Goal.com - Accueil

thumbnail Bonjour,
Bordeaux

Fondé en: 1881

Adresse: Rue Joliot Curie, 33187 Le Haillan Cedex France

Téléphone: 00 33 892 68 34

Fax: 00 33 556 28 83

Email: contact@girondins.com

Adresse Internet: http://www.girondins.com

Président: Jean-Louis Triaud

Directeur: Alain Deveseleer

Stade: Stade Chaban Delmas, Bordeaux

Histoire du club

Le club omnisports des Girondins de Bordeaux est créé le 1er février 1882 ou le 1er octobre 1881, selon les sources. Il s'agit, au départ, d'une « société de Gymnastique et de Tir ». Ce n'est qu'en 1910, sous la pression de Raymond Brard, qu'une section football voit le jour au sein des Girondins. Cet essai ne dure qu'une saison mais reprend en 1919. Lors du premier match officiel des Girondins en septembre 1919, la section football compte 24 licenciés. Les Girondins fusionnent quelques semaines plus tard avec l'Argus Sport. C'est ce petit club qui transmet aux Girondins ses couleurs Marine et Blanc. Le nombre des licenciés de la section football passe alors à 70.
Les Girondins accèdent au statut professionnel en 1937. Avant cette date, la cité girondine comptait deux clubs professionnels : le Sporting Club de la Bastidienne (1933-1934) et le Club Deportivo Espagnol de Bordeaux (1933-1934). Ces deux clubs sont contraints de fusionner en 1934-1935 sur ordre de la Fédération au nom du principe "une ville, un club" et forme le FC Hispano-Bastidienne. Cette union contre-nature casse au bout d'une saison. Bordeaux reste orpheline d'un club professionnel pendant deux saisons. Champion de France Amateurs en 1937, les Girondins accèdent alors au statut professionnel.
Les Girondins remportent leur première Coupe de France en 1941 en s'imposant en finale face à Fives 2-0. Il faudra attendre... quarante-cinq ans pour voir les joueurs au scapulaire soulever de nouveau la Coupe après six finales perdues entre-temps.
Le 7 mai 1950, les Girondins sont sacrés champions de France de D1 douze mois après leur promotion parmi l'élite, première équipe à réaliser cet exploit, et alors qu'ils disputent deux fois la finale de la Coupe Latine à Lisbonne la même année... face au Benfica. L'entraîneur André Gérard est l'une des grands artisans de ce titre. Sous sa conduite, Bordeaux muscle son jeu et devient "l'imprenable forteresse". Parmi les attaquants, trois noms se détachent : De Harder, Kargu et Libar.
La solidité jamais récompensée des années 60 (l'époque des Montès, Chorda, Couecou, ou autres Simon) fait place à un lent déclin dans les années 70. Malgré l'éclosion de futurs internationaux (Gallice, Bergeroo, et surtout Giresse), le club végète dans le ventre mou de la Division I, luttant parfois pour le maintien. Tout change avec l'arrivée à la présidence de Claude Bez en 1979. À coups de millions, celui-ci recrute une pléthore d'internationaux (Lacombe, Sahnoun, Gemmrich, etc.) et fait de Bordeaux, sur le papier, un rival crédible des Nantes, Saint-Étienne, ou Strasbourg qui sont alors les ténors du football français.
