Italie - En ruines, la Nazionale devra se reconstruire avec les jeunes

PartagerFermer Commentaires
Après l'élimination retentissante par la Suède en barrage, la Squadra Azzurra comptera sur un nouveau vivier de joueurs pour se relever.

"Paradis ou enfer". À la veille d'Italie-Suède, la presse transalpine n'y allait pas par quatre chemins pour désigner le destin qui attendait la Squadra Azzurra. C'est finalement une traversée du Styx qui a suivi le coup de sifflet final aux alentours de 22h35, lundi soir, après le match nul (0-0) synonyme d'élimination. Ce coup de massue sonne le glas d'une ère, celle évidemment incarnée par Gianluigi Buffon. Il a dit adieu, en larmes, à son rêve de disputer sa sixième Coupe du Monde consécutive. Peu après, ce sont Andrea Barzagli et Daniele de Rossi, deux autres monuments de cette génération et Champions du Monde en 2006, qui ont pris le même chemin.

La presse italienne fracasse Giampiero Ventura

"Le monde du foot sera refondé"

Les dirigeants doivent fixer le cas de Giampiero Ventura, sélectionneur dont l'empreinte sur l'équipe restera à jamais comme celle d'avoir échoué à qualifier le pays pour la première fois depuis 1958. Un affront national dont le linge sale, comme il est de coutume, va se laver en famille. L'identité du futur entraîneur n'est pas évidente. Si les tifosi se mettent à rêver d'un Carlo Ancelotti sans club depuis son départ précipité du Bayern fin septembre, il est peu evident qu'il vienne mettre les mains dans le cambouis dans ce contexte. Il reste quatre mois avant la prochaine trêve internationale, en mars. 

D'ici-là, le visage de la Nazionale aura forcément changé, des dinosaures s'en vont et des jeunes pousses vont devoir saisir leur chance dans un tout autre environnement. Le 13 novembre 2017 laissera inévitablement de la rancune de la part des supporters, qui ont évoqué unanimement un sentiment de "honte", voire "d'humiliation". Le ministre des sports italien, Lucas Lotti, s'est même exprimé à ce sujet : "Il est clair que le monde du foot sera refondé, le moment de prendre les décisions qu'on n'a pas eu le courage de prendre auparavant est arrivé."

Spinazzola, Caldara et Donnarumma bientôt installés ?

Lontemps tabou, la forte présence du nombre de joueurs étrangers en Serie A est désignée comme l'un des problèmes majeurs du football italien, dont la performance à l'Euro 2016 (quart de finale) n'a été qu'un mirage. Pourtant une bonne génération se profile, celle des demi-finalistes du dernier Euro U21 disputé en Pologne. Si certains comme Bernardeschi, Gagliardini ou encore Donnarumma ont déjà eu l'honneur de connaître les A, d'autres sont pressentis pour arriver à court terme, à l'image du fils Chiesa, Federico, qui évolue à la Fiorentina.

L'article continue ci-dessous

Italie 2022

Imaginer une équipe ainsi, au lendemain d'un des jours les plus funestes du ballon rond italien peut paraître prématuré. C'est le chemin que doit pourtant emprunter la Squadra Azzurra afin de panser ses plaies et rebondir au plus haut niveau international. Chiellini en zone mixte ne s'y trompait pas, il est temps de voir un profond renouvellement. "Cette année sera l'année 0, la Nazionale repartira sûrement avec les joueurs nés dans les années 90." Si l'on peut remettre en question la dimension d'expérience et de charisme de ces nouveaux visages, le vivier est incontestablement là. On peut aussi rajouter Conti, Berardi, Perin, Gagliardini, Pellegri et Bernardeschi. 

Par ailleurs, quand l'Italie séduisait, c'est qu'elle avait aussi un entraîneur avec une vraie philosophie de jeu. Même si elles ont été plutôt défensives lors des dernières années, Marcelo Lippi et Antonio Conte savaient où ils allaient. Ce sera là tout le défi du nouvel homme fort de cette sélection : bouleverser un effectif vieillissant tout en y apportant un vrai style. 

Prochain article:
Mercato - Antoine Kombouaré acte le départ de Clément Grenier
Prochain article:
Klopp promeut Alisson comme numéro un mais rassure Karius
Prochain article:
Mercato - Le FC Séville refuse de reverser les indemnités de formation à Nancy pour Lenglet
Prochain article:
Zlatko Dalic : "La France était plus chanceuse et pas meilleure que nous"
Prochain article:
Mesut Ozil ne regrette pas sa photo prise avec Erdogan
Fermer

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience possible en ligne. En utilisant notre site, vous acceptez d'utiliser ces cookies conformément à notre politique de confidentialité.

Voir plus Accepter