thumbnail Bonjour,

Mal à l’aise sur les pelouses brésiliennes ces derniers temps, Oscar déçoit. Habituellement spectaculaire, il n’est aujourd’hui que l’ombre de lui-même.

Mais qu’arrive-t-il à Oscar ? Le milieu offensif de Chelsea est méconnaissable avec la Seleçao depuis le début de la Coupe des Confédérations. Semblant perdu sur le terrain comme peut l’être un gamin dans les rayons d’un supermarché, il est la déception de la compétition dans le camp brésilien.

Aucune influence positive sur l’équipe

Positionné en tant que numéro 10 de son équipe, Oscar n’a quasiment aucune influence sur le jeu offensif du Brésil. Tous les ballons sont aimantés par Hulk et surtout Neymar sur les côtés, empêchant le jeune joueur de toucher le ballon autant qu’il aime le faire. Sur les phases d’attaque, on peut souvent voir Oscar suivre l’action sans y participer, puis revenir défendre, puis s’approcher du but à nouveau… tout ça sans peser sur le jeu du Brésil. Il fait même parfois peine à voir, à enchaîner les allers-retours  sur la pelouse sans voir le ballon arriver dans ses pieds. Et quand c’est le cas, il ne fait pas toujours forcément les bons choix, ou le geste juste. Il tente de chercher un partenaire quand il peut y aller seul, ou bien il tente sa chance quand un équipier démarqué se trouvait en bonne position. Finalement, on ne retient de ses matchs que quelques gestes de classe, une talonnade ou une déviation en première intention, qui déstabilisent les défenses et mettent les attaquants dans les conditions idéales. Mais depuis le début de la compétition, ces gestes réussis, alliant spectaculaire et efficacité, se font trop rares.

La déception est d’autant plus grande qu’on l’a récemment vu évoluer à un niveau très intéressant, que ce soit avec Chelsea ou la Seleçao. Mais Oscar commence peut-être à devenir victime de son succès. Depuis un an et demi, il accumule les rencontres à un rythme effréné. Transféré chez les Blues pour 32 millions d’euros en juillet 2012, il avait disputé 20 matchs en club depuis le début de l’année. A rajouter aux 64 apparitions sous le maillot de Chelsea depuis son arrivée au club, on arrive à un total impressionnant de 84 matchs en 18 mois. Normal qu’il ait besoin de souffler après ça. Surtout qu’il a également disputé les Jeux Olympiques de Londres à l’été 2012, où il a disputé six matchs, et qu’il a porté à 18 reprises le maillot auriverde autrement. Soit 24 matchs internationaux, à rajouter aux 84 en club. C'est-à-dire la bagatelle de 108 matchs en un an et demi. Il n’est donc pas étonnant que le jeune joueur connaisse une baisse de régime.

La problématique qui se pose n’est donc finalement pas la qualité du joueur ou les raisons de sa méforme. Mais plutôt pourquoi Luiz Felipe Scolari continue de l’aligner dans son onze de départ. Systématiquement remplacé par le milieu de la Lazio Hernanes, il apparaît évident qu’Oscar ne convainc pas son coach. Celui-ci est peut-être influencé par les bonnes performances de son joueur en sélection, qui avait été brillant en amical en mars dernier  contre l’Italie (2-2), où il avait inscrit un but. Plus récemment, Oscar avait été brillant contre l’Equipe de France, inscrivant le premier but de la rencontre (3-0). Sa bonne préparation contraste avec son tournoi, et l’entraîneur brésilien doit juger que ce n’est qu’une mauvaise passe temporaire et attendre le réveil de son prodige. Il faut dire qu’il n’a pas non plus un choix illimité à son poste. Kaká et Ronaldinho n’ont pas été appelés, ne représentant pas l’avenir de l’équipe. Hernanes est un peu plus défensif que lui, tout comme les autres milieux de terrain convoqués. C’est aussi par défaut que l’habituel virevoltant joueur de Chelsea reste sur le terrain. Qualifié pour la finale de sa Coupe des Confédérations, le Brésil affrontera l’Italies ou l’Espagne. Et cette fois, pas sûr que le talent de ses coéquipiers suffise. Perdu, il va falloir qu’Oscar trouve rapidement le chemin de la sortie s’il veut soulever le trophée dimanche soir. 

 Alexandre Schmid est sur Twitter  

Relatifs

From the web