Espagne, Nolito, Callejón, Morata, Camacho, Bruno: la reconstruction de la Roja se fera aussi avec eux

PartagerFermer Commentaires
Touchée par les absences, la Roja va donner sa chance à cinq nouveaux pendant la trêve internationale. Présentations.

Le chantier Espagne est en cours. Et le moins que l'on puisse dire c'est que la reconstruction va prendre un certain temps. Le match amical  perdu face à la France début septembre, et la défaite en Slovaquie au mois d'octobre, sont venus rappeler à tout un pays que les années de gloire sont bien derrière. Tout n'est pas noir non plus. L'Espagne n'est pas devenue une nation mineure du plateau mondial à cause d'une simple compétition ratée et du retrait de ses deux métronomes: Xavi et Xabi Alonso. Fortement critiqué par la mauvaise rentrée de ses troupes, Vicente Del Bosque n'a plus le crédit d'antant. Chaque choix qu'il effectue est désormais synonyme de polémique par-delà les Pyrénées.

Sa dernière liste pour les rencontres face à la Biélorussie et le match amical face à l'Allemagne a fait parler, débattre et remuer les méninges. Décrit par la presse comme le jouet de José Mourinho, qui n'a pas voulu lâcher Diego Costa, Del Bosque a fait le pari de la jeunesse et de l'expérience en club. Sa convocation renouvelée a donc permis à quatre petits nouveaux de rejoindre pour la première fois la sélection A. Une vraie opportunité pour ces remplaçants du remplaçant du remplaçant.  Qui sont donc Nolito, José Maria Callejon, Alvaro Morata, Ignacio Camacho et Bruno Soriano ? Présentations.

Nolito - Celta Vigo, 28 ans 

Une arrivée sur le tard mais une arrivée quand même. La carrière de Nolito n'a commencé à décoller qu'en 2011. Agé de 24 ans lorsqu'il quitte le Barça B, en même temps que Luis Enrique, pour rejoindre les rangs du Benfica Lisbonne l'attaquant a dû composer avec une apprentissage du très haut niveau en accéléré. Après une première saison plutôt satisfaisante où il a marqué 11 buts en 29 matches de championnat, son parcours est devenu plus compliqué. Assez attaché à sa famille, qu’il a quitté tôt, pour rejoindre les équipes de jeunes de Valence à 16 ans, Manuel Agudo Durán de son vrai nom, n'a pas eu le même chemin tout tracé que ses nouveaux coéquipiers de la Roja. Dans le groupe des 23 de Del Bosque, il a remplacé Rodrigo Moreno, qui n'a pas bien fonctionné au mois d'octobre avec Valence.

Finalement mis de côté par Jorge Jesus une saison après son arrivée, le désormais buteur du Celta a retrouvé la Liga à Grenade, puis à Vigo où il évolue depuis 2013. Attaquant au profil assez complet, plutôt neuf et demi, Nolito, qui fait partie des nombreux deçus des classes inférieures du Barça, évolue à un très bon niveau depuis une saison et demie. Tout ça grâce à Luis Enrique, son mentor, qui lui a redonné sa chance et goût au football en Galice. Sa régularité et ses bonnes statistiques (13 buts en 35 matches en 2013-2014), ont convaincu Vicente Del Bosque de lui laisser sa chance. Une vraie marque de confiance alors que la Roja dispose d'un vivier de joueurs très important (Soldado, Llorente, Negredo, Rodrigo, ...). C’est lui, d’une maître talonnade, qui a permis au Celta de s’imposer au Camp Nou début novembre. Un moment fort pour celui qui a rêvé de s'imposer avec le maillot blaugrana.

José Maria Callejón – Naples, 27 ans

José Callejón oublié par son pays, l’injustice est désormais réparée. Homme de confiance, bien que "supersub", aux yeux de José Mourinho lors de son passage au Real Madrid (2011-2013), l’ailier espagnol brille à Naples depuis deux saisons. Sous les ordres de Rafael Benitez, il a enchaîné les bonnes performances avec le maillot du Napoli, même quand l’ogre italien dévissait en début de saison. Auteur de 8 buts en 15 rencontres de Serie A, l’ancien de l’Espanyol, qui arrivée à l'apogée de sa carrière, va apporter de la vitesse sur l'aile droite de la Roja. Callejón profite pleinement de l’absence de joueurs capables de percuter et d’apporter de la profondeur pour tenter sa chance à 27 ans. La méforme de Jésus Navas depuis le début de l’année 2014 et le temps de jeu irrégulier de Gerard Deulofeu lui laissent bien la place de numéro 1 dans un secteur de jeu qui a clairement manqué à l'Espagne lors du dernier Mondial.  "Je souhaite démontrer que je suis dans un très bon moment et que je peux être ici pour très longtemps", a notamment précisé le joueur. Il est annoncé du côté de l'Atlético de Madrid lors du mercato hivernal.

