thumbnail Bonjour,

Présents à Saint-Gratien (Val d'Oise), pour participer à l'évènement "Africa Unity Experience", Samuel Eto'o et Didier Drogba sont revenus sur la prochaine Coupe du monde qu'ils disputeront en Afrique du Sud. Et les deux joueurs, accompagnés de Stephen Appiah, n'ont qu'une envie : faire briller les équipes africaines.

Présents à Saint-Gratien (Val d'Oise), pour participer à l'évènement "Africa Unity Experience", Samuel Eto'o et Didier Drogba sont revenus sur la prochaine Coupe du monde qu'ils disputeront en Afrique du Sud. Et les deux joueurs, accompagnés de Stephen Appiah, n'ont qu'une envie : faire briller les équipes africaines.

Pourquoi êtes-vous là ?
Samuel Eto'o :
Je tiens d'abord à vous remercier d'être venus nombreux. Le pari de Puma et de l'UNEP, en vous voyant, est réussi. Il y a quelques mois, nous étions à Nairobi, mais pas aussi nombreux. Je suis un enfant de l'Afrique et c'est pour ça que j'ai accepté cette proposition.


Stephen Appiah :
Je suis très heureux d'être là, de jouer pour cette campagne. Paris est une super ville, nous sommes très heureux d'être là pour nous entraîner. Nous sommes tous d'origine africaine, nous devons tous avoir le même but. Dans tous les domaines, nous ne devons jamais oublier d'où nous venons.

Didier Drogba : Répondre présent à ce genre d'invitation, c'est un devoir en tant qu'Africain. Aujourd'hui, c'est le foot africain mis en avant, par ses stars de divers horizons. On essaie d'unir nos forces pour profiter de la Coupe du monde en Afrique du Sud pour que "play for life" ait un véritable echo.

Est-ce une fierté de jouer dans une afrique post raciale, en Afrique du Sud ?
Didier Drogba :
jouer cette Coupe du monde en Afrique, c'est tout un symbole. Le  premier, c'est bien sûr Nelson Mandela qui a beaucoup fait contre l'apartheid, qui a permis à beaucoup d'autres continents d'ouvrir leur esprit. Pour nous, Africains, c'est une vraie fierté de jouer cette Coupe du monde.

Vous faites partie des meilleurs attaquants du monde, êtes vous conscient de l'attente suscitée ?
Samuel Eto'o :
Merci pour Didier et moi, mais même si vous ne parlez pas du grand capitaine Appiah, c'est un grand enfant de notre Afrique, un grand milieu de terrain qui a prouvé beaucoup de choses. La Coupe du monde, pour moi personnellement, c'est une fête, surtout qu'elle joue sur mon continent. J'allais profiter de cette occasion pour parler à Stephen et Didier. J'aimerais que cette Coupe du monde restera à jamais dans les mémoires, pas seulement des Africains, mais également et surtout des
Européens. Nous sommes jugés et nous sommes jugés sur tout. Si Didier joue à son meilleur niveau, la Côte d'Ivoire peut au moins jouer la demi-finale. Il faut aussi que le football soit d'accord ! (rires) Je demanderais aussi à nos frères ghanéens. Il faut qu'on soit Africain avant d'être Ghanéens, Camerounais,... A chaque fois qu'une équipe africaine sera en face d'une autre équipe, il faudra supporter l'équipe africaine. Nous jouons, nous Africains, contre tout le monde.


Didier Drogba :
Je remercie Samuel qui vient de rajouter plus de pression sur la Côte d'Ivoire (rires). Il y a beaucoup d'attente, mais c'est surtout parce que malheureusement et heureusement, c'est la première fois qu'un pays africain organise la Coupe du monde. D'avoir 6 équipes, ça nous donne un peu plus de chances d'aller loin. Samuel a souligné des points importants et notamment l'appui de tout un continent. Les gens critiquent l'organisation alors que lors de la coupe des confédérations, tout s'est bien passé. Aujourd'hui les seuls à pouvoir promouvoir le foot africain et l'Afrique du Sud, ce sont les Africains et les Européens qui le voudront bien. Plus vous nous apporterez votre soutien, plus on aura la chance d'aller loin.

Samuel, Didier, vous avez tous les deux des fondations pour l'éducation en Afrique, est-ce pour vous une reconversion envisageable et concevez-vous ces actions comme une dette pour les populations africaines ?
Samuel Eto'o :
j'aimerais vous poser une question. Une dette envers l'Afrique ? Pourquoi ? Je suis heureux d'aider les autres et d'aider les jeunes Africains comme moi je ne l'ai pas été. J'aurais la force de lutter pour apporter le meilleur à ces enfants et à ces populations. Je ne vois pas ça comme une dette, même pas comme un devoir. Je partage juste ce que j'ai aujourd'hui avec des frères.

Didier Drogba : pour appuyer les propos de samuel, ce n'est pas parce qu'on a quitté notre continent pour réussir ailleurs qu'on a une dette. On le fait parce qu'on a envie d'aider, parce que nous on a réussi et que d'autres ne réussissent pas. Aujourd'hui parce qu'aujourd'hui en Afrique, une fille ne connaît rien des moyens de contraception, que des mères ne peuvent se soigner du SIDA. C'est l'envie d'aider son prochain, tout simplement.

 

Connectez-vous à notre page Facebook Goal.com France et devenez fan. Le Meilleur de Goal.com vous est réservé et tombera directement sur votre page.

Relatifs

From the web