VAR : ces moments de l'histoire du foot où l'assistance vidéo à l'arbitrage aurait été utile...

Getty
Le Real s'est imposé lors de sa première manche contre l'Ajax (1-2) grâce à la VAR. Retour sur ces moments marquants qui auraient mérité la VAR.

  1. Getty

    Geoff Hurst - Finale de la Coupe du monde 1966

    L'Angleterre et l'Allemagne sont de vieux ennemis, c'est bien connu. Et pour ceux qui ne le savent pas, leur rivalité trouve son origine dans l'un des moments les plus emblématiques de l'histoire de la Coupe du monde.

    En 1966, la finale du Mondial oppose les Anglais à l'Allemagne de l'Ouest. Le score est de 2-2 lorsque Geoff Hurst frappe à la onzième minute de la prolongation. Le ballon semble rebondir sur la ligne de but après avoir touché la barre transversale. L'arbitre suisse Gottfried Dienst valide le pion. Hurst marque également son troisième but de la finale (4-2) plus tard, permettant à l'Angleterre d'obtenir son premier et unique titre mondial. Sur les images vidéo, il est extrêmement difficile de voir si le ballon a franchi la ligne ou pas. Des scientifiques de l'Université d'Oxford ont effectué des recherches en 1996, trente ans plus tard, et les conclusions confirmaient l'impression des Allemands. Ce but crucial n'aurait pas dû être accordé...
  2. Getty Images

    Battiston et Schumacher - Coupe du monde 1982

    Séville. 1982. Le match le plus marquant de l'histoire du football français pendant des décennies. Patrick Battiston est un des meilleurs défenseurs de sa génération, mais il est surtout connu pour avoir été victime d'une sortie assassine de l'infame Harald Schumacher. Mis sur orbite par Michel Platini, le Français se fait téléscoper par le portier allemand. Il y laisse deux dents, des vertèbres du cou et une colonne vertébrale endommagée après un coma sur la pelouse.

    Les Bleus menaient 3-1 à ce moment-là du match, avant le dénouement que l'on sait (égalisation de la RFA et victoire allemande aux tirs aux buts). Charles Corver, l'arbitre néerlandais du match, n'avait même pas sifflé faute. La VAR aurait certainement entraîné l'expulsion directe du gardien allemand et de sérieuses sanctions pour la suite de sa carrière...

  3. Getty Images

    Diego Maradona - La "main de Dieu"

    Le moment le plus célèbre de cette liste, clairement. Lors de ce quart de finale de Coupe du monde entre l'Argentine et l'Angleterre, Diego Maradona, à la réception d'un centre en cloche, pousse le ballon ouvertement de la main au fond des filets. L'arbitre tunisien Ali Bin Nasser pensait qu'El Pibe de Oro avait marqué avec la tête. Après cette Coupe du monde 1986 remportée par les Argentins - que Maradona avait porté tout au long du tournoi - cet arbitre n'a plus jamais officié dans un match de la compétition. La "main de Dieu", elle, continue de traverser les époques comme un geste aussi mythique que roublard...
  4. Byron Moreno

    Le drame de l'Italie en 2002

    Guus Hiddink est devenu un héros en Corée du Sud lorsqu'il a mené la nation en demi-finale du Mondial 2002, d'autant que la Corée était le pays organisateur de la Coupe du monde 2002 avec le Japon. Jusqu'ici, l'histoire est belle, mais la victoire face à l'Italie en huitième de finale a offert son lot de controverses. L'arbitre Byron Moreno avait expulsé Francesco Totti pour une supposée simulation alors que la légende de la Roma avait été touchée dans la surface. Plus tard, un but pourtant valable de Damiano Tommasi a également été refusé à tort pour hors-jeu.

    Cela aurait dû être un but en or - finalement été inscrit par le Sud-Coréen Jung-hwan Ahn, joueur de Pérouse à l'époque - qui n'a même pas pu retourner dans son club après la vague de colère en Italie. Pour la petite histoire, l'arbitre equatorien de ce match a été condamné à deux ans et demi de prison en septembre 2011, parce qu'il avait été pris une année auparavant à l'aéroport de New York avec six kilogrammes d'héroïne.

