Caen-Lyon 2-2 - L'OL continue de perdre du terrain
Dernière mise à jour
Surpris par le combat imposé par le Stade Malherbe, l'OL a dû se contenter d'un match nul pour éviter le pire (2-2). Le doute s'installe.

La douceur de l'été nous avait renvoyé une image de l'OL qui prolongeait ce qu'était cette équipe l'an passé : une machine pas toujours huilée mais incisive, extrêmement offensive, et apte à combler ses lacunes dans le jeu grâce à son talent individuel. Mais plus la saison avance, plus la balance penche de l'autre côté... Sur la pelouse de Caen cet après-midi, rien n'a été fluide pour les Lyonnais, alors que le déroulement du premier acte aurait dû les pousser vers une victoire tranquille.

Un scénario pourtant favorable

Après quelques semaines délicates pour se remettre dans le bain, Nabil Fekir a bien cru mettre les siens sur les rangs d'un succès facile quand son coup-franc parfait a transpercé le mur caennais, juste avant la pause (0-1, 45e). Avant cela, Caen avait fait valoir ses armes sans complexes, notamment sous l'impulsion du remuant mais parfois brouillon Casimir Ninga. Par deux fois, l'ancien Montpelliérain a semé la pagaille dans la défese lyonnaise. Sur la première, il a buté sur Lopes (8e). Et sur la seconde, Fajr, qu'il avait bien décalé, s'est cassé les dents sur le gardien lyonnais (41e).

Les Normands ont néanmoins eu le mérite de ne rien lâcher, malgré les vents contraires. Dès le retour des vestiaires, Claudio Beauvue a obtenu un penalty après une faute de Ferland Mendy - penalty qu'il s'est chargé de transformer avec autorité (1-1, 53e s.p.). Quelques minutes plus tard, Alexander Djik, auteur d'un coup de pied très dangereux sur Nabil Fekir, a laissé ses coéquipiers à dix.

Ce fait de jeu a été un nouvel appel à la victoire pour l'OL, mais les hommes de Bruno Genesio ont décidément l'art de se compliquer la vie. Trop facile, à l'image de Bertrand Traoré (69e), les Gones se sont fait surprendre sur un coup-franc indirect repris par Prince Oniangué, où Marcelo a confirmé ses difficultés du début de saison (2-1, 73e). Dans ce qui ressemblait à un marasme, l'OL a fini par se révolter. Samba a fait un miracle devant Corner, mais il a dû s'incliner sur un bel exploit individuel de Mendy (2-2, 89e). Ultime coup dans ce match étrange. L'OL repart avec un point et quelques doutes en plus.

Commentaires ()