Espanyol - Real Madrid (2-1), un de chute pour le Real
Benzema Real Madrid
Getty Images
Le Real Madrid a concédé ce dimanche sa première défaite de la saison en Liga. Les Merengue sont tombés chez l’Espanyol.

Le Real Madrid n’est plus invaincu dans le championnat espagnol. Et après son revers contre le Sheriff Tiraspol en Ligue des Champions, la formation merengue a concédé un second revers d’affilée. La bande à Ancelotti est tombée contre un promu, l’Espanyol de Barcelone.

Un Real complètement à la ramasse

En Catalogne, les Castillans ont attendu d’être mené par deux buts d’écart pour se mettre à jouer. Auparavant, ils sont restés spectateurs dans cette partie, pensant peut-être que leur nom se suffisait pour obtenir un résultat positif. Or, face à un adversaire accrocheur et soucieux de les faire tomber, cette attitude hautaine ne pouvait que déboucher sur une contre-performance.

L’ouverture du score est survenue à la 17e minute lorsque Raul de Tomas a trouvé la faille d’une reprise de près, à la réception d’un service d’Embarba. Ce dernier s’était déjoué de David Alaba avec une étonnante facilitée.

L'article continue ci-dessous

A 1-0, on pensait le Real touché dans son orgueil et parti pour rendre aux locaux la monnaie de leur pièce. Mais, les Madrilènes ont continué de s’enliser, avec une productivité offensive complètement nulle. Il a d’ailleurs fallu attendre la 50e minute de jeu et une tête non cadrée d’Eder Militao pour les voir se montrer menaçants.

Benzema a sonné la révolte madrilène

Ce fut une réaction isolée, car l’Espanyol est reparti de l’avant ensuite et c’est ce qui a permis à Aleix Vidal de doubler la mise à l’heure du jeu sur un tir croisé. Ça faisait 2-0 et ça aurait pu faire 3-0 si l’ancien Lyonnais Sergi Darder avait mieux négocié son face à face avec Thibaut Courtois à la 64e.

Cette opportunité manquée l’Espagnol a pensé le regretter quand Karim Benzema est venu réduire le score à la 71e, en conclusion d’un exploit individuel. Mais, les Barcelonais ont réussi ensuite à resserrer le verrou et résister aux assauts de leurs opposants. Ils ont tout fait pour assurer cette victoire de prestige. Tandis que leur voisin traverse une profonde crise, eux s’offrent le scalp des Merengue. De quoi bomber le torse dans la ville.