Goal.com - Accueil

thumbnail Bonjour,
Toulouse FC

Fondé en: 1937

Adresse: 1, allee Gabriel Bienes - BP 4023 France

Téléphone: 0892 70 4000

Fax: 05 61 53 55 67

Email: bootic@tfc.info

Adresse Internet: http://www.tfc.info

Président: Olivier Sadran

Directeur: Jean-François Soucasse

Stade: Stadium Municipal, Toulouse

Histoire du club

Les débuts du TFC
Le Toulouse FC moderne existe depuis mai 1970 avec la fondation de l'US Toulouse. Ce club n'a rien à voir avec le Toulouse FC fondé en 1937 qui vend tous ses joueurs (jeunes inclus !) ainsi que son droit d'évoluer en D1 au club parisien du Red Star en 1967. Le Red Star adoptera d'ailleurs un temps le nom de Red Star Football-Club.

Après cette absorption du TFC par le Red Star en 1967, Toulouse reste orpheline d'un club de haut niveau pendant trois saisons. En 1970, sous l'impulsion de Lilian Buzzichelli (président du « Buzzichelli-Leva-Sports », l'une des meilleures formations corpos du pays) et avec l'aide de nombreux industriels de la région, l'US Toulouse est fondée le 25 mai 1970. Les couleurs adoptées sont le rouge et le blanc. La mairie de la ville rose met à la disposition du nouveau club l'enceinte du Stadium. Pour s'assurer une base solide, l'UST absorbe les Cadets de Gascogne et l'AS Mermoz-Bonnefoy. Just Fontaine rejoint le club en qualité de découvreur de talents. José Farias est recruté au poste d'entraîneur joueur. Sur la base de tous ces atouts, la Fédération invite l'UST à participer au championnat National (D2) en 1970-71. Le club s'établit durablement en D2 et y mène une existence de milieu de tableau, sans ambition ni crainte (3e du groupe B en 1974). En 1977, sous l'impulsion du nouveau président Daniel Visentin, le nom de Toulouse FC est repris, le club prend ses couleurs actuelles (violet et blanc), et une politique de recrutement ambitieuse commence (Pierre Cahuzac, Robert Pintenat, Stéphan D'Angelo, Laszlo Balint, Merry Krimau, Robert Rensenbrink, Jean-Luc Vinuesa, Léon Maier, Jean-Philippe Durand, mais aussi un jeune local talentueux, Jean-Luc Sassus) avec la Division 1 pour objectif. Les étés 1979 et 1980 sont même organisés deux tournois internationaux au Stadium, voyant la victoire du Bayern de Munich, puis de Saint-Etienne. Le TFC nouveau monte rapidement en puissance, échouant en barrages face à Tours en 1981 (0-1, 2-2) avant de retrouver enfin la D1 en 1982.

Au cours des saisons suivantes, le TFC s'offre un recrutement de gros calibre (Bergeroo, Christophe, Domergue, Ferratge, G. Lacombe, Lopez, Marcico, Roussey, Soler, Stopyra, Tarantini, etc.) pour asseoir sa place en D1 puis viser rapidement l'Europe. Sous l'impulsion du Suisse Daniel Jeandupeux puis celle, plus énergique, de Jacques Santini, les résultats suivent en dents de scie : 11e en 1983, 5e en 1984, 11e en 1985, 4e en 1986 avec enfin la qualification pour la Coupe UEFA. Dans cette compétition, le TFC fait sensation en éliminant au premier tour le Naples du grand Diego Maradona (0-1, 1-0, t.a.b.), le Pibe de Oro lui-même manquant le tir au but décisif dans un Stadium en folie. L'aventure européenne s'achève hélas au tour suivant face au Spartak Moscou (3-1, 1-5). En 1986-87, Toulouse réalise cependant sa meilleure saison à ce jour, terminant 3e en Championnat et se qualifiant de nouveau pour l'UEFA. L'année suivante, et malgré une peu glorieuse 13e place en D1, le TFC élimine les Grecs du Panionios au premier tour (5-1, 1-0) avant de s'incliner en seizièmes de finale (1-1, 0-1) face aux Allemands du Bayer Leverkusen qui remporteront l'épreuve cette année-là.

