thumbnail Bonjour,

Monaco découvre la pression

A la peine durant ses premiers matches de préparation, l’AS Monaco commence à prendre connaissance avec les attentes qui pèsent sur les équipes jouant les premiers rôles en L1.

Ce mercredi, les joueurs de l’AS Monaco se sont envolés pour l’Angleterre et le tout nouveau centre de St-George. L’objet de cette visite au pays de Sa Majesté est la réalisation d’un deuxième stage de préparation après celui effectué en Autriche. Outre-Manche, et comme ce fut le cas à Innsbruck, l’équipe de la Principauté va disputer deux matches amicaux (contre Leicester et Tottenham). A 15 jours du coup d’envoi de la Ligue 1, elle espère cette fois ne pas y revenir avec un zéro pointé. Ça ferait tâche pour un club censé tout dévaster sur son passage cette saison. Et, ça serai surtout préjudiciable pour le moral des troupes avant ce match de reprise contre Bordeaux. Quoi qu’en disent les joueurs et leur entraineur, lesquels, de l’extérieur, laissent transparaitre une certaine sérénité.

« Commencer à jouer plus comptacts »

Si malgré ces revers concédés face à Fortuna Dusseldorf (2-3) et Augsbourg (0-1), les Monégasques ne se sont pas affolés c’est qu’ils ont des circonstances atténuantes à brandir. « C'était difficile car les autres équipes étaient en plein championnat, alors que, nous, on n'avait que deux, trois entrainements dans les jambes » a notamment confié le défenseur Gary Kacelmacher. Certes, ce que dit le défenseur uruguayen n’est qu’à moitié vrai, mais il est clair, en effet, que le niveau de forme physique affiché par l’ASM avec ceux de ses opposants allemands était trop disparate. L’entraineur Ranieri a même indiqué que pour le dernier match « il était impossible de jouer car on avait fait un voyage en bus de trois heures avant le coup d’envoi ».

Outre les excuses avancées, ce qui fait en premier lieu que Monaco n’est pas encore au point c’est que l’équipe a été renouvelée de trois quarts par rapport à celle qui avait assuré le retour parmi l’élite. Valère Germain, un des rescapés de l’effectif 2012-13, indique que c’est une donnée qui ne peut pas être négligée : « C'est normal. Il nous faut du temps. On travaille très bien tous les jours à l'entrainement. Il va falloir trouver une certaine cohésion, même en dehors des entrainements ». A ce sujet, celui qui vient de prolonger son contrat jusqu’en 2017 ne se fait cependant pas trop de soucis. Au bout de quelques jours passés avec les Falcao, Rodriguez, Moutinho et compagnie, il pense avoir décelé assez garanties quant à la bonne tenue du vestiaire : « les nouveaux joueurs qui sont arrivés sont des joueurs simples et intelligents, je ne me pose pas de question ».  
 
En attendant qu’il y ait plus de complicité en son sein, le groupe pro doit quand même essayer d’élever son niveau de rendement collectif. Le duel contre les Foxes de Leicester ce week-end arrive à point nommé. « Le but de ce stage est de continuer à monter en puissance physiquement, mais aussi de travailler un peu plus tactiquement. On doit commencer à jouer d'une manière plus compacte que ça soit en défense ou en attaque » a prévenu Ranieri. Le technicien italien, dont on dit que le crédit auprès de ses responsables est en voie d’épuisement, espère que ses protégés sauront infléchir la série actuelle. Ça sera la meilleure des solutions pour ponctuer la phase de préparation en beauté, mais aussi pour prouver aux sceptiques qu’ils savent réagir dans l’adversité pour peu qu’ils soient dans les meilleures conditions pour le faire.

Relatifs

From the web