La FFF aggrave en appel la sanction d'Anthony Lopes en le suspendant pour 5 matches

PartagerFermer Commentaires
La FFF s'est prononcée concernant les sanctions à appliquer pour les incidents d'OM-OL. Des modifications ont été apportées au verdict de la Ligue.

La Commission de la FFF s'est réunie ce vendredi pour statuer à propos des sanctions à prononcer contre les joueurs ayant été impliqués dans les échauffourées qui ont eu lieu à l'occasion du dernier OM-OL. Des décisions en appel et qui risquent de ne pas être du gout du club rhodanien.

Initialement suspendu trois matches, Anthony Lopes, le gardien des Gones, en écope finalement de cinq. Ainsi, la FFF a déjugé la Commission de discipline, qui s'est montrée "trop clémente" à l'égard de l'international portugais selon le camp marseillais et son président Jacques-Henri Eyraud. Résultat : Lopes va non seulement manquer les derniers matches de la saison de sa formation, mais aussi la reprise du prochain championnat.

À noter, en outre, que le défenseur Brésilien Marcelo prend finalement un match ferme, plus un autre avec sursis. La LFP, elle, ne l'avait pas du tout sanctionné dans son jugement. Moukhtar Diakhaby, l'autre arrière central des Gones, a droit à la même punition.

L'article continue ci-dessous

Côté marseillais, Adil Rami est toujours suspendu trois matches. Le défenseur international français en a déjà purgé un, contre Nice dimanche soir (2-1). Il loupera donc aussi les deux dernières sorties de l'exercice.

Enfin, la commission de la FFF a aussi décidé de la "fermeture pour un match de la tribune basse Sud du stade Vélodrome de Marseille, et d'infliger une amende de 10 000 euros aux deux clubs". Des sanctions qui n'avaient pas été prononcées non plus par la LFP.

Pour rappel, l'OL et l'OM sont actuellement en concurrence pour une place sur le podium et donc une qualification pour la prochaine Ligue des Champions. Ces derniers jours, et plus précisément depuis que la LFP avait livré son verdict par rapport au match qui les a opposés, la tension est montée entre les deux institutions. Les deux présidents s'étaient montrés du doigt par presse interposée, et les deux entraineurs y sont également allés de leurs remarques en déplorant notamment les fautes d'arbitrages commises en faveur du camp adverse.

Prochain article:
Bleus - Quand Steven Nzonzi va chercher N'Golo Kanté, trop timide pour porter le trophée de la Coupe du Monde
Prochain article:
Revue de presse - Le sacre russe des Bleus salué dans le monde entier
Prochain article:
Didier Deschamps, le marchand d'étoiles du football français
Prochain article:
Une France unie comme jamais fête la victoire de ses Bleus
Prochain article:
L'Argentine se sépare officiellement de Jorge Sampaoli
Fermer