche (21h). La méfiance est là, mais elle ne devra pas les empêcher d'être méthodiques.

Lundi soir, les Bleus ont certainement suivi le film le plus épique de la semaine, mais ils avaient prévu un autre scénario. En éliminant l'Angleterre (2-1), l'Islande a écrit la plus belle page de son histoire et envoyé un message à l'Europe. Cette nation de 320.000 âmes a des vertus qui peuvent renverser des montagnes. Ses forces sont identifiées, comme ses limites, d'ailleurs, mais cela n'enlève rien à son mérite. Contre les Three Lions, les hommes de Lars Lagerbäck ont offert tout ce qu'ils avaient à offrir : une organisation parfaite, une discipline collective remarquable, des lignes resserrées, des longues touches... Oui. Mais aussi une utilisation précieuse du ballon sur leurs contres, loin des clichés qui accompagnent leur style.

C'est sur ces phases précises, à chaque perte de balle, que les Bleus devront redoubler de vigilance. Le co-sélectionneur Lagerbäck ne cache pas le plan qu'il a derrière la tête. "Ils une attitude très offensive et c'est quelque chose qu'on peut utiliser. En football, l’adversaire n’importe pas tant que ça, il faut se concentrer sur ce que l’on fait. Le plus important est ce qu’on va arriver à faire quand on récupérera la balle et que les joueurs adverses seront hors de position. Contre l’Angleterre, on s’est améliorés dans ce domaine, et il va falloir encore s’améliorer contre la France".

Ces Bleus, qui sont donc avertis, doivent donc éviter la mauvaise surprise en jouant leur jeu. Il y a une semaine, face à l'Irlande, ils se sont compliqués la tâche d'entrée. Ce scénario-là est à éviter, même si leurs ressources mentales sont admirables. Tactiquement, Didier Deschamps pourrait reconduire la configuration de la seconde période contre les Irlandais, un 4-2-3-1 (ou 4-4-2) avec Antoine Griezmann dans sa position préférentielle, autour d'Olivier Giroud.

Sans Kanté, suspendu, la paire Matuidi-Pogba devra colmater les brèches devant la défense. Dimitri Payet, en meneur excentré à gauche, aura les clés du jeu, tandis que Moussa Sissoko et Kingsley Coman sont en balance de l'autre côté. Le premier a un profil plus hybride, plus défensif aussi, et très athlétique. Le second peut être une solution idéale quand les lignes s'étireront. Samuel Umtiti, enfin, devrait être lancé dans le grand bain. À l'exception de ce plan à aviser, le décor est déjà planté. 

Le duel à suivre :  Olivier Giroud vs Ragnar Sigurdsson

Depuis le début de l'Euro, Olivier Giroud a toujours fini par prendre le dessus dans les airs. C'est un atout qui comptera dans cette bataille, et qui pourrait permettre à Antoine Griezmann d'exploiter ses déviations. Car en face, l'attaquant d'Arsenal aura du répondant avec Ragnar Sigurdsson. Héroïque défensivement contre l'Angleterre, très solide au duel, et buteur inopiné, Sigurdsson personnifie les qualités de son équipe.

La stat à retenir : 

L’Islande est l’équipe que la France a affrontée le plus souvent sans jamais perdre (8 victoires, 3 nuls). Leur dernière confrontation remonte à mai 2012, les Bleus s’étaient imposés 3-2 après avoir été menés 0-2.

Les compos probables :

 

forme

France
Islande Islande
Commentaires ()