thumbnail Bonjour,

Logé dans le groupe de la « mort », le Togo d’Emmmanuel Adebayor compte bien jouer de vilains tours aux cadors d’Afrique lors de la CAN 2013. Les Éperviers ont de l'ambition.

Le Togo n’avait plus participé à un tournoi majeur depuis la Coupe d’Afrique 2010 et le terrible attentat des rebelles de l'enclave de Cabinda contre la sélection togolaise. Un drame qui avait plongé le Togo et l’Afrique dans un deuil déchirant et qui précipita la retraite  internationale (certes éphémère) de sa star Emmanuel Adebayor.

En matière de ballon, Emmanuel Sheyi Adebayor est le Togo. Entre ses premiers pas en sélection en 2000 et son retour pétri de péripéties en 2013, l’attaquant de Tottenham n’a cessé de grandir. Après avoir fait ses armes sur le Rocher, Adebayor a conquis la capitale Londonienne et en même temps le cœur de six millions de Togolais. Six ans après ses débuts, Adebayor fut l'un des principaux artisans de la qualification de l'équipe du Togo pour sa première Coupe du monde en 2006 en marquant onze buts lors des éliminatoires. Un exploit qui promettait des lendemains radieux à cette talentueuse génération vert et jaune. Absents lors de la CAN 2008, forfaits en 2010 après la tragédie de Cabinda, éliminés par un futur adversaire (Tunisie) au tour préliminaire de la CAN 2012, les Eperviers renaissent de leur cendre.

«Le président a su me convaincre»

En froid avec la Fédération Togolaise, l’ancien pensionnaire du Real Madrid était partie sur l’idée de ne pas disputer la CAN 2013. Il a fallu l’ingérence du Chef de l’Etat pour le faire revenir sur sa décision.«Une CAN est un événement que tout joueur africain souhaite jouer (...) Le président a su me convaincre». Un retour qui a entrainé celui de Kossi Agassa, portier rémois qui boudait aussi la sélection. Le président de la Fédération, Gabriel Améyi a œuvré pour le retour de deux des piliers de l’équipe. A côté de ses controverses bureaucratiques, le football tient tout de même sa place dans les débats. Un football enfin mature, une génération, naguère, expérimentée qui aura à cœur de rapporter un brin de chaleur dans le contexte sociétal actuel togolais. Le groupe de Didier Six, âgé de 25 ans est un mariage prometteur entre l'expérience et la fougue. Une fougue que symbolisent l’auxerrois Prince Segbefia, Sapol Mani ou encore le lillois Kalen Damessi. Ce dernier évolue en CFA malgré un contrat pro de 3 ans en poche. Un talent précoce. Comme en témoigne son premier but en sélection lors de son premier match en tant que titulaire face à la Libye (1-1) dans le cadre des éliminatoires du Mondial 2014. « On a un bon groupe qui travaille bien, on donnera tous lors de la compétition » tel l’état d’esprit du groupe selon Kalen Damessi.



« On a en mémoire les évènements de Cabinda »


Toute l’Afrique se souvient de la tragédie de Cabinda. Le 8 janvier 2010, le bus de l’équipe togolaise était mitraillé par des autonomistes dans une enclave du territoire angolais. Un bilan d’au moins deux morts, des blessés et un profond traumatisme chez les Éperviers et au sein de la population. Un souvenir encré dans la mémoire des joueurs qui les pousse à se surpasser sur le terrain. « Le peuple togolais est derrière nous on a en mémoire les évènements de Cabinda. Tous les joueurs sont motivés pour donner le meilleur de nous-mêmes» se confiait Kalen Damessi à Goal.com. " L'ambiance du groupe est très bonne. On ne se préoccupe pas de tout ce qu'il y a autour. On travaille et ce qui gravite autour ne nous intéresse pas." Interrogé sur le retour d'Adébayor le joueur formé à Toulouse a déclaré "On est ravi qu'il soit parmi nous" C'est un modèle pour moi, pour le groupe avec les autres anciens." A l'approche de la compétition, le groupe togolais parait soudé à en croire les mots du vestiaire. De bon augure, car il faudrait s’employer pour sortir de ce groupe. «On est le petit poucet du groupe, il y a des belles équipes dans le groupe. Il n’y a pas que la Cote d’ivoire, l’Algérie et la Tunisie sont de sérieux candidats. A nous de montrer ce qu’on sait faire » déclarait le jeune Lillois. Le Togo commencera sa compétition contre les finalistes de l’édition précédente. Déjà un match décisif pour les joueurs de Didier Six, dans un tournoi où il n’y a désormais plus de petites équipes.

 

Relatifs

From the web