thumbnail Bonjour,

Sepp Blatter l'a annoncé, il y aura une technologie pour éviter les buts "fantômes" comme celui de l'Angleterre contre l'Allemagne ou de l'Ukraine contre cette même Angleterre.

Sepp Blatter l’a annoncé, La Coupe du Monde 2014 au Brésil verra l’installation d’une technologie qui permettra d’assister les arbitres. Elle sera testée avant en Coupe du Monde des clubs et en Coupe des Confédérations, et servira à savoir si le ballon a franchi la ligne ou non. Les grandes instances du football doivent maintenant décider entre le « GoalRef », où une puce serait insérée dans le ballon, et le « Hawk-eye », déjà utilisé au Tennis et au Criquet. Si le non-but de Lampard en 2010 avait donné des doutes au président de la FIFA Sepp Blatter, il semble que l’action de Devic lors de cet Euro ait finalement convaincu le Suisse à prendre position.

Plus d'erreurs de ce genre

L’arbitrage à 5 fût somme toute une bonne décision, il y eut lors de cet Euro très peu de décisions contestées, mais même un arbitre de surface est capable d'erreur, et qu'il ne soit pas capable à deux mètres de distance de voir si un ballon a franchi une ligne a permi à la technologie de finalement l'emporter. Avec cette technologie, les erreurs seront de plus en plus rares. Les contestations possibles avec un humain seront impossibles avec la technologie. Ceci pourrait éviter le débordement des foules, les rancœurs sur le terrain et surtout les injustices. Qui n’a pas eu de peine pour les Anglais qui ont vainement tenté de revenir face aux Allemands ou pour les Ukrainiens qui jouaient leur qualification dans leur Euro. Pas de doute possible, cette décision sera une bouffée d’air frais pour le jeu le plus populaire du vieux continent.


Mais le Football est universel et si l’Europe n’aura aucun mal à installer cette technologie sur ses terrains, qu’en sera-t-il des pays d’Afrique, ou encore d’Amérique du Sud, où le football est tout aussi important qu’en Europe, on peut aussi évoquer les petits pays du vieux continent. C’est alors le projet de Michel Platini de baisser l’écart entre les grands et petits pays qui en prendrait un vrai coup. On aurait donc un football à deux vitesses car l’installation de ces techniques coûte cher, pour somme toute très peu de cas par saison.

L’introduction de cette nouvelle technologie est donc une bonne nouvelle pour le football de très haut niveau, où chaque détail comptent, mais qu’est-il prévu pour les petits pays, et surtout, ce premier pas dans la technologie pourrait-il ouvrir les portes à l’arbitrage vidéo ?