Real Madrid | Casemiro, l'anti-galactique et "bouclier" de Zidane

PartagerFermer Commentaires
Buteur lors des finales, garant de l'équilibre ludique merengue, Casemiro est le soldat de Zidane au Real Madrid, son "bouclier".

C'est la caution physique et volume du très talentueux compartiment central du Real. Aux côtés des métronomes Kroos et Modric et derrière un Isco auquel Zidane a confié la saison dernière la mène des offensives, Casemiro fait partie des "quatre fantastiques", comme les nommait Marca récemment. Mais son rôle à lui est unique, il est le porteur d'eau. Celui qui soulage, le rouage qui permet au moteur tout entier de fonctionner.

Toutes les infos et rumeurs de transfert en direct

Son profil est unique au sein du groupe merengue, d'autant qu'il ne disposait pas de remplaçant naturel au sein de l'effectif du Real la saison dernière. Mais même si un joueur doté du même profil était à la disposition de Zidane, difficile d'imaginer qu'il aurait le même rendement que celui qui avait signé 98% de passes réussies (pour info, Modric a culminé à 96%, Kroos à 95%) face à Manchester United en Supercoupe d'Europe.

Casemiro n'est pas le joueur dont vous entendrez les louanges chez les profanes, à la buvette du quartier ou au coin de la machine à café. Par contre, demandez à Sergio Busquets le joueur qui l'impressionne le plus et il vous répondra Casemiro, n'hésitant pas à se montrer laudateur envers un joueur qui pourtant porte la vareuse de l'ennemi madrilène.

Casemiro, c'est le soldat de Zizou, son "bouclier". Ce terme n'est pas anodin, il fait référence à l'époque où Zidane était encore joueur, quand un certain Claude Makelele ratissait les ballons et arpentait les terrains afin de colmater les brèches pour permettre aux artistes de s'exprimer. C'est d'ailleurs Vicente Del Bosque, le coach du Real de l'époque, qui avait ainsi surnommé le récupérateur français, dont le départ avait lézardé les murs de la maison blanche et détruit l'équilibre ludique des Galactiques.

L'article continue ci-dessous

Casemiro Real Madrid Lionel Messi Barcelona ICC

Mais Casemiro a quelque chose en plus que l'ancien joueur de Chelsea. Quand Makelele transmettait le ballon à Zidane dès qu'il mettait les pieds dessus, conscient de ses limites techniques et de son innocuité offensive empêchant toute velléité d'aller vers l'avant, Casemiro a appris à se projeter dans le camp adverse… et à marquer. Et pas des réalisations de moindre importance. Zidane avait dit récemment en conférence de presse que le staff n'entraînait pas Casemiro à marquer, mais effectuait des exercices offensifs auxquels le milieu de terrain participait. Et l'on peut assumer que le joueur brésilien a su tirer le meilleur de ces sessions à en juger par ses buts en finale de Ligue des champions, ou encore, en Supercoupe d'Europe.

Le destroyer du Real a aussi ses détracteurs. Son style très "viril" ne lui vaut pas que des louanges. Casemiro s'acquitte parfois de sa tâche d'arrêter les offensives adverses avec un peu trop d'enthousiasme. Mais si le milieu auriverde est un boucher, c'est surtout celui des vanités de ses adversaires. Ses gros tacles occasionnels et autres interventions houleuses ne doivent surtout pas masquer son volume, son intelligence tactique, sa vision défensive qui lui permet de bien lire le jeu, d'anticiper et de couper les passes adverses et surtout la compréhension de son propre rôle. Ce n'est pas un diamant à polir, c'est une pierre brute de nature. Un roc, de ceux dont on construit les murs.

Prochain article:
A Montpellier, le PSG ne voudra pas reproduire les erreurs du passé
Prochain article:
Bayern-Wolfsburg 2-2, le Bayern cale avant d’affronter le PSG
Prochain article:
Neymar forfait, Verratti de retour....Comment va jouer le PSG contre Montpellier ?
Prochain article:
Ligue 1 - Radamel Falcao, le meilleur démarrage pour un buteur depuis plus de 40 ans
Prochain article:
Lille 0-4 Monaco : les hommes de Leonardo Jardim sans pitié
Fermer