La revue de presse italienne : Ventura fracassé et appel à la révolution footballistique

PartagerFermer Commentaires
Après l'élimination de l'Italie face à la Suède en barrage d'accession à la Coupe du monde 2018, la presse transalpine s'en prend à sa sélection.

L'heure est encore à la déception et certainement pas à la réconciliation. Les plaies sont encore ouvertes et le coupable de l'élimination est tout trouvé : Gian Piero Ventura. Le sélectionneur italien cristallise les critiques acerbes au lendemain de l'un des plus grands fiascos de l'histoire du football italien. 

Dans sa traditionnelle page de notes des 22 acteurs du match et des entraîneurs, la Gazzetta dello Sport allume la première mèche : "Il s’inscrit dans l’histoire comme l’un des pires sélectionneurs, si ce n’est le pire. Prétentieux dans sa communication, à l’arrache pour préparer l’équipe. Pas de jeu, pas de qualification. Le néant. Amen." Le Corriere della Sera renchérit même sur les capacités du sélectionneur, dans un édito de Mario Sconcerti : "Ventura est inapproprié pour ce rôle, il a tout simplement tout raté." Même son de cloche pour Il Giornale qui explique que le "costume était bien trop grand" pour VenturaLe Corriere dello Sport a lui aussi évoqué le technicien à travers un laconique "il a énormément de responsabilité dans cette élimination" et voit même une "marque indélibile sur sa carrière." Le quotidien La Stampa appelle l'Italie à repartir de l'avant "en oubliant au plus vite la gestion de Ventura."

Invité à voir le match par la Gazzetta dello Sport, Claudio Gentile, vainqueur de la Coupe du monde 1982, est resté incrédule devant la prestation italienne : "C'est une humiliation, on a envoyé de longs ballons et fait beaucoup de centres contre une défense où les Suédois culminent tous à 1m90. Eux ont été ordonnés, nous, on était complètement désorganisés." Une désorganisation affichée depuis plusieurs matches qui va du système sur le terrain aux hommes qui dirigent le football italien. L'ensemble de la presse transalpine appelle l'Italie à faire sa révolution footballistique et à balayer d'un revers de la main Gian Piero Ventura mais aussi Carlo Tavecchio, le président de la fédération. Dans un sondage sur le site de La Repubblica, les internautes votent à 78% pour le coupe Ventura-Tavecchio comme coupable de la piteuse élimination, loin devant les joueurs (22%).

Les Unes des différents quotidiens reprennent les mêmes expressions ce mardi matin : "apocalypse", "catastrophe", "tous à la maison", "tout le monde dehors", "c'est la fin", et autres invitations à aller travailler et se retrousser les manches. La reconquête médiatique ne sera pas une mince affaire...

Prochain article:
Chelsea - Olivier Giroud : "Je voulais redevenir heureux en jouant"
Prochain article:
PSG-Real : Zidane confiant pour Marcelo, Kroos et Modric
Prochain article:
Gary Medel (Besiktas) : "Je suis très content d'affronter Arturo Vidal"
Prochain article:
La FA ouvre une enquête après les incidents entre Wigan et Manchester City
Prochain article:
Rennes, Ludovic Baal a repris l'entraînement collectif
Fermer