PSG-Metz : Opération reconquête après la défaite face au Real

Commentaires
Après la défaite en Ligue des Champions, place à la remotivation des troupes. Un challenge difficile pour l'ensemble du groupe.

Difficile est la mission d'Unai Emery. Après avoir failli dans la compétition la plus importante pour son club, ses joueurs et lui-même, il doit désormais trouver le moyen de garder son équipe concernée jusqu'à la fin de saison. 

PSG - Unai Emery : "Il faut savoir être patient"

A priori, dans le discours officiel, les Parisiens ont déjà tourné la page et l'ont montré dès ce jeudi pendant l'entrainement : " Les joueurs qui se sont entraînés l’ont fait dans l’optique de vite se changer les idées. Ils sont déjà très impliqués",  expliquait le technicien en conférence de presse ce vendredi. Impliqués pour aborder au mieux les trois autres compétitions pour lesquelles ils sont engagés : la Ligue 1 avec leur 14 points d'avance sur leur poursuivant, la Coupe de France ainsi que la Coupe de la Ligue. Mais personne n'est dupe. Remobiliser les troupes, à l'heure actuelle, semble un défi. Le Basque, lui , compte sur la conscience professionnelle de son groupe : "Quand les joueurs portent le maillot du PSG, ils ont des responsabilités. C’est pour ça que j’ai aimé l’état d’esprit de mes joueurs jeudi à l’entraînement". Une victoire dans l'art et la manière, au Parc des Princes, ce samedi à 17 heures face à Metz pourrait être une étape dans cette opération reconquête, même si elle s'avèrerait minime. 

L'article continue ci-dessous

La prise en main d'Antero Henrique

La première des choses est de restaurer un climat de confiance entre les joueurs et lui-même. À l'issue du match face au Real, Julian Draxler avait eu des mots durs envers son entraîneur : "Il a été insensible et je ne l’ai pas bien compris. Je ne sais pas ce qui s’est passé, j’ai été surpris et énervé", clamait-il à un média allemand. Une situation que l'ancien entraîneur de Séville a tenté de résoudre...à sa manière : "Jeudi j’ai parlé avec Antero, qui lui a parlé avec les joueurs individuellement. Il m’a dit que Draxler ne voulait pas dire ce qu’il a dit. À chaud, on dit souvent des choses qu’on ne veut pas dire. Les joueurs sont jeunes et après le match, quand ils sont chauds, avec la déception, ils peuvent dire certains propos qui ne reflètent pas leur pensée". C'est donc le directeur sportif qui a pris les choses en mains.

Unai Emery PSG Paris Saint-Germain

Mais alors que l'attention est focalisée sur les joueurs et leur possible manque de motivation entre des coupes nationales et un championnat quasiment plié, la question est de savoir comment lui va gérer cette fin de saison avec toutes les spéculations sur son remplaçant. D'un revers de main, il a balayé toutes les questions sur son avenir : "Le futur pour moi c’est demain. La C1 était importante mais il reste d’autres objectifs. Je ne suis pas inquiet pour mon futur personnel, je suis inquiet de savoir comment mon équipe peut retrouver la performance", analysait-il. Avec la Ligue des Champions enterrée, il sait qu'il n'a pas de choix : trois trophées devront être ajoutés au palmarès du PSG en mai 2018. 

Prochain article:
Mercato - Krzysztof Piatek, la sensation de Serie A, va être observé par Barcelone lors de Juventus-Genoa
Prochain article:
Equipe de France U17 : avec le néo-pro Brandon Soppy (Rennes)
Prochain article:
Liga - Harry Kane : "Rejoindre le Real Madrid ? Désolé, pas aujourd'hui"
Prochain article:
PSG - Draxler : "Mbappé ? Il est presque impossible de l'attraper avec ses 300 ch"
Prochain article:
Mercato - Le club maltais du Valletta FC propose un contrat de deux ans à Usain Bolt
Fermer