Invaincu, Julen Lopetegui quitte la Roja plein de promesses

Commentaires
Démis de ses fonctions suite à sa signature au Real Madrid, le travail effectué par Julen Lopetegui laissait pourtant entrevoir un beau Mondial.

C'est un licenciement qui n'a vraisemblablement pas terminé de faire du bruit en Espagne... En effet, Julien Lopetegui, sélectionneur de la Roja, qui s'apprête à débuter sa Coupe du Monde vendredi face au Portugal (20h), a officiellement été démis de ses fonctions, ce mercredi matin. En cause, sa signature annoncée au Real Madrid, club dans lequel il prendra la succession de Zinédine Zidane au terme du Mondial. Un licenciement doublement dommageable pour la sélection ibérique, puisqu'en plus du timing surprenant, le travail effectué jusque-là par le technicien de 51 ans laissait entrevoir de belles promesses... 

Avec l'Espagne, il n'a jamais connu la défaite  

Si la sélection espagnole, emmenée par une génération victorieuse de la Coupe du Monde, ne connaît pas vraiment la défaite, ce fut aussi le cas sous les ordres de Julen Lopetegui. Mais cette fois-ci, au sens propre du terme. En effet, sur les 20 rencontres qu'il a disputé à la tête de l'équipe, cette dernière dispose d'un bilan ahurissant : 14 victoires et 6 matches nuls. Zéro défaite concédée donc, le tout avec 61 buts marqués pour seulement 13 encaissés. A noter que l'Espagne version Lopetegui n'est autre que la seule nation se présentant à la prochaine Coupe du Monde avec 100% de matches sans défaite depuis septembre 2016. 

Nouveau sélectionneur, nouveau visage 

A la tête de la Roja, celui qui deviendra prochainement le 12ème entraîneur de l'ère Florentino Pérèz au Real Madrid peut surtout se targuer d'avoir réussi le pari premier de son intronisation : changer le visage d'une sélection en perte totale de vitesse. Jouissant de son passé d'entraîneur des U20, U19 puis U21 de 2010 à 2014, Julen Lopetegui est décrit comme un bâtisseur, entretenant des relations fructueuses avec les étoiles montantes d'un football espagnol en reconstruction. 

Sergio Ramos Julen Lopetegui Spain

Ainsi, après les échecs cuisants de 2014 et 2016, le successeur de Vincente Del Bosque n'a pas hésité à apporter un second souffle à un groupe veillissant. A ce titre, seuls 11 des 23 joueurs qui se sont envolés en Russie étaient présents en France lors du dernier Euro. Enfin, jusque là mondialement connue pour son jeu axé sur la possession de balle, l'Espagne de Julen Lopetegui laissait entrevoir un jeu plus basé sur la verticalité. Un jeu qui avait notamment causé de sérieux problèmes à l'Italie et l'Argentine, respectivement battues 3-0 et 6-1 ces derniers mois. Alors, quid de celui qui sera pratiqué en Russie ? Difficile à dire... 

 

Prochain article:
Ligue 1 - Un tract des Bad Gones insultant vivement Marseille déclenche la colère de l'OL
Prochain article:
Argentine - River Plate fait tomber Boca Juniors à la Bombonera (0-2)
Prochain article:
Ligue 1 - Rudi Garcia lucide après la défaite de l'OM à Lyon : "Après la mi-temps, c'était assez catastrophique"
Prochain article:
Entretien - Dylan Louiserre (Niort) : "Être Chamois du mois à chaque fois maintenant"
Prochain article:
OL-OM (4-2) - Lyon et Genesio surfent sur la vague
Fermer