thumbnail Bonjour,

L'équipe de France retrouve l'Espagne à Madrid, mardi prochain, soit quatre mois après l'avoir affronté en quarts de finale de l'Euro.

Les Bleus peuvent-ils le faire ? Dans un groupe composé de la Biélorussie, de la Géorgie et de l'Espagne, ces derniers sont les plus gros adversaires que les hommes de Didier Deschamps seront amenés à confronter pour se qualifier pour le Mondial 2014. Si la défaite en quarts de finale de l'Euro (2-0, ndlr) a laissé un goût amer, notamment à cause du système de jeu appliqué ce jour-là, les Tricolores devront proposer mieux pour espérer "ramener quelque chose" de Madrid, comme l'a dit Mathieu Debuchy en conférence de presse. Mais l'Espagne est-elle vraiment imbattable ?

Une défense diminuée

Face à l'équipe de France, les joueurs de Vicente Del Bosque seront privés de Gérard Piqué et de Carles Puyol en défense. Si Javi Martinez, rappelé par le sélectionneur espagnol, peut dépanner à ce poste, il n'y a pas vraiment tous ses repères. "La saison dernière, Bielsa (alors son entraîneur à l'Athletic Bilbao) m'a fait découvrir le poste de défenseur central. Au début, cela m'a coûté, mais ensuite, je me suis habitué. A Munich, je joue plutôt comme milieu, mais je suis à l'entière disposition du sélectionneur. Cela ne me coûterait aucunement de retourner en défense centrale, je serais enchanté", a expliqué le Bavarois en conférence de presse. Face à la Biélorussie et à la France, Del Bosque devrait encore recentrer Sergio Ramos. Cela ne posera aucun problème au Madrilène puisqu'il joue à ce poste au Real Madrid et a déjà dépanné plusieurs fois en sélection, notamment à l'Euro avec le forfait de Puyol. A ses côtés, Javi Martinez apparait comme étant le seul joueur capable de suppléer son coéquipier vu le nombre de latéraux sélectionnés par l'entraineur espagnol. Il pourrait ainsi complèter le duo. Sur les flancs, Alvaro Arbeola et Jordi Alba devraient être de la partie. Ce dernier avait compliqué la tâche de Mathieu Debuchy et Anthony Réveillère à l'Euro.

Un milieu et une attaque solides

Contrairement à la France qui n'a toujours pas trouvé de milieu fixe et doit encore composer avec les forfaits de Abou Diaby et Rio Mavuba - voire même Lassana Diarra -, le point fort de l'Espagne est son milieu de terrain. Avec Xavi, Andrès Iniesta, Xabi Alonso, Santi Cazorla - très bon à Arsenal - Sergio Busquets, Cesc Fabregas, David Silva et Benat Etxebarria, Vincente Del Bosque a l'embarras du choix. Le sélectionneur des champions du monde et d'Europe en titre s'est même permis d'aligner Fabregas en attaque lors de l'Euro. L'attaque justement, la Roja dispose d'éléments importants à chaque match. Fernando Torres a beau être décrier en club, il n'a pas le même rendement en sélection lorsqu'il est titulaire. David Villa revient à peine avec le FC Barcelone mais il n'aura aucun mal à retrouver ses repères avec ses coéquipiers du milieu Xavi et Iniesta, voire même Busquets, et Pedro sur le côté gauche. Roberto Soldado et Jesus Navas font offices de très bons joker pour les Ibériques et peuvent se montrer décisifs quand leur équipe va mal.

Si l'effectif espagnol a de quoi faire frémir les Bleus, quelques signes peuvent toutefois donner des idées à Didier Deschamps et ses hommes. Les Espagnols ont eu toutes les peines du monde pour battre la Géorgie en septembre dernier en arrachant la victoire (1-0). Aussi, les Tricolores devront profiter des absences combinées des Catalans Piqué et Puyol pour mettre en danger la défense de cette équipe d'Espagne.

Relatifs

From the web