Moscou, Ekaterinbourg, Kazan... Le guide des stades de la Coupe du monde 2018 en Russie

PartagerFermer Commentaires
La Coupe du monde en Russie se déroulera du 14 juin au 15 juillet et se disputera dans douze stades différents. Tour d'horizon de ces 12 enceintes.

À chaque Coupe du monde, ses nouveaux stades ou ses enceintes rénovées. La Russie n'échappe pas à la règle et a souhaité que ce Mondial se dispute dans 12 stades différents, couvrant une bonne partie de son territoire à l'Ouest. Découvrez les spécificités de ces différentes arènes ainsi que les matches qu'elles accueilleront.

Stade Loujniki - Moscou

Stade historique du pays, il a été modernisé avec la volonté de garder la façade qui a fait sa renommée. Plus grande enceinte du pays avec ses 80 000 places, il accueille les rencontres de la sélection nationale russe.

Il sera le théâtre de quatre matches de groupes : Russie-Arabie Saoudite (match d'ouverture), Allemagne-Mexique, Portugal-Maroc et France-Danemark. Il accueillera également un huitième de finale, une demi-finale et la finale tant convoitée.

Luzhniki Stadium Moscou Stade

Luzhniki Stadium Moscou Stade

Otkrytie Arena - Moscou

Le Spartak Stadium est le stade de l'équipe du Spartak Moscou. Doté de 45 000 places, il est construit au bord de l'une des routes les plus empruntées de Russie, la Volokolamskoye Highway.

Il accueillera cinq rencontres de la Coupe du monde 2018 : Argentine-Islande, Pologne-Senegal, Belgique-Tunisie, Serbie-Brésil et un huitième de finale.

Spartak Stadium Moscou Stade

Spartak Stadium Moscou Stade

Stade Krestovski - Saint-Pétersbourg

Inauguré en 2017 et résidence du Zenit Saint-Pétersbourg pour ses matches à domicile, ce stade ultra-moderne est doté de 67 000 places.

Il accueillera 4 matches de la phase de groupes (Maroc-Iran, Russie-Egypte, Brésil-Costa Rica et Argentine-Nigeria) ainsi qu'un huitième de finale, une demi-finale et la finale pour la 3e place. 

Saint-Pétersbourg Stadium Stade

Saint Pétersbourg Stadium Stade

Stade de Nijni Novgorod - Nijni Novgorod

Ce stade a été construit pour le Mondial 2018 et sera occupé à l'année par l'équipe du FC Olimpiyets Nizhny Novgorod, qui évolue en deuxième division russe.

Doté d'une capacité de 45 000 places, il accueillera un huitième de finale, un quart et quatre matches de groupes : Suède-Corée du Sud, Argentine-Croatie, Angleterre-Panama et Suisse-Costa Rica.

Nizhny Novgorod Stadium Stade

Nizhny Novgorod Stadium Stade

Stade de Kaliningrad - Kaliningrad

Situé au bord de la Pregolia, le stade de Kaliningrad accueillera à l'année les matches du FK Baltika, qui évolue en deuxième division russe. Il fera partie d'un ensemble sportif, comportant une piste de vélo, des parkings et des quais pour les yachts.

Doté d'une capacité de 35 000 places, il verra 4 matches de la Coupe du monde 2018 : Croatie-Nigeria, Serbie-Suisse, Espagne-Maroc et Angleterre-Belgique.

Kaliningrad Stadium Stade

Kaliningrad Stadium Stade

Ekaterinbourg Arena - Ekaterinbourg Arena

L'Arena d'Ekaterinbourg affiche 35000 places et a été largement rénovée pour la Coupe du monde 2018. Le FC Ural est le club résident de cette enceinte.

4 matches du Mondial auront lieu dans ce stade : Egypte-Uruguay, France-Pérou, Japon-Sénégal et Mexique-Suède.

Ekaterinburg Arena Stade Iekaterinburg

Ekaterinburg Arena Stade Iekaterinburg

Stade de Mordovie - Saransk

Doté d'un design faisant penser au FNB stadium de Johannesbourg, il sera la résidence de FC Mordovia pour ses matches à domicile avant et après la Coupe du monde.

Avec ses 44 000 places, il accueillera quatre rencontres : Pérou-Danemark, Colombie-Japon, Iran-Portugal et Panama-Tunisie.

Mordovia Arena Stade Saransk

Mordovia Arena Stade Saransk

Kazan-Arena - Kazan

Ce stade de 45 000 places a été inauguré en 2013 et est la résidence du Rubin Kazan. 5 millions de blocs de pierre ont été nécessaires à sa construction, c'est le double de la Pyramide de Khéops.

L'enceinte accueillera 6 rencontres du Mondial dont un huitième de finale, un quart de finale et quatre matches de la phase de groupes : France-Australie, Iran-Espagne, Pologne-Colombie et Corée du Sud-Allemagne.

Kazan Arena Stade

Kazan Arena Stade

Rostov Arena - Rostov-sur-le-Don

Situé sur une île artificielle bordée par le Don, le stade de Rostov a été construit pour cet événement planétaire et fera partie d'un gigantesque complexe sportif après le Mondial, où seront ajoutées des infrastructures pour le handball et le hockey-sur-glace.

Doté de 45 000 places, il sera occupé par le FC Rostov (première division russe) et accueillera 5 rencontres de la Coupe du monde : Brésil-Suisse, Uruguay-Arabie Saoudite, Corée du Sud-Mexique, Islande-Croatie et un huitième de finale.

Rostov Arena Stade

Rostov Arena Stade

Stade Fisht - Sotchi

Construit pour les Jeux Olympiques d'hiver 2014 de Sotchi, ce stade de 48 000 places n'a accueilli son premier match de football qu'en 2017. Aucune équipe locale n'utilisera cette enceinte à l'année.

Le stade accueillera 6 rencontres de la Coupe du monde dont le choc Portugal-Espagne, mais aussi Belgique-Panama, Allemagne-Suède, Australie-Pérou, un huitième de finale et un quart de finale.

Fisht Stadium Sotchi Stade

Fisht Stadium Sotchi Stade

Volgograd Arena - Volgograd

Domicile de FC Rotor à l'année, cette enceinte de 48 000 places a été construite pour la Coupe du monde 2018.

Elle accueillera quatre rencontres de la phase de groupes dont Tunisie-Angleterre, Nigeria-Islande, Arabie Saoudite-Egypte, Japon-Pologne.

Volgograd Arena Stade

Volgograd Arena Stade

Cosmos Arena - Samara

Ce stade culmine à 65 mètres de hauteur, c'est autant que la Tower Bridge de Londres. Construit pour le Mondial, il est doté d'une capacité de 45 000 places. Il sera le stade du Krylia Sovetov.

L'article continue ci-dessous

Il accueillera 6 rencontres de la Coupe du monde 2018 : Costa Rica-Serbie, Danemark-Australie, Uruguay-Russie et Senegal-Colombie, ainsi qu'un huitième et un quart de finale.

Samara Cosmos Arena Stade

Samara Cosmos Arena Stade

Prochain article:
Espagne : Diego Costa évoque la course au titre de meilleur buteur avec Ronaldo
Prochain article:
Face au Pérou, les Bleus devront éviter le piège tactique
Prochain article:
France-Pérou - Olivier Giroud ou l'histoire d'un énième come back
Prochain article:
ENTRETIEN - Lars Jacobsen : "Aujourd'hui, le Danemark sait varier sa façon de jouer"
Prochain article:
Une Coupe du Monde sans nul vierge
Fermer