  5. Getty Images

    Le but fantôme de Luis Garcia

    L'ancien manager de Chelsea, José Mourinho, est convaincu que le but décisif de Luis Garcia en demi-finale de la Ligue des champions en 2005 n'aurait pas été validé si la technologie avait été disponible à cette époque. Après un match aller sans but à Stamford Bridge, l'Espagnol a ouvert le score après quatre minutes. Sur le ralenti, il est difficile de voir si le défenseur de Chelsea, William Gallas, a dégagé le ballon avant qu'il ne franchisse la ligne. Le fait est que l'arbitre Lubos Michel a approuvé ce but - déterminant avant la plus belle finale européenne de l'histoire à Istanbul, opposant les Reds à l'AC Milan.
  6. Getty Images

    Chelsea vs Barcelone - Champions League 2009

    "Parfois, vous n'avez pas le niveau que vous devriez obtenir en tant qu'arbitre". Tom Henning Øvrebø a admis quelques années plus tard que ses décisions douteuses avaient permis à Chelsea de se qualifier pour la finale de la Ligue des champions en 2009. Après une première manche nulle et vierge au Camp Nou, les Blues étaient sur le point de gagner lorsque Mikael Essien a trouvé le chemin des filets d'une volée canon à mi-distance. Mais Øvrebø a ensuite refusé d'accorder un penalty aux Blues, qui se sont faits rejoindre sur un but légendaire d'Andrés Iniesta. En finale, les Catalans étaient trop forts pour Manchester United.
  7. BBC

    Thierry Henry face à l'Irlande, 2009

    Aujourd'hui encore, l'amertume est palpable dans la voix de Thierry Henry quand il évoque cet épisode. Les Bleus disputent les prolongations de leur barrage retour contre l'Irlande et sont dominés de la tête et des épaules lorsque leur buteur, sur une action anodine, s'aide de la main pour ramener le ballon et permettre à William Gallas de sauver la nation. Les joueurs, le peuple Irlandais et l'ensemble des médias crient au scandale. Thierry Henry essuye une pluie de critiques, y compris en France. Ce qu'il ne digérera pas.
  8. Getty

    Frank Lampard - Coupe du monde 2010

    L'une des erreurs les plus flagrantes de l'ère moderne du jeu. En huitième de finale du Mondial 2010, l'Angleterre est menée 2-0 par l'Allemagne lorsque Matthew Upson permet aux Three Lions de reprendre espoir. Dans la foulée, Frank Lampard déclenche un missile qui heurte la barre et rebondit derrière la ligne de façon assez nette. Mais l'arbitre uruguayen Jorge Larrionda et ses assistants refusent ce but évident. L'Angleterre ne s'en remettra pas. Thomas Müller inscrira deux nouveaux buts pour la Mannschaft, qui compostera son ticket sur un score large (4-1).

  9. Getty Images

    Nigel de Jong vs Xabi Alonso - Coupe du monde 2010

    Howard Webb aurait aimé disposer du VAR lorsqu'il a officié lors de la finale de la Coupe du monde opposant les Pays-Bas à l'Espagne en 2010. L'Anglais a admis plus tard qu'il aurait dû expulser Nigel de Jong pour un coup de pied immonde du milieu néerlandais dans le torax de Xabi Alonso.

    Webb avait distribué quatorze cartons jaunes à Johannesburg, dont deux pour John Heitinga - les Oranje terminant tout de même à dix pour l'ensemble de leur oeuvre avant le sacre de la Roja au bout de la nuit sur un but d'Iniesta. L'Anglais décrira cette finale comme les deux heures les plus difficiles de sa carrière d'arbitre. Il est à présent le directeur général de la Professional Arbit Organization, la fédération des arbitres des compétitions des États-Unis et du Canada, ce qui lui a permis de contribuer à l’introduction de la VAR en Major League Soccer. L'ardoise est effacée...
  10. Kiessling, buteur prestidigitateur

    L'un des buts les plus bizarres de l'histoire de la Bundesliga. Stefan Kiessling s'est vu accorder un but lors d'un match avec le Bayer Leverkusen contre Hoffenheim. Mais son tir - non cadré - avait terminé au fond des cages à cause d'un trou dans le filet ! Et l'arbitre de la rencontre a accordé le but en question... Hoffenheim, qui a perdu en partie à cause de ce but-fantôme, a demandé à ce que le match soit rejoué. Felix Brych, lui, a reconnu son erreur évidemment. "Je pensais que le ballon partait bien et je l'ai perdu de vue, car quelqu'un marchait devant moi, puis j'ai vu que le ballon était dans le but...".
  11. Getty Images

    Gibbs sanctionné à la place d'Oxlade-Chamberlain

    Pour sa millème sur le banc d'Arsenal, Arsène Wenger a vécu un cauchemar à Stamford Bridge, en 2014, en s'inclinant 6-0 contre Chelsea.
    Les Blues menaient déjà 2-0 quand Alex Oxlade-Chamberlain a effectué une main juste devant sa ligne de but. Ce n'est pourtant pas l'attaquant actuel de Liverpool, mais le défenseur Kieran Gibbs que l'arbitre André Marriner a expulsé. Arsenal a fait appel avec succès par la suite, car le ballon n'aurait pas pénétré dans le but. Gibbs et Oxlade-Chamberlain ont été blanchis, tout comme Marriner....