La saison 1979-80 manque de peu de tourner au désastre. Après un début de saison catastrophique (relégable après 13 journées) sous la férule inefficace de l'entraîneur argentin Luis Carniglia, Claude Bez embauche pour une « pige » de neuf mois Raymond Goethals, auréolé de ses succès européens avec Anderlecht et sous qui l'inimitable « Raymond-la-Science » de l'OM perce déjà. Les Girondins redressent la barre et terminent sixièmes, tournant sous Goethals au même rythme que le champion Nantes malgré le tragique décès (crise cardiaque) d'Omar Sahnoun à l'entraînement en avril 1980. La grande aventure des Marine et Blanc est lancée.
Durant toutes les années 80, les Girondins seront l'équipe-phare du football français sous la baguette d'Aimé Jacquet (déjà) que Bernard Lacombe a convaincu Claude Bez d'engager à l'été 1980. Les Marine et Blanc raflent trois titres, deux Coupes de France, et se qualifient chaque année pour l'Europe. Une pluie d'internationaux français et étrangers (Dropsy, Bracci, Domenech, Thouvenel, Specht, Tusseau, Trésor, Battiston, Girard, Tigana, Touré, Genghini, Soler, Zénier, Pantelic, Kourichi, Chalana, Dieter Müller, Reinders, les jumeaux Vujovic, etc.) vient poser son sac à Lescure autour de l'emblématique Giresse. Ainsi armés, les Girondins manqueront de peu la consécration européenne par deux fois, échouant d'un souffle en demi-finale de la Coupe des Champions en 1985 face à la Juventus de Platini (0-3, 2-0) puis en demi-finale de la Coupe des Coupes en 1987 face au Lokomotive Leipzig (0-1, 1-0, tirs au but). Pendant ces années fastes, Bordeaux fournit aussi à l'équipe de France l'ossature des légendaires vainqueurs de l'Euro 1984 et demi-finalistes des Coupes du Monde 1982 et 1986.
Plus dure sera la chute... L'usure du pouvoir se fait sentir à tous les échelons à la fin des années 80. La force qui monte s'appelle alors l'OM de Bernard Tapie, qui, grâce à ses moyens financiers (et aussi ses appuis dans le monde de la politique...) oppose à Claude Bez une irrésistible surenchère. Le départ pour Marseille de Giresse, Girondin de toujours, sonne comme un symbole cruel de ces temps nouveaux. Le club a beau faire valser les entraîneurs (quatre en deux saisons après le licenciement de Jacquet en 1989) et les joueurs à coups de dettes toujours plus importantes, la roue tourne inexorablement. Après une dernière saison à bout de souffle (dixièmes), la Fédération abat le couperet en 1991 : les Girondins sont rétrogradés d'office en Division 2 pour raisons financières.
La remontée est immédiate et les Girondins, appuyés par une série de partenaires solides (Alain Afflelou puis M6), se rétablissent rapidement à un bon niveau, retrouvant fréquemment l'Europe. Malgré un titre en 1999 et des coups d'éclat occasionnels tels que la qualification pour la finale de la Coupe de l'UEFA en 1996 (défaite face au Bayern Munich 0-2, 1-3 après avoir éliminé le Milan AC de Berlusconi 0-2, 3-0 en quarts avec notamment Christophe Dugarry, Bixente Lizarazu et Zinedine Zidane), le club n'a toujours pas retrouvé son lustre des années 80. En 2006, les Girondins, entraînés avec talent par l'ancien international brésilien Ricardo, ont cependant terminé deuxièmes de la Ligue 1 et se sont ainsi qualifiés pour la Ligue des Champions, ce qui représente leur deuxième participation a la compétition-phare européenne depuis la saison 1999/2000.

