thumbnail Bonjour,

Michael Ballack a pris hier sa retraite du monde du football. Retour sur une carrière faite de défaites et de regrets.

PROFIL
Par John Brandi

La nouvelle de la retraite de Michael Ballack a créé un sentiment de tristesse et de nostalgie à tous les amateurs de foot. Une chose est sûr, le milieu de 36 ans arrête, avec un goût d'insatisfait et d'inachevé, une carrière illustre entre le Bayer Leverkusen, le Bayern Munich et Chelsea.

La fin est venue à point nommé, à tel point que 'Der Capitano' a lui même avoué que c'était la décision la plus logique. Quand ses seules réelles options sont le Qatar, l'Australie ou les USA - les traditionnelles  maisons de retraite pour footballeur - c'est que sa carrière est derrière lui.

Ballack sera rappellé comme l'un des plus grands joueurs Allemands. Il laissera derrière lui des souvenirs innoubliables, malgré une fin indigne à la BayArena qui a vu le club déchoir avec lui. Ses exploits avec la sélection allemande ne seront cependant pas oubliés de si tôt.


Incandescent | Ballackn'a jamais eu la chance de son côté

Le dernier grand leader de son pays avait été sensationnel lors de la Coupe du Monde 2002 quand à la surprise de tous, il portait son pays en finale de Coupe du Monde, en inscrivant trois buts et quatres passes décisives. Le sort a cependant voulu qu'il se prenne un carton jaune en demi-finale, ce qui l'a privé d'une finale perdue 2-0 contre le Brésil de Ronaldo.

C'est le début d'un grand désamour entre lui et les finales. Quelques mois auparavant, il avait été vice-champion d'Allemagne avec le Bayer Leverkusen, à un point du Borussia Dortmund. Pour finir, il avait aussi perdu la Ligue des Champions lors de la célèbre victoire du Real Madrid et le but légendaire de Zinedine Zidane. Après la Coupe du Monde, il se transfère à Munich, et s'il gagne la Bundesliga, il se fait éliminer d'Europe en Quart de Finale.

La Coupe du Monde 2006 offre un nouveau scénario "à deux doigts" dans la carrière de Ballack. L'Allemagne accueille la plus prestigieuse des compétitions et est bien déterminée à remporter la finale. Avec Ballack comme capitaine, la Manschaft réalise un parcours sans embuche jusqu'à la demi finale où ils rencontrent le chemin des Italiens. Les futurs champions du monde infligeront une défaite 2-0 à Ballack et aux siens lors des prolongations. Malgré une troisième place arrachée contre le Portugal, ce n'est pas assez pour Michael qui voulait soulever le trophée ultime.

Ses rêves de gloire l'amènent en Angleterre, plus précisément à Londres, chez les nouveaux riches de Chelsea, où il éspère enfin réaliser ses rêves. Il est tout de suite mis sur le devant de la scène et devient un des leaders de Stamford Bridge, bien qu'il évolue dans un rôle plus défensif qu'à son habitude.

LES DEFAITES DE BALLACK
ANNEE COMPETITION RESULTAT
2002 Bundesliga Titre perdue lors de la dernière journée
2002 DFB-Pokal Finale perdue
2002 CL Finale perdue
2002 CDM Suspendu pour une finale perdue
2006 CDM Perdu en demi-finale
2008 CL finale perdue aux penatlys
2008 Euro Finale ratée pour blessure
2009 CL Défaite en demi-finale
Mais la chance ne s'invertit pas dans l'Ouest de Londres. Sous la tutelle d'Avram Grant, les Blues atteignent la finale de la Ligue des Champions en 2008, mais sur le dernier penalty, la glissade de John Terry donnera le titre à Manchester.

Il a la chance de pouvoir se refaire à l'Euro 2008, qui se doit d'être son dernier tournoi majeur international. Mais une fois de plus, ses rêves se sont écroulés en finale à cause d'un but de Fernando Torres.

Un an plus tard, une désastreuse performance de l'arbitre Tom Henning Ovrebo en demi finale de  Champions League, à Stamford Bridge, privera l'Allemand de finale. L'arbitre refuse deux penaltys évidents à Chelsea. Le but à la dernière minute d'Iniesta fera exploser la colère de l'Allemand contre le norvégien.
Cela commence a devenir évident qu'il ne posera jamais ses mains sur un trophée majeur qu'il mériterait sûrement.

La Coupe du Monde 2010 aurait pu donner une dernière chance de victoire. Maitenant en tant que vétéran, il aura le rôle d'encadrement des jeunes.  Seulement, après avoir mené avec succès son équipe à la qualification, un cruel tacle du milieu de Portsmouth, Kevin-Prince Boateng, l'obligera à abandonner son équipe avant d'arriver en Afrique du Sud. Mesut Ozil fut exceptionnel à sa place, et Lahm montra des qualités de capitaine indéniable. Conclusion, la Manschaft new generation n'a pas besoi de lui. La carrière international de Ballack est fini.

Marginalisé par Leverkusen qu'il rejoint en 2010, il y passera ses deux dernières années à tenter de se battre contre son corps, fragilisé par les blessures.

D'une manière cruelle, c'est presque normale que sa carrière ne s'arrête sans bouquet final pour ce grand joueur, éternel looser.

Relatifs