thumbnail Bonjour,
CAN - Le Maroc passe son test d'Angolais

CAN - Le Maroc passe son test d'Angolais

مبارك بو صوفه_المغرب

Pour le deuxième match de la compétition, le Maroc défie l’Angola, dans un groupe qui comprend aussi l’Afrique du Sud et le Cap-Vert, un vrai test pour les deux équipes.

Chaque participant dans une compétition a pour mission d’aller le plus loin possible.  Et notre sélection ne fuit pas la règle. Nous allons lutter pour atteindre la phase suivante et partir de là, nous penserons à d’autres rencontres”. Dès le début de la compétition, l’objectif est donné par le sélectionneur du Maroc Rachid Taoussi, alors que les marocains se sont qualifiés de justesse pour la compétition en Afrique du Sud. Pourtant, les lions de l’Atlas ont du mal avec la compétition. Une seule victoire en 1976, et quatre compétitions de suite sans passer le premier tour.

Lions vs Palancas

Mais avec son nouvel entraîneur, qui a pris la place d’Eric Gerets et explosé le Mozambique 4-0 en match retour de barrage. Pourtant, Taoussi est loin de ne s’être fait que des amis dans son pays. En écartant des grosses pointures tels que Kharja, Boussoufa, Taarabt ou encore Chamakh, le sélectionneur s’est lui-même tiré une balle dans le pied. L’objectif étant la cohésion du groupe, se rater sera impossible pour le nouveau sélectionneur. Ces absences seraient très vite montrées du doigt en cas de contre-performance, mais le sélectionner prend ses responsabilités : « C’est mon choix, mais je respecte ces grands joueurs. Ce n’est pas une élimination définitive. La porte reste ouverte. » Cependant, le Maroc possède une bonne colonne vertébrale avec comme homme fort le défenseur de l’Udinese Mehdi Benatia. Comme numéro 10, le montpelliérain Younes Belhanda devra se charger de faire tourner l’équipe, tandis qu’en attaque, c’est El Hamdaoui qui se chargera de mettre les buts. L’attaquant de la Fiorentina pourrait bien être la bonne surprise de la compétition. Malgré son peu de temps de jeu en Italie, il a déjà fait preuve de nombreuses prouesses techniques et inscrit trois buts.

De son côté, l’Angola se présente avec un effectif bien huilé. Sans grande stars, mais avec des joueurs qui se connaissent. La plupart évolue dans le championnat angolais. Et on le sait, en Afrique plus que partout ailleurs, le collectif prône sur l’individualisme. Un Didier Drogba est capable de tomber en finale contre la Zambie. La Zambie, qui d’ailleurs, l’Angola a battu en match amical, avant la compétition. Qualifié aussi difficilement que le Maroc (défaite 3-1 puis victoire 2-0 en barrages contre le Zimbabwe, les Palancas Negras visent, pour le moins, selon le président de la fédération Pedro Neto, les quarts de finale.

Relatifs

From the web