Unai Emery peut-il lâcher son immuable 4-3-3 ? Voici les options à sa disposition

PartagerFermer Commentaires
Depuis son arrivée à Paris l’été dernier, Unai Emery s’est largement appuyé sur un système en 4-3-3. A-t-il des raisons d’en changer cette saison ?

Unai Emery n’a pas chamboulé les habitudes parisiennes. Depuis son arrivée dans la Capitale, le technicien basque a perpétué la tradition du système cher à Laurent Blanc. Le milieu à trois composé de Blaise Matuidi, Thiago Motta et Marco Verratti a été plébiscité par les deux entraîneurs cinq saisons durant. En 61 matches toutes compétitions confondues, l’Espagnol s’est également largement appuyé sur ces éléments. Il a aligné un 4-3-3 à 55 reprises, seulement 6 en 4-2-3-1. Depuis le début du championnat, plusieurs éléments nouveaux sont venus modifier les contours de l’effectif du coach parisien par rapport au dernier exercice. L’arrivée de Neymar, le départ de Matuidi vers la Juventus et la préparation réussie de Javier Pastore sont autant d’éléments qui viennent redistribuer les cartes. De là à imaginer un changement de système ?

Le plus offensif : 4-2-3-1

Si l’on considère l’actuel 4-3-3 proposé par Emery, le 4-2-3-1 est, sur le papier, le plus porté vers l’avant. Avec la pléthore de joueurs offensifs dont dispose le coach parisien, il pourrait être tenté d’aligner un système qu’il a utilisé et maîtrisé à Séville. Un quatuor Neymar-Pastore-Di Maria-Cavani a de quoi faire saliver toute l’Europe. Draxler et Lucas feraient office de remplaçants de choix. Pastore prendrait alors le rôle de meneur de jeu, si toutefois il parvenait à confirmer son bon début de saison et s’il se débarrassait enfin de ses pépins physiques. Ajoutons à cela deux latéraux qui n’hésitent pas à multiplier les montées pour proposer un jeu clairement orienté vers l'attaque.

4-2-3-1 possible PSG

Le plus équilibré : 4-3-3

Le 4-2-3-1 proposé ci-dessus est un modèle du genre, offensivement. Pour l’équilibre en revanche, cela peut s’avérer plus compliqué, d’autant plus lorsque les latéraux s’exposent autant que Dani Alves et Kurzawa. Leurs montées fréquentes exposeraient davantage les défenseurs centraux, forcés à s’excentrer pour contenir les adversaires, et les deux milieux défensifs (Rabiot-Verratti ou Thiago Motta-Verratti). Le 4-3-3 permet au contraire une meilleure balance et de ne pas couper l’équipe en deux. Le relais et le pressing y sont plus denses. La force de l’habitude joue également un rôle pour un groupe qui évolue dans cette configuration depuis cinq saisons, les automatismes favorisant l'entente.

Le plus adapté à Neymar : 4-3-3

Le Brésilien a quasiment toujours évolué à gauche, dans un 4-3-3. Ses débuts au PSG vont également dans ce sens. Il jouit d’une totale liberté et d’espaces lui permettant de créer du jeu, de percuter et d’offrir des solutions à ses coéquipiers. Dispensé des tâches défensives, puisque le pressing est assuré par les deux relayeurs, il participe largement au jeu. Dans un 4-2-3-1, il disposerait de moins de marge de manœuvre, sa zone d’action étant atténuée par la présence d’un meneur de jeu. Son influence pourrait en pâtir et c’est tout le collectif parisien qui serait perdant.

L'article continue ci-dessous

4-3-3 actuel PSG

Le plus adapté à Rabiot : 4-3-3

Exit Matuidi, c’est désormais Adrien Rabiot qui est chargé de remplacer le néo turinois. Peu enthousiaste à l’idée de prendre un rôle de sentinelle, le Titi parisien s’installe comme relayeur, un poste qu’il affectionne. Dans cette position, il a le loisir de se projeter vers l’avant et de combiner avec ses trois compères de l’attaque. Lors des deux derniers matches, il a montré à quel point son apport offensif pouvait être précieux, notamment pour Neymar, avec qui l’entente porte déjà ses fruits. Dans un 4-2-3-1 avec Verratti, son rôle offensif serait plus limité. Il pourrait également être sacrifié pour Thiago Motta dans une configuration plus défensive. Pas sûr que les deux dernières solutions lui conviennent.

Un compromis possible en 4-3-3 ?

Évidemment, ce sont les joueurs, et non le système, qui font l'animation sur le terrain. Sans pour autant renier son 4-3-3 classique, Unai Emery pourrait également être tenté de remanier quelque peu son schéma pour y insérer un n°10 en lieu et place d'un des trois milieux défensifs un peu plus reculés. Cela a notamment été le cas le week-end dernier face à Toulouse (6-2), lorsque Pastore a remplacé Thiago Motta dans les 20 dernières minutes. Le changement d'animation n'a pas réellement pu être constaté puisque Verratti a été expulsé une minute plus tard. Mais dans l'intention, l'entraîneur parisien a montré qu'il pouvait aussi s'appuyer sur un joueur offensif supplémentaire, tout en conservant son idée de départ, avec le duo Rabiot-Verratti dédié au pressing et à la relance. Le mercato, toujours ouvert jusqu'au 31 août prochain, pourrait également donner des options supplémentaires au Basque, notamment s'il accueille un n°6 et un attaquant.

Prochain article:
Portugal, Fernando Santos se méfie de l'Iran
Prochain article:
Le père de Neymar ne veut pas d'insultes sur les réseaux sociaux
Prochain article:
Le bout du tunnel pour Radamel Falcao
Prochain article:
Sénégal, Aliou Cissé trouve "rageants", les buts encaissés face au Japon
Prochain article:
L'Algérie se sépare de Rabah Madjer
Fermer