thumbnail Bonjour,

L’international portugais n’est peut-être pas le plus grand joueur de tous les temps. Mais, incarne-t-il l’assemblage parfait entre le physique et la technique ?

Quand à la fin de l’année dernière, Sepp Blatter a malencontreusement étalé sa préférence pour Lionel Messi au détriment de Cristiano Ronaldo, il avait provoqué une pluie des critiques. Personne n’a vraiment compris le parti pris de celui qui est censé être impartial, et qui plus est à quelques semaines de la divulgation du lauréat du Ballon d’Or.

Le président de la FIFA avait défrayé le chronique en déclarant que le numéro 10 du Barça était « un  bon garçon » et que c’est ce qui faisait qu’il était si « populaire ». Involontairement, il a souligné que, bien que toutes les marques publicitaires s’arrachent aujourd’hui la star portugaise, celle-ci a depuis longtemps perdu la bataille de la relation avec le public et le duel pour le titre du plus grand joueur du XXIe siècle. Aux yeux de ses détracteurs, le plus grand « crime » de Ronaldo semble être simplement le fait qu’il n’est pas Lionel Messi.

Même quand il s’agit de comparer les qualités et les caractéristiques de chacun sur le terrain, Lionel Messi a manifestement toujours l’avantage en raison d’un « facteur X » mystérieux. Un certain Diego Maradona a même écrit le mois dernier que « Cristiano peut faire ce que Lionel Messi fait…Enfin, presque ». La légende du football argentin s’est gardé de donner plus de précisions sur ce que c’est ce « presque ».

Au sortir de la saison 2013-2014, affirmer que le natif de Madère manque quelque chose pourrait presque paraitre le ridicule, tant ce dernier a été époustouflant durant cet exercice. Il a inscrit un total de 51 buts, dont 11 inscrits soit de la tête, soit de celui que l’on considère son « faible » pied gauche. Enfin, il a enrichi son armoire personnelle d’une médaille de vainqueur de la Ligue des Champions et d’un Ballon d’Or.

Nous parlons ici d’un grand champion et qui se trouve aussi être le prototype d’un footballeur parfait ; un mélange idéal de physique et de technique, un joueur de style et de substance. Comme l’a si bien fait remarquer Michael Owen, Cristiano Ronaldo a tout. « En tant que joueur complet, je dirai qu’il est probablement le meilleur de l’histoire », a confié l’ex-international anglais à Goal, « il est rapide, il marque des buts, il a les deux pieds, il est puissant et il peut scorer de la tête. Il est aussi solide et joue tous les matches. Il n’y a rien qu’il ne peut pas faire ».

Bien sûr, être un joueur complet ne signifie pas nécessairement être le plus grand de tous les temps. Un jour, George Best, un ancien Ballon d’Or britannique, avait osé clamer : « je suis meilleur que Pelé car je peux tirer des deux pieds ». Mais, et alors qu’il y a certains qui prétendent que l’ancien ailier de Manchester United était plus naturellement doué que la légende du Brésil, il n’y a presque personne pour affirmer que Best mérite d’être élevé au rang de celui qui s’est montré aussi fort mentalement qu’il ne l’était physiquement et ce au cours d’une carrière qui fut aussi longue que brillante.

Quand il faut déterminer la grandeur d’un joueur, il n’y a pas que les capacités techniques qui sont prises en compte. Le physique, la polyvalence, la mentalité et l’intelligence footballistique doivent également être considérés. Cependant, il faut reconnaitre que Cristiano Ronaldo remplit une grande partie, si ce n’est l’ensemble, de tous ces critères.



Physiquement, il n’y a quasiment personne qui arrive à lui tenir comparaison. Avec ses 1m85 et ses 80 kg, il possède la fusion optimale de la puissance et la vitesse et que l’on retrouve généralement chez les boxeurs de la catégorie mi-lourds. La musculature impressionnante de son haut de corps lui donne un avantage et une flexibilité dans les duels, tandis que ses cuisses d’un sprinteur de 100 mètres lui permettent non seulement de générer suffisamment de force pour frapper le ballon avec la même explosivité des deux pieds, mais aussi d’avoir un tremplin nécessaire pour des sauts et des extensions à des hauteurs étonnantes et de longue durée. Enfin, il possède aussi la qualité qui semble être la plus appréciable de nos jours, à savoir la dévotion et la passion pour ce métier. Tous ceux qui l’ont croisé assurent que c’est un énorme professionnel.

