thumbnail Bonjour,

Au lendemain de la victoire acquise en Finlande (1-0), Didier Deschamps s’est attardé longuement sur les prestations individuelles et les manquements collectifs.

A peine revenu en France à la suite d’un voyage victorieux en Finlande (1-0), Didier Deschamps a livré une conférence de presse cet après-midi. Face aux journalistes, le sélectionneur tricolore a décortiqué soigneusement la prestation livrée par l’ensemble des secteurs de son équipe. S’il est apparu satisfait du rendement affiché par la défense et le milieu de terrain, il a, en revanche, décélé pas mal de fioritures dans le registre offensif. Sans aller jusqu’à les admonester, il a ainsi profité de l’occasion pour demander à ses protégés qu’ils se montrent plus efficaces aux avant-postes. Il s’en doutait et maintenant il est convaincu que c’est donc en attaque que les Bleus doivent aujourd’hui le plus progresser.

« LES JEUNES N’ONT PEUR DE RIEN »

Didier, comment avez-vous trouvé votre charnière centrale hier ?

Didier Deschamps : Ils ont confiance en eux malgré leurs jeunes âges et leur manque de vécu international. Face à l'Uruguay, j'avais remarqué qu'ils n'avaient pas ressenti de pression. Ils sont à l'aise dans le groupe et ont une grande confiance en eux. On peut reprocher beaucoup de choses à la jeunesse mais ils n'ont peur de rien. Ils doivent faire attention à ne pas en rajouter. Le haut niveau, c'est l'efficacité. Il faut parfois mieux dégager en tribune. Ils ont des aptitudes physiques très intéressantes. Malgré des situations chaudes, ils n'ont jamais paniqué.

Est-ce difficile de les écarter du onze maintenant ?

D.D. : Ceux qui n'ont pas joué, ça doit les booster. Je ne vais pas m'en plaindre. Ils ont enchainé deux performances de haut niveau, c'est à mettre à leur crédit.

Sakho a franchi un pallier par rapport à ses prestations sous l’ère Blanc…

D.D. : Sa première sélection avait été très médiatisée et s'était mal passée. Il était plus tendu. C'est à travers ça que se construit.

Comment jugez-vous le rendement de votre milieu de terrain ?

D.D. : Le milieu a bien fonctionné. Les trois offensifs ont effectué un gros harcélement, au détriment du reste. Il y a beaucoup de complémentarité entre Cabaye, Mavuba et Diaby. Dans le coeur du jeu, on a été bon. L'association des trois a été très bonne.

De part ce qu’il a montré, Rio Mavuba émerge déjà comme un véritable taulier. Etes vous d’accord ?

D.D. : Il est dans le même registre qu'en club. Devant les axiaux, il aime cette position. Il s'est faire des décalages, il est intelligent dans la lecture des trajectoires et donne de l'équilibre à l'équipe. C'est un leader de parole. Pourquoi il n'a pas été appelé avant ? Je ne sais pas. A Lille, il joue au haut niveau. Il est naturel en équipe de France. Il fait ce que je lui demande de faire. Dans ce rôle de sentinelle, même s'il manque d'impact dans le jeu aérien, il a des relances propres.

Mavuba a été associé à la négociation pour les primes. Pourquoi lui ?

D.D. : Parce qu'il faut des joueurs capables de représenter le groupe. Rio fait partie de ses joueurs. Il est capitaine à Lille et connait ce genre de discussion.



« JE NE VEUX PAS DENATURER BENZEMA »

Le secteur offensif en revanche, il n’a pas donné pleinement satisfaction…

D.D. : Le chantier, c'est l'animation offensive. Oui, Karim peut être le grand buteur des Bleus. Il aime avoir de la liberté mais ses dézonages doivent être compensés. Le plus difficile, pour tous les sélectionneurs, c'est l'attaque. On doit être plus dangereux dans la surface sans dénaturer le positionnement des joueurs. L'animation, ce n'est pas une question de nombre de joueurs offensifs mais de complémentarité dans les déplacements. C'est difficile à trouver.

Benzema pourra-t-il être utilisé ailleurs que dans l’axe ?

D.D. : Je n'attends pas spécialement plus de Ribéry. Il est généreux, il provoque et fait des efforts sans le ballon. Il a tendance à être un peu bas sans doute. Il est habitué d'être dans ce registre au Bayern. Il dézone beaucoup. Plus il sera haut, mieux ce sera pour nous. Il provoque et s'est être décisif. Concernant hier, je ne parle pas de performance individuelle. Il a fait beaucoup de course parfois inutile. il le sait mais il est très généreux.

Qu’est-ce que vous devez améliorer en premier par rapport au prochain match ?

D.D. : Etre capable d'être plus précis dans nos positions de débordement. La Biélorussie, il va falloir la contourner et finir dans l'axe ce qui exige une présence dans la surface.

Sur les côtés, il y a aussi eu un manque au niveau de l’apport. Ne le pensez-vous pas ?

D.D. : On doit améliorer la qualité des centres. Mais on manque de présence dans la surface. On doit pouvoir être plus précis en première intention. Parfois, sur nos trois joueurs offensifs, deux étaient trop près l'un de l'autre. Karim bouge beaucoup. Mais quand il est sur un côté, celui auquel il prend la place doit être devant le but.

Les latéraux peuvent-ils être d’un meilleur soutien ?

D.D. : Les latéraux peuvent nous apporter aussi plus dans l'animation offensive pour avoir une bonne qualité de centre. Ce qui n'était pas le cas hier. On a eu 14 centres hier et aucun n'a été décisif.

Jallet et Clichy ont plus tendance à monter que Réveillère et Evra…

D.D. : Jallet et Clichy ont un profil plus offensif, c'est vrai. Ça rentre dans ma réflexion même si Patrice Evra aime bien aller de l'avant. Mais il ne faut pas oublier le travail défensif. Ce n'est pas tout d'aller de l'avant mais je préfère qu'il soit un bon défenseur. Mais les latéraux amène souvent des décalages.

« AVEC DIABY, IL Y A TOUJOURS UN RISQUE »

Et concernant Ribéry, doit-il apporter plus ?

D.D. : Je n'attends pas spécialement plus de Ribéry. Il est généreux, il provoque et fait des efforts sans le ballon. Il a tendance à être un peu bas sans doute. Il est habitué d'être dans ce registre au Bayern. Il dézone beaucoup. Plus il sera haut, mieux ce sera pour nous. Il provoque et s'est être décisif. Concernant hier, je ne parle pas de performance individuelle. Il a fait beaucoup de course parfois inutile. Il le sait mais il est très généreux.

Avec Diaby, y aura-t-il un risque de le faire jouer un deuxième match de suite ?

D.D. : Il existe toujours un risque avec Diaby. Il n'y a que quatre jours entre les deux matches. Je n'ai pas pu l'économiser en fin de match car sa présence athlétique est importante. Dans l'absolu, je ne le vois pas ne pas être disponible mardi. Je aprle avec Arsène le concernant. Ses blessures sont derrière lui. Il doit pouvoir enchainer les matches.

Quel système de jeu pourra être utilisé mardi ?

D.D. : Je ne sais pas. On doit garder ce qu'on a bien fait mais on doit amener plus de présence offensive. J'attends de voir comment les uns et les autres vont récupérer. Le 4-4-2 pourrait être une option mais il demande plus d'efforts sur les côtés.

A lire aussi :

Tout sur l’Equipe de France

Relatifs

From the web