thumbnail Bonjour,

CdC - La Roja s'est accrochée

Malmenée en première période par une équipe d'Italie séduisante, l'Espagne n'a rien lâché pour finalement s'imposer aux tirs aux buts (0-0, 7-6 t.a.b.).

Ce pouvait être un remake de la finale du dernier championnat d'Europe des Nations, mais il n'en a rien été. Pour l'une des plus belles affiches de cette Coupe des Confédérations, l'Italie a tenu tête à l'Espagne en proposant un visage conquérant et une organisation millimétrée. La Roja s'en est sortie, avec abnégation, et un zeste de chance, aux tirs aux buts.

Del Bosque : "On a eu de la chance"

Légitime favori, avec le Brésil, pays hôte qu'elle rejoint en finale pour la victoire dans ce tournoi, l'Espagne n'a pas réalisé une prestation aussi impressionnante que ses sorties du premier tour. Outre les amateurs de Tahiti, écrasés (10-0), la Roja avait su dompter les deux autres sélections de son groupe, le Nigéria et surtout l'Uruguay, en faisant forte impression. Mais l'Italie était clairement l'écurie la plus complète qu'elle ait rencontrée à ce stade de la compétition. La Squadra Azzura a même dominé, lors d'un premier acte intense, grâce à un plan tactique parfaitement cohérent.

Positionnés assez bas, les Italiens ont bien quadrillé le terrain pour laisser un minimum d'espace aux artistes ibériques. La pierre angulaire du milieu, Andrea Pirlo, s'est chargé du reste en orientant le jeu pour déclencher des attaques rapides qui auraient pu permettre aux hommes de Prandelli de rentrer au vestiaire avec un avantage au score. Le second acte ne fut pas du même accabit, l'Espagne livrant une réaction pour tenter de forcer le verrou italien. Mais malgré une autre emprise sur le jeu, elle a finalement dû patienter au bout de la nuit, et compter sur une chance bienvenue, pour rejoindre la Seleçao en finale de ce tournoi. Une séance de tirs aux buts longue et indécise, avant le raté de Bonucci. Fatal.

Sélectionneur soulagé, Vicente Del Bosque, beau joueur, ne faisait pas la fine bouche. "C'était un match excellent de la part des deux équipes, un match noble, propre, dans des conditions climatiques difficiles. Dans le jeu, les Italiens ont été supérieurs en première période, dans la seconde ce fut plus équilibré, et on est parvenu à monter en régime pour prendre le dessus en prolongation. Et on a eu de la chance aux tirs au but.", a t-il expliqué dans des propos relayés par l'Equipe. Avant de se projeter sur la finale. "On va déjà respirer après ce match dur, il faut récupérer. On a trois jours seulement pour récupérer. C'est très bien que les joueurs aient encore ce rêve d'enfant d'affronter le Brésil au Maracana. De ce côté-là, l'émotion est garantie. Aujourd'hui, ils ont produit de grands efforts, même si c'est vrai qu'ils jouent pratiquement toute l'année deux fois par semaine. Ils ont répondu aux attentes de la sélection, mais on en veut encore un peu plus, on verra si on peut le faire dimanche." Le rendez-vous est pris.

A lire également :

Toute l'actualité de la Coupe des Confédérations

Relatifs

From the web