Alvaro Morata – Juventus Turin, 22 ans

Alvaro Morata, c’est la belle histoire de cette convocation du mois de novembre. Transféré à la Juventus, cet été, avec le statut de promesse et de doublure malheureuse de Karim Benzema, le buteur espagnol va probablement savourer sa première cape avec l’ "Absoluta" d'ici le 18 novembre. L’ancien Madrilène remplace ni plus, ni moins Diego Costa, laissé au repos à Londres par demande indirecte de José Mourinho, dans le groupe Espagne. Une convocation qui signe comme un petit miracle pour lui, qui reste sur deux saisons de banc au Real et une blessure au genou survenue lors de son premier entraînement avec la Vieille Dame. Montré du doigt pour son transfert onéreux en Italie (20 millions d'euros payables sur trois ans). Auteur de trois buts lors des deux derniers matches de la Juve, l’ancien international espoirs, qui a profité du large turn-over voulu par Massimiliano Allegri, vit un automne dorée. Très adroit dans la surface, il a une carte à jouer en l’absence de Diego Costa. En sélection, il retrouvera son principal concurrent en sélections espoirs: Paco Alcacer, qui a pris un peu d'avance depuis septembre.

Ignacio Camacho - Malaga, 24 ans

Pilier de l’entrejeu de Malaga, Ignacio Camacho profite des nombreuses absences dans l’entrejeu pour enfin rejoindre la Furia Roja. Ce milieu relayeur discret mais efficace est l’un des derniers vestiges du Malaga siglé Manuel Pellegrini. Baromètre de l’équipe rajeunie dirigée par Javi Gracia, Camacho sait récupérer, organiser le jeu et même marquer. Depuis 2011, le joueur formé à Saragosse a inscrit neuf buts, développant ainsi son style de jeu, très défensif à ses débuts. "Cette convocation, c’est un chose inespérée, je ne l’attendais pas. Je suis très content. Le Malaga fait du très bon travail en ce moment. Nous sommes en train de faire une grande saison et cela aide beaucoup. Je viens pour profiter pleinement de l’opportunité", a précisé le milieu de terrain andalou lors de son arrivée à Las Rozas. Remplaçant d'Andrès Iniesta, blessé, et d'Ander Iturraspe, en méforme, il a une vraie opportunité à saisir.

Bruno Soriano - Villarreal, 30 ans

L'injustice est enfin réparée. Convoqué en début de semaine à la place d'un Cesc Fabregas arrivé en Espagne avec une blessure à la cuisse, le capitaine de Villarreal a enfin été récompensé de ses efforts, à l'âge tardif de 30 ans. Fidèle à son club formateur depuis ses débuts professionnels en 2006, Bruno fait partie dès milieux de terrain les plus complets du championnat d'Espagne. Son profil ressemble d'ailleurs, sans aller jusqu'à une infortune comparaison, à celui de Fabregas. Organisateur de jeu hors-pair, aimant à ballon, mais tombé l^'gae dorée de la Roja et du Baràa de Guardiola, soit au plus mauvais moment,  Soriano fait l'unanimité en Espagne. Preuve en est, cette déclaration de Sergio Ramos à son sujet. Le défenseur central du Real Madrid a tout simplement recommandé Bruno à Florentino Pérez il y a quelques années. "J'en avais discuté avec ceux qui prennent des décisions au club, mais cela n'avait rien donné. J'ai toujours pensé qu'il était un manieur de balle incroyable. (...) Il est difficile de voir Bruno perdre un ballon. Il est parvenu à donner de la régularité à une équipe, ce qui est une chose compliquée."

Cliquez ici pour jouer au Fantasy Football des éliminatoires de l'UEFA Euro 2016 !

Prochain article:
OFFICIEL - Adama Diakhaby quitte Monaco pour Huddersfield
Prochain article:
ICC 2018, PSG : un groupe très jeune pour défier le Bayern Munich
Prochain article:
Real Madric, Vinicius Jr : "J'avais le choix entre des grands clubs, j'ai choisi le meilleur"
Prochain article:
Fan de la vision du football de Maurizio Sarri, Cesc Fabregas veut garder Eden Hazard à Chelsea
Prochain article:
Pep Guardiola : "Cela aurait été une erreur pour Jorginho de rejoindre Manchester City"
Fermer

Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience possible en ligne. En utilisant notre site, vous acceptez d'utiliser ces cookies conformément à notre politique de confidentialité.

Voir plus Accepter