Les onze historiques du Barça et du Real Madrid

PartagerFermer Commentaires
Avant un nouvel opus du Clasico dimanche (20h45), Goal a établi deux onze historiques : un catalan et un merengue. Forcément des onze de rêve.

La sélection sera forcément drastique avec toutes les stars présentes dans les deux équipes. 28 joueurs, 28 étoiles des deux équipes depuis la création de la Liga en 1928. Préparez-vous pour les onze historiques du Real et du Barça !

La sélection dans laquelle Goal a pioché :

Real Madrid

Gardiens : Ricardo Zamora, Paco Buyo, Iker Casillas

Défenseurs: Marquitos, Chendo, Sergio Ramos, Manolo Sanchis, Fernando Hierro, Santamaria, Jose Antonio Camacho, Roberto Carlos

Milieux: Zinedine Zidane, Fernando Redondo, Claude Makelele, Pirri, Guti, Michel, Miguel Munoz, Paco Gento Lopez, Raymond Kopa

Attaquants: Alfredo Di Stefano, Ferenc Puskas, Pahino, Hugo Sanchez, Raul, Cristiano Ronaldo, Emilio Butragueno, Santillana

Barcelone

Gardien: Antoni Ramallets, Andoni Zubizarreta, Victor Valdes

Défenseurs: Dani Alves, Carles Puyol, Ronald Koeman, Miguel Angel Nadal, Migueli, Sergi Barjuan, Sigfrid Gracia

Milieux: Luis Figo, Bernd Schuster, Hristo Stoichkov, Xavi, Andres Iniesta, Michael Laudrup, Pep Guardiola, Luis Suarez, Jose Maria Bakero, Rivaldo

Attaquants: Diego Maradona, Ronaldo, Lionel Messi, Ronaldinho, Samuel Eto'o, Ladislao Kubala, Johann Cruyff, Romario

 

Côté Real, nous avons opté pour Iker Casillas en tant que gardien. Il est l'avatar de l'excellence de la formation du Real et y a passé 25 ans avant de le quitter d'une manière un peu indigente. Il avait rejoint le club à 9 ans pour intégrer l'équipe première en étant à peine majeur et tout gagner. Notre charnière centrale sera composée de Sergio Ramos et de Fernando Hierro. Durs sur l'homme, les deux andalous sont parfaits pour remettre de l'ordre dans notre onze forcément très offensif.

En parlant de onze à vocation offensive, nous avons eu une préférence pour Roberto Carlos en latéral gauche. L'homme à la frappe de mule reste l'un des joueurs les plus spectaculaires de tous les temps. À droite, nous avons opté pour Marquitos. Le latéral droit qui avait fait la conquête des 5 titres européens des années 50 et qui avait égalisé à 3-3 lors de la finale continentale remportée finalement 4-3 contre Reims.

Au milieu, impossible d'éviter de citer Redondo. 6 ans au Real, une classe folle résumée par une seule action, sa "Jugada" pour Raul face à Manchester United en 1999 après une talonnade-grand pont complètement hallucinante.

262 matches pour 324 buts, 5 Liga, 3 Coupes d’Europe des Clubs Champions, 1 Coupe Intercontinentale et 1 Coupe d’Espagne. Ferenc Puskàs est dans notre onze.

Zinedine Zidane aussi. Forcément. Sa volée à Hampden Park pour offrir une Ligue des champions au Real ne pourrait mentir. "Les gens viennent à Bernabeu pour voir Zidane contrôler un ballon", avait coutume de dire Florentino Perez.

En attaque, à tout seigneur, tout honneur, parlons d'abord du quintuple vainqueur de la C1 entre 1956 et 1960 avec Madrid, le grand, l'unique, Alfredo Di Stefano. Le premier galactique de l'histoire, qui a changé à jamais le destin du club.

Après la flèche blonde, ou "Saeta Rubia", passons au légendaire El Siete. Joueur de devoir, tacleur invétéré, buteur inné, ballotté partout en attaque et parfois au milieu, Raul aura longtemps été le capitaine courage de cette équipe.

Pour finir, Cristiano Ronaldo. L'ancien joueur de Manchester United est en passe de devenir un morceau de l'écusson au Real. Meilleur buteur de l'histoire du club, il l'aura conduit à plusieurs titres, lui permettant d'interrompre l'hégémonie du tout-puissant Barça contemporain.


Coté Barça justement, on commence avec Zamora. Oui, le trophée récompensant le meilleur portier chaque saison en Liga porte son nom. Et ce n'est que justice pour la première grande star du foot ibérique.

Avec 593 matches professionnels pour le Barça et 100 sélections avec l'Espagne, Carlos Puyol, le lion du Barça entre sans frapper dans notre onze. Côté joueurs costauds, son partenaire en charnière dans notre sélection se débrouille pas mal : il s'agit de Ronaldo Koeman. L'homme au coup franc supersonique en finale de Coupe des Champions 1992. Une valeur sûre.

Un peu à l'instar de Sergi... Le Barça ne compte pas énormément de latéraux gauches de légende, mais Sergi remplit parfaitement ce rôle. Cet infatigable lutin n'est pas une star, juste un excellent joueur de devoir.

Son pendant à droite est beaucoup plus fantasque. Dani Alves, le plus offensif des latéraux droits, a gagné sa place dans notre sélection par ses courses et ses centres souvent décisifs.

Au milieu, l'indissociable tandem "Xaviniesta" est forcément de la partie. Vision de jeu, technique, pedigree de la Masia, tout y est chez les deux virtuoses du centre du pré. De parfaits avatars de la griffe et du style Barça.

Le regretté Johan Cruyff, qui a transformé le Barça en tant que joueur comme en tant que coach est invité dans notre aréopage à gauche.

La seule présence Laszlo Kubala dans l'équipe du Barça des années 50 avait obligé le club à construire un nouveau stade, le Nou Camp, pour accueillir tous ses admirateurs. Impossible donc ne faire l'impasse sur lui.

Impossible aussi d'omettre Ronaldinho. L'ancien parisien, jugé pas assez marketable par Florentino Perez, finira par se faire applaudir par Bernabeu après une performance sublime lors d'un 3-0 infligé par le Barça au Real. Technique hors-norme et joie de vivre en surplus.

Enfin, nous y sommes. Vous l'attendiez tous  : Leo Messi. Le quadruple Ballon d'Or brise tous les records du club et lui permet d'actualiser sa vitrine des trophées de manière vertigineuse. Peut-être le meilleur joueur de l'histoire du Barça.

Prochain article:
PSG - La commission juridique de la LFP va étudier le cas d'Hatem Ben Arfa
Prochain article:
Chelsea - Conte ne veut plus de Batshuayi
Prochain article:
Real Madrid - Les records que Cristiano Ronaldo peut encore battre
Prochain article:
Rennes - Annoncé partant, Gourcuff dirige toujours l'entraînement
Prochain article:
Cristiano Ronaldo soutient les victimes des incendies au Portugal
Fermer