Ronaldo a été incontestablement béni par la nature. Cependant, il a tiré profit de ses capacités à un degré maximum. Le Français Thierry Henry a admis une fois que si « Lionel Messi est le meilleur joueur du monde, je respecte la quantité du travail que Cristiano abat pour peaufiner son jeu ».

Depuis qu’il a intégré le centre de formation de Sporting à l’âge de 11 ans, Ronaldo a très certainement parcouru un très long chemin. Il n’est plus ce petit gamin frêle avec un répertoire inépuisable de dribbles qui a terrorisé les joueurs de Manchester United lors d’un match amical à Lisbonne au cours de l’été 2003. A 29 ans, il est aujourd’hui un véritable athlète. La preuve du travail acharné qu’il a réalisé et auquel Henry faisait référence.

Ses attributs, Ronaldo n’hésite de les exhiber sous les feux des projecteurs. En mai dernier, il a ainsi fait apprécier son remarquable corps en enlevant son maillot après le but inscrit en finale de la Ligue des Champions contre l’Atletico Madrid. Il est incroyablement fier d’un corps qui a même attiré les éloges d’Arnold Schwarzenegger. « Il est dans une forme étonnante. C’est pourquoi il est un si grand joueur », avait lâché l’ex-Mr Univers.

Les célébrations torses nues de Ronaldo sont souvent considérés comme de la vanité, voire de l’arrogance. Mais on peut aussi mettre en avant sa condition physique impressionnante en considérant que c’est une source de force mentale, autant qu’une source de force physique. Comme le disait Stanley Matthews dans son livre « le Magicien du dribble », « la remise en forme c’est la confiance ». Cela laisse croire que meilleure soit son apparence, mieux il joue et mieux il se sent. Et on ne peut pas contester le fait que lors des grands matches, lors des six ou sept dernières années, Ronaldo a toujours su répondre présent. La pression n’a jamais été un problème pour lui. Du moins pas depuis qu’il a fait connaissance d’un certain Sir Alex Ferguson à Manchester United.



« Lorsque j’ai rejoins l’équipe, le manager m’a demandé quel numéro je voulais ? », raconte Ronaldo, « j’ai dis le 28. Mais Ferguson m’a dis : « non, tu va  avoir le 7. Et le fameux maillot a agi comme une sorte de motivation pour moi. J’ai été forcé de vivre avec ce grand honneur ».

Toutefois, et alors qu’il a souvent sorti de grands matches avec Manchester United, mais aussi le Real Madrid et le Portugal, Ronaldo n’a jamais été vraiment capable de sublimer un match à lui tout seul, de dicter le tempo d’une rencontre et être le maitre sur le terrain pendant 90 minutes de jeu. C’est pourquoi il existe quand même un petit doute quant au fait qu’il soit le joueur le plus complet de l’histoire.

Johan Cruyff, par exemple, était le footballeur total à l’époque du football total. Tout comme Ronaldo, Cruyff était un ailier de métier. Mais il était tellement plus que cela. Il n’était pas seulement un acteur clé sur les plus grandes scènes de jeu, il était un vrai guide sur le terrain. Sa compréhension du jeu, de l’espace et du mouvement était tellement profonde que dans le livre « Orange brillant », il a décrit son rôle comme celui d’un « maitre d’échecs capable de jouer 20 parties différentes en même temps ».

Cruyff était un produit d’une philosophie de football révolutionnaire, basée sur le principe que chaque joueur peut évoluer dans toutes les positions. Pourtant, c’est ce que faisait Alfredo Di Stefano, deux décennies auparavant. « Il était, en même temps, le point d’ancrage de la défense, le meneur du jeu en milieu de terrain et l’attaquant le plus dangereux aux avant