Dijon-Marseille 1-2, Balotelli et l'OM renversent Dijon et enchainent
Getty
Mené au score sur le terrain de Dijon, l'OM s'est remis à sa nouvelle vedette pour signer la révolte et conquérir un deuxième succès d'affilée.

Pour la première fois depuis le mois de novembre dernier, l'OM vient d'aligner deux succès de rang en championnat. Prendre le dessus sur un Bordeaux réduit à dix pendant plus d'une heure puis disposer de Dijon un peu contre le cours du jeu n'a rien de glorieux, mais dans le contexte actuel les Phocéens n'ont pas à faire la fine bouche. Ces six points récoltés en l'espace de trois jours leur font un bien fou et les remettent en selle en vue d'une qualification pour la prochaine Ligue des Champions.

Les Olympiens l'ont emporté, et pour cela ils peuvent surtout remercier Mario Balotelli. L'attaquant italien a marqué son deuxième but sous le maillot ciel et blanc et celui-là n'a pas compté pour du beurre. A la 56e minute, et alors que sa formation était dans le dur, sérieusement bousculée par son hôte du jour, l'ancien Niçois a égalisé en cueillant victorieusement un corner. Ce n'était pas la réalisation de l'année, mais le "grandatakan" marseillais a fait apprécier tout son sens de placement et de finition sur cette action.

L'article continue ci-dessous

Les Bourguignons ont pris un coup derrière la tête avec ce but encaissé. Mais, ils auraient pu immédiatement reprendre l'avantage. A la 64e minute, Jordan Marie a décoché un tir à ras de terre qui filait vers les buts, mais Steve Mandanda s'est bien couché pour éloigné le danger. Présent dans la surface, Wesley Said a tenté de reprendre mais son tir est passé à côté. Ce dernier était moins en réussite que Marie lors de l'ouverture du score à la 18e, quand il a fallu conclure de près après un ballon mal repoussé par le dernier rempart olympien.

Le bijou d'Ocampos

Le DFCO, qui avait aussi vendangé à 1-0 par le biais notamment de Chang (52e), a raté le coche, et il l'a regretté à plus forte raison à la 74e quand Lucas Ocampos est venu nettoyer la lucarne de Bobby Allain d'une remarquable frappe enroulée. L'Argentin réussissait le geste parfait au bout d'une action qui l'était tout autant, avec un crochet en pleine course sur lequel il a mis dans le vent deux défenseurs adverses. Sans but marqué depuis le 26 aout dernier en Ligue 1, l'ex-Monégasque retrouvait le chemin des filets de la plus belle des manières, et c'est peut-être le signe que les choses sont définitivement en train de tourner en faveur des Marseillais.

L'OM a renversé la vapeur et pour Rudi Garcia c'est ce qu'il y a de positif à retenir. Pour le reste, il ne serait pas exagéré de dire que c'est à mettre aux oubliettes. Valère Germain, dont l'entrée en seconde période avec le passage en 4-4-2 a été très utile, l'a reconnu à demi-mot au coup de sifflet final. "On fait une très mauvaise période où on ne jouait pas les uns pour les autres", a-t-il confié sur Canal+ Sport. Une victoire poussive, mais les Marseillais n'en ont que faire et au sortir de cette empoignade c'est en contemplant leur place au classement (5e) qu'ils ressentent surtout de la satisfaction. 

Commentaires ()