thumbnail Bonjour,

La légende espagnole Luis Suarez a été interviewé par notre rédaction ibérique à propos du récent titre mondial de la Roja. Au programme : des réjouissances mais aussi la lucidité d’un très grand joueur. Confidences…

Luis Suarez, l’ancienne star de l’Inter et du Barça, qui a remporté l’euro 1964 avec la Roja, est enchanté par le succès de la Seleccion devant les Pays-Bas en finale du mondial africain. Il nous l’a confié.




Monsieur Suarez, comment vous sentez-vous après ce triomphe à la Coupe du Monde ?


Luis Suarez : Je suis très heureux et surtout satisfait. Après deux Euros nous avons enfin remporté le mondial. Je pense que l’équipe peut encore gagner car la plupart des joueurs sont jeunes. Ce titre pour moi n’est qu’un début. Nous pouvons encore en gagner d’autres.

L’Espagne a toujours eu de grands joueurs, mais quelle est la différence entre cette génération et les précédentes ?


L.S. : Il y a eu certes de grands joueurs mais jamais à tous les postes. Cette formation n’a aucun point faible. De plus, sur ce Mondial, plusieurs autres équipes n’ont pas été au top de leur forme et cela a rendu la tâche de Del Bosque bien plus simple.

Quelles sont les similitudes et les différences entre l’équipe de 64 qui avait remporté l’Euro à l’époque et cette équipe de 2010.


L.S. :  Beaucoup d’eau a coulé sous les ponts depuis le titre de 64 ce qui rend les comparaisons ardues. On peut néanmoins dire que mon équipe transmettait le ballon plus vite tandis que celle-ci fait plus tourner le cuir et tous les joueurs le touchent.

Quel joueur de l’équipe actuelle appréciez-vous le plus ?

L.S. : Sans conteste, le joueur le plus régulier et constant est Xavi. Mais la force de cette équipe c’est justement de pas compter sur un seul joueur. Certains ont toutefois été plus décisifs que d’autres. Je pense notamment à Casillas lors de la finale.

Que pensez-vous du niveau de ce Mondial 2010 ?


L.S. :  Un Mondial assez normal sans immense performance, avec des équipes plus préoccupées par le fait de défendre. Beaucoup de coach ont opté pour utiliser pléthore de milieux de terrain avec des ailiers chargés de tâches défensives.  Un peu comme Goran Pandev et Samuel Eto'o à l’Inter de Mourinho.

Quelle équipe a été la bonne surprise et quelles formations ont été les plus décevantes ?


L.S. : Italie et Angleterre ont été pour moi les plus grosses déceptions. Mais le Brésil et l’Argentine n’ont pas non plus complètement rempli leur contrat. Il y a eu deux bonnes surprises pour moi : la jeune Allemagne de Joachim Loew et l’Uruguay, qui a joué de malchance sur la fin.

Quels joueurs vous ont impressionné ?


L.S. : Je dois dire que j’ai beaucoup aimé Diego Forlan. Il ne joue pas dans un grand club donc c’était plus difficile pour lui de briller. Mais il a sorti de grandes performances et a été très efficace. C’est l’attaquant parfait pour beaucoup de grands clubs. Il travaille pour l’équipe et ne s’arrête jamais de courir pour créer des espaces. De plus, il marque des buts. Il possède une excellente mentalité et je ne comprends pas pourquoi il ne joue pas dans club plus gros.

 




Relatifs