Après une phase de deux années difficiles, les Girondins renouent avec les victoires durant la saison 2005-2006 en terminant deuxièmes derrière l'ogre que représente l'Olympique lyonnais. Les Bordelais retrouvent la Ligue des Champions après deux ans d'absence en coupe d'Europe. Cette remontée surprise est due au changement d'entraîneur (Ricardo remplace Pavon) et au discret mais excellent recrutement d'intersaison pendant l'été 2005.


Après leur belle saison 2005-2006, les dirigeants girondins se sont plongés dans les transferts. Ils veulent garder tout l'effectif, ce qui paraît tout de même difficile. L'international français Johan Micoud, en provenance du Werder Brême (Allemagne) est recruté par le club. Seulement le budget qui avoisinerait les 10 millions d'euros semble limiter les ambitions bordelaises. Cependant on peut faire confiance à Ricardo, qui s'il tient ses promesses, malgré la faiblesse financière de Bordeaux dans le football moderne, avait promis de s'attaquer au titre de champion des la saison 2006-2007, c'est tout le mal qu'on lui souhaite. Car cette ville rêve de retrouver son lustre d'antant, celle de place forte du football français.

Après une saison 2006-07 mitigée en championnat et en Ligue des Champions, où elle n'a pu passer le premier tour, l'équipe des Girondins renoue avec le succès en remportant, le 31 mars 2007, la Coupe de la ligue pour la deuxième fois de son histoire contre l'Olympique lyonnais grâce à un but du défenseur Henrique sur un corner de Micoud à la 89e minute de la rencontre. C'est le premier trophée de Bordeaux depuis 2002 et il leur permet d'assurer la qualification pour la Coupe UEFA pour la saison 2007-08.


En 2007-08, les Girondins de Bordeaux ont atteint la deuxième place au terme d'une saison aux talons de Lyon. Ils battent ainsi le nombre de record de points du club avec 75 points et sont qualifiés pour la Ligue des Champions session 2008-09.


Lors de la saison 2008-09, Bordeaux gagne le Trophée des Champions en battant Lyon aux tirs aux buts. Grâce à ce succès, les Girondins deviennent le quatrième club français à avoir remporté au moins une fois tous les trophées nationaux (Championnat de France, Coupe de France, Coupe de la Ligue et Trophée des Champions), après l’Olympique lyonnais, l’AS Monaco et le Paris Saint-Germain. La même saison, le club remporte sa troisième Coupe de la Ligue face à Vannes, devenant le club ayant le plus de victoires à cette compétition (à égalité avec le Paris Saint-Germain.)

À la lutte avec Marseille, le club termine sa saison de Ligue 1 avec une série impressionnante de onze victoires d'affilée, nouveau record national (le précédent record de 10 victoires consécutives était également codétenu par Bordeaux), pour devenir champion le 30 mai 2009 sur le terrain de

Lors de la saison 2009-10, les Girondins remportent pour la seconde année consécutive le Trophée des Champions en battant l'EA Guingamp 2-0 au stade olympique de Montréal devant 34068 spectateurs.

Le 30 août 2009, Marseille met fin à la série de victoires consécutives des Girondins de Bordeaux après un match nul 0-0 au Stade Vélodrome . Ce record s'établit donc à quatorze succès d'affilée soit le quatrième européen derrière l'Inter Milan (17), le Bayern Munich et le Real Madrid CF (15).

Le samedi 3 octobre 2009, les Girondins s'inclinent (3-1) face à Saint-Étienne, stoppant ainsi leur série à 18 matchs sans défaite. Ils étaient invaincus en championnat depuis le 7 mars 2009. Mais au soir de la 12ème journée de championnat, Bordeaux poursuit néanmoins sa série de victoire consécutive au Stade Chaban Delmas qui compte désormais 13 unités. C'est Valenciennes qui mettra fin à l'invincibilité à domicile des Girondins (39 matchs sans défaite) en les battant 1-0 le 21 novembre.

La saison 2009-2010 est la meilleure des Girondins en Ligue des champions. L'équipe de Laurent Blanc réussit notamment à battre la Juventus de Turin, le Bayern Munich et termine première de sa poule. Après avoir battu l'Olympiakos le Pirée en huitième de finale, les Bordelais établissent un record national dans cette compétition en alignant sept victoires consécutives. Privés de leur capitaine Alou Diarra pour le match aller suite à son exclusion en huitième de finale, les bordelais se font éliminer par l'Olympique lyonnais de Hugo Lloris sur le score cumulé de trois buts à deux. Cet été, Jean Tigana remplace Laurent Blanc au poste d'entraineur et espère emmener le club vers de nouveaux sommets.

 

source : www.wikipedia.org

Matches
  • Derniers
  • Prochains
Lig1 Lille - Bordeaux 26/04/14 15:00 CEST
Lig1 Valenciennes FC - Bordeaux 04/05/14 15:00 CEST
Lig1 Bordeaux - Marseille 10/05/14 15:00 CEST
Lig1 Monaco - Bordeaux 17/05/14 15:00 CEST
  
Les plus discutés
Meilleurs buteurs
Joueur Buts Penalties
Cheick Tidiane Diabaté Cheick Tidiane Diabaté
Attaquant
Bordeaux
11 1
Jussiê Jussiê
Attaquant
Bordeaux
10 3
Henri Saivet Henri Saivet
Attaquant
Bordeaux
8 2
Henrique Henrique
Défenseur
Bordeaux
4 0
Nicolas Maurice-Belay Nicolas Maurice-Belay
Milieu de terrain
Bordeaux
3 0