thumbnail Bonjour,

Retrouvez une revue de presse des principaux médias espagnols après le nul face aux Bleus (1-1) mardi, en éliminatoires du Mondial 2014.

Retrouvez une revue de presse des principaux médias espagnols après le nul face aux Bleus (1-1) mardi, en éliminatoires du Mondial 2014.

"L'Espagne ne fut pas l'Espagne"

Après un bon début de match face aux Bleus mardi, l'Espagne s'est essoufflée, au point de concéder le nul (1-1) et de ne plus ressembler à l'équipe sacrée championne du monde et double championne d'Europe. Une performance qui a fortement déplu à la presse espagnole. Ce mercredi matin, elle est unanime. Déception, colère... Les médias sportifs ne mâchent pas leurs mots à l'égard de la Roja.  "Gros flop" titre Marca, "Fringale" pour El Mundo deportivo ou encore "L'Espagne ne fut pas l'Espagne" met à sa UNE El Pais.  Autant avouer que les titres des journaux ibériques ne sont pas tendres avec leur équipe.

Il faut dire l'égalisation de Giroud, dans le temps additionnel, a mis fin à plusieurs séries en cours chez les Espagnols. Notamment celle de neuf victoires consécutives. Casillas a aussi dû dire adieu à une invincibilité qui aura duré sept matches en compétition et tout cela montre que la Roja possède aussi des points faibles. "La pire version de l'Espagne depuis longtemps provoque des conséquences graves, écrivait Marca. Le match nul oblige la Roja à aller résoudre ses problèmes à Paris, lors du match retour contre les Bleus en mars". Même son du cloche du côté de AS : "Durant toute la seconde période, l'Espagne, décomposée et presque en panique, a été à la merci de la France". "Après un bon début, l'Espagne spécule trop avec le résultat", insistait de son côté El Pais.

A l'inverse, la presse française, qui voyait l'Espagne mettre une raclée aux Bleus, est aux anges ce mercredi matin. "Jouissif", écrit en Une L'Equipe ou "C'est comme ça qu'on vous aime", titre Le Parisien. D'ailleurs, même la presse espagnole a loué la performance des Bleus, qui n'ont rien lâché, en seconde période. "Après la pause, la France a joué de manière décidée et s'est secouée de sa torpeur", explique El Pais. Au milieu de toute cette déception, AS se montrait le plus volontariste: "Mission: gagner à Paris", titrait le quotidien madrilène.

Relatifs

From the web