Ascenseur pour l'enfer
La fin des années 80 voit le TFC arriver en fin de cycle : les grands noms quittent le club, de même que Santini dont le style exigeant ne fait plus l'unanimité. Le déclin est inexorable et Toulouse descend en Division 2 en 1994. Tout au long des années 90, l'ascenseur entre D1 et D2 est de règle sur fond de situation financière précaire. Le drame éclate finalement en juillet 2001 : relégué en D2 sur le terrain, le TFC se voit rétrogradé d'un rang supplémentaire pour raisons financières par la Direction Nationale du Contrôle de Gestion (DNCG) de la Fédération. Le club se transforme de SAOS en SASP et repart en National, quasiment de zéro, sauvant toutefois son statut professionnel et donc son centre de formation.

La renaissance
Autour du gardien-capitaine Revault et des défenseurs Stéphane Lièvre et William Prunier restés fidèles à leurs couleurs, une génération de jeunes formés au club endosse le maillot violet avec l'objectif de remonter en Ligue 2 le plus rapidement possible. Les Pitchouns dépassent toutes les espérances et réalisent l'exploit sensationnel de remonter de deux divisions en deux ans avec un effectif presque inchangé, retrouvant la Ligue 1 en 2003. Après deux saisons de stabilisation en L1 et un recrutement ambitieux (Laurent Batlles, Bryan Bergougnoux, Stéphane Dalmat, Daniel Moreira, etc.), le TFC annonce viser une place durable dans le haut du tableau à court terme et la qualification pour l'Europe à moyen terme. La saison 2005-06 ne répond cependant pas aux espérances, le club étant rapidement éliminé de toutes les coupes nationales et terminant dans le bas du tableau en Ligue 1. Élie Baup s'engage au poste d'entraîneur pour trois ans en mai 2006 en remplacement d'Erick Mombaerts, désormais en charge des questions sportives et de formation, puis le président Sadran recadre les ambitions du club à la baisse et fixe l'objectif 2006-07 « entre la huitième et la douzième place » en Championnat. Après un excellent début de saison suivi d'une nette baisse de régime à l'automne, le TFC réalise des résultats exeptionnels en ce début d'année 2007 (meilleure équipe des matchs retours avec 7 points d'avance !), et se retrouve deuxième du championnat de Ligue 1 après 32 journées, ce qui n'était plus arrivé à cette époque depuis 1954.

L'année suivante en Championnat, le TFC continue sur la lancée de la saison 2006-2007, avec un nouvel entraîneur, Alain Casanova et une équipe complètement renouvelée due à de nombreux départs (Douchez, Elmander, Emana entre autres). Grâce notamment à l'excellente forme de son gardien Cédric Carrasso et l'éclosion d'un buteur de classe internationale, André-Pierre Gignac, le TFC réalise un beau parcours en coupe de France (élimination contre Guingamp en demi-finales) et termine en quatrième position lors de la saison 2008-2009, synonyme de qualification pour l' Europa League. Le début de la campagne européenne 2009-2010 est endeuillé par le décès d'un supporter, Brice Taton, battu à mort par des hooligans serbes[6].La fin de cette campagne ne sera pas mieux puisque le TFC se fera battre par le club de Bruges alors que la victoire était obligatoire pour sortir des phases de poules.

Source : Wikipédia

Matches
  • Derniers
  • Prochains
Lig1 Toulouse - OL 23/04/14 18:30 CEST
Lig1 Montpellier - Toulouse 26/04/14 15:00 CEST
Lig1 Toulouse - Nantes 04/05/14 15:00 CEST
Lig1 Guingamp - Toulouse 10/05/14 15:00 CEST
Lig1 Toulouse - Valenciennes FC 17/05/14 15:00 CEST
  
Les plus discutés
Meilleurs buteurs
Joueur Buts Penalties
Wissam Ben Yedder Wissam Ben Yedder
Milieu de terrain
Toulouse
13 1
Martin Braithwaite Martin Braithwaite
Attaquant
Toulouse
8 1
Serge Aurier Serge Aurier
Défenseur
Toulouse
6 0
Eden Ben Basat Eden Ben Basat
Attaquant
Toulouse
5 0
Issiaga Sylla Issiaga Sylla
Défenseur
Toulouse
3 0