thumbnail Bonjour,

Nous poursuivons notre liste de top 50 de la saison. Au rang numéro 39, on y retrouve le latéral gauche brésilien Marcelo, qui sort d’une grande saison avec le Real.

Bienvenue sur le Top 50 Goal.com ! Les journalistes du monde entier de Goal.com  ont voté pour les 50 meilleurs joueurs de la saison 2010/2011. Jusqu'au 21 août, nous ferons les portraits de chacun d'entre eux, jusqu'au dernier, le meilleur !

La saison 2010/11 en Espagne, mais aussi en Europe, a été largement marquée par les confrontations très accrochées entre le Barça et le Real Madrid. La venue de José Mourinho chez les Merengue y est certainement pour quelque chose. Le technicien portugais a su habilement insuffler un nouvel état d’esprit et un style de jeu plus efficace à la formation castillane. Des changements qui pourraient être synthétisés par le défenseur Marcelo. Irrégulier durant ses premières années dans la capitale espagnol, le jeune Brésilien s’est montré, cette fois, extrêmement performant tout au long de la saison.

Conquérir les si exigeants fidèles de Bernabeu n’était pourtant pas gagné d’avance pour Marcelo, qui fut trop longtemps desservi par les comparaisons avec un certain Roberto Carlos. Néanmoins, l’idée qu’a eu The Special One de le replacer sur le flanc gauche de la défense alors qu’il avait évolué l’année d’avant en tant qu’ailier sous la houlette de Manuel Pellegrini s’est révélé être ingénieuse. A ce poste, l’ancien défenseur de Fluminense a retrouvé toutes ses repères, de même que son plaisir de jouer.

"Lors d’un sondage organisé par Goal.com en juillet, 70% de nos lecteurs ont désigné Marcelo meilleur latéral que son nouveau coéquipier, Fabio Coentrao."

Comme latéral, Marcelo a pu marcher sur les pas de tous les grands arrières de couloir dans son pays. Il serait prétentieux de dire qu’il est de niveau de Roberto Carlos ou de Carlos Alberto, mais on le voit déjà très bien faire de l’ombre à ses deux autres compatriotes du secteur concerné, en l’occurrence Maicon et Daniel Alves. Contrairement à ce duo, il évolue à gauche et c’est ce qui lui a permis de se démarquer et aussi susciter l’admiration de toute l’Europe.
LE MOMENT DE LA SAISON

 quaHUITIEMES DE FINALE DE LA LIGUE DES CHAMPIONS : REAL MADRID 3-0 LYON
En mars dernier, le Real s’est qualifié pour les quarts de la Ligue des Champions pour la première fois depuis 7 ans. Marcelo y est pour beaucoup. Lui qui a brillé de milles feux lors du 8e contre Lyon, marquant un but et offrant, en outre, deux passes décisives à Karim Benzema.

Comme tous les joueus de qualité ayant évolué à son poste, Marcelo sait parfaitement faire la part des choses entre attaquer et défendre. Durant la saison écoulée, il a d’ailleurs les quelques manquements qu’il avait sur ce plan-là. Ainsi, on l’a vu multiplier les courses dans tous les sens dans son côté. Ce ne fut pas tout le temps efficace, certes, comme en témoigne sa prestation ratée lors du premier Clasico de la saison contre le Barça (5-0). Mais, Marcelo a su continuellement se retrousser les manches pour se relancer et reprendre son ascension. Les Lyonnais peuvent en témoigner. Eux qui ont énormément du mal à le stopper lors du dernier 8e de finale de la Ligue des Champions.

Au printemps, et comme c’est le cas de tous les grands joueurs qui se respectent, Marcelo a encore hisser son niveau de performances, jouant un rôle dans la belle fin de saison réalisée par le Real. Son rendement lors du match contre Tottenham en Ligue des Champions fut époustouflant, de même que celui qu’il réalisa lors des matches contre le Barça par la suite. Séduit, Mourinho n’arrivait d’ailleurs plus à se passer de lui. Seule ombre au tableau pour Marcelo c’est qu’il s’est aussi distingué par quelques réactions d’anti-jeu, comme sa célébration à l’expulsion d’un adversaire (Peter Crouch).

"Etre aussi provocateur et entreprenant dans une équipe qui possède déjà des bêtes comme Pepe et Cristiano Ronaldo en dit long sur la motivation qui anime Marcelo et son faim de succès."

A 23 ans, Marcelo peut encore apprendre et progresser, même s’il a récemment donné l’impression d’avoir atteint le sommet de son art. Ce qui pourrait l’amener à se transcender encore plus c’est la concurrence. Mourinho l’a peut-être déjà compris en enrôlant cet été le Portugais Fabio Coentrao. Au coté d’un élément si prometteur, le natif deRio De Janeiro va se donner à fond à chaque fois qu’il aura l’opportunité de jouer. La réciproque est, évidemment, également vraie. Pour le Real, c’est tout benef’.

.

Relatifs

From the web