L'historique des clubs qui ont disputé une finale européenne dans leur pays : vrai avantage ou pas ?

Commentaires
Alors que l'OM va disputer cette finale d'Europa League à Lyon, Goal s'est penché sur les clubs ayant disputé des finales sur leurs terres...

L'histoire retiendra donc que c'est à Lyon, dans l'enceinte du club de Jean-Michel Aulas, que l'Olympique de Marseille disputera sa première finale européenne depuis 14 ans, un an après avoir vu l'Olympique Lyonnais atteindre le dernier carré de l'Europa League. Les dernières semaines ont été très agitées entre les différents acteurs des deux clubs français. Jacques-Henri Eyraud et son homologue ont joué la carte de l'apaisement après une guerre des mots sans précédents par médias interposés. Place au jeu.

12 clubs sur 18 ont été sacrés dans leur pays

Plus qu'un pied de nez pour l'OL, disputer une finale de Coupe d'Europe à Lyon est surtout une chance pour l'OM. L'événement est suffisamment rare dans le football français pour créer une effervescence énorme aux quatre coins du pays, bien que Marseille en soit l'un des deux clubs les plus clivants. En jouant sur son territoire, l'OM aura-t-il plus de chance de créer l'exploit face à un ogre comme l'Atlético Madrid ? Goal s'est penché sur cette configuration dans l'histoire pour toutes les Coupes d'Europe.

Et c'est en Ligue des champions que le cas s'est produit le plus fréquemment. La plus prestigieuse des compétitions, auparavant dénommée Coupe des Clubs Champions, a souvent vu des clubs atteindre la dernière marche du tournoi dans leur pays, surtout dans ses premières éditions - comme la toute première. Elle concernait alors le grand Stade de Reims, mais le club champenois s'était incliné au Parc des Princes face au Real Madrid d'Alfredo Di Stefano (4-3). L'année suivante, la Maison Blanche avait remis cela mais dans son stade, cette fois-ci, face à la Fiorentina (2-0).

Real Madrid European Cup Di Stefano

La situation s'est reproduite à plusieurs reprises aux cours des années 60 et 70, où tous les clubs "à domicile" ont toujours fait la différence, que ce soit l'Inter Milan à San Siro, Manchester United dans une autre ville britannique, à Wembley, l'Ajax Amsterdam à Rotterdam, ou Liverpool, encore à Wembley. Les choses se sont un peu corsées dans les années 80, quand la Roma et le Barça se sont tous deux inclinés au tirs aux buts respectivement face à Liverpool et au Steaua Bucarest. Après les succès de la Juventus et du Borussia Dortmund dans les années 90, les deux derniers cas de figure ont vu Manchester United se faire dompter par le Barça à Wembley, et surtout le Bayern se faire surprendre aux tirs aux buts par Chelsea dans son Allianz Arena. Un symbole. Au total, sur 12 exemples, 7 clubs ayant disputé des finales dans leur pays ont été sacrés dans la compétition-reine.

Ligue des champions : 

1956 : Real Madrid-Reims (défaite 4-3) : Parc des Princes, Paris.
1957 : Real Madrid-Fiorentina (victoire 2-0) : Bernabeu, Madrid.
1965 : Inter Milan-Benfica (victoire 1-0) : San Siro, Milan.
1968 : Manchester United-Benfica (victoire 4-1, a.p.) : Wembley, Londres.
1972 : Ajax Amsterdam-Inter Milan (victoire 2-0) : Stadion Feijenoord, Rotterdam.
1978 : Liverpool-FC Bruges (victoire 1-0) : Wembley, Londres.

1984 : Liverpool-AS Roma (défaite 1-1, 4-2 t.a.b.) : Stade Olympique, Rome.
1986 : Steaua Bucarest-FC Barcelone (défaite 0-0, 2-0 t.a.b.) : Stade Sanchez-Pizjuan, Séville.
1996 : Juventus-Ajax (victoire 1-1, 4-2 t.a.b.) : Stade Olympique, Rome.
1997 : Borussia Dortmund-Juventus (victoire 3-1) : Stade Olympique, Munich.

2011 : FC Barcelone-Manchester United (défaite 3-1) : Wembley, Londres.
2012 : Chelsea-Bayern Munich (défaite 1-1, 4-3 t.a.b.) : Allianz Arena, Munich.

La lecture est beaucoup plus floue pour l'Europa League - ou l'ancienne Coupe de l'UEFA - puisque la petite soeur de la C1 a longtemps réservé des finales en deux manches dans son histoire. Il a fallu attendre 1998 pour voir une finale sur un seul match. Au total, le cas de figure ne se sera donc produit qu'à deux reprises, et avec des réussites diverses. Dans son enceinte, le Feyenoord Rotterdam est venu à bout du Borussia Dortmund en 2002. Le Sporting n'en a pas fait autant trois ans plus tard, en s'inclinant face au CSKA Moscou.

L'ancienne Coupe des vainqueurs de Coupes, qui cohabitait avec la C1 et la C3 il y a vingt ans encore, a également réservé ce scénario. Et dans cette compétition-là, il a été particulièrement favorable aux équipes qui jouaient dans leurs pays. West Ham ou le Bayern Munich, dans les annés 60, Anderlecht à Bruxelles une dizaine d'année plus tard, et le Barça au Camp Nou au début des années 1980 sont tous grimpés sur le toit de l'Europe. C'était une époque, avant l'arrêt Bosman, où une écurie comme Barcelone pouvait se frotter à Bucarest dans une finale de Coupe d'Europe. Une autre époque.

Coupe de l'UEFA / Europa League :

2002 : Feyenoord-Borussia Dortmund (victoire 3-2) : Stadion Feijenoord, Rotterdam.
2005 : CSKA Moscou-Sporting (défaite 3-1) : Estadio José Alvalade, Lisbonne.

Coupes des Coupes :

L'article continue ci-dessous

1965 : West Ham-Munich 1860 (victoire 2-0) : Wembley, Londres.
1967 : Bayern Munich-Glasgow Rangers (victoire 1-0) : Frankenstadion, Nuremberg.
1976 : Anderlecht-West Ham (victoire 4-2) : Stade du Heysel, Bruxelles.
1982 : FC Barcelone-Standard de Liège (victoire 1-0) : Camp Nou, Barcelone.

Au total, 12 des 18 clubs ayant déjà disputé une finale de Coupe d'Europe dans leur pays ont été sacrés à la fin. Alors dans les faits, de qui l'OM peut-il vraiment s'inspirer ? Peut-être que les hommes de Rudi Garcia pourraient suivre les pas du Borussia Dortmund lors de l'édition 1997 de la Ligue des champions. Parce que le club de la Ruhr avait renversé une montagne, cette année-là, en domptant la Juve, champion en titre. Et parce qu'il n'avait pas joué dans son propre stade, mais dans l'ancienne antre du Bayern Munich...

 

Prochain article:
FIFA Awards - Messi a voté pour Ronaldo (et Mbappé), pas l'inverse
Prochain article:
Luka Modric : "Une saison de rêve"
Prochain article:
La France et la Ligue 1 à l'honneur lors de la cérémonie des FIFA Awards
Prochain article:
Deschamps : "Nous ne sommes rien sans les joueurs"
Prochain article:
Mbappé, Kanté et Varane dans le onze FIFPro de l'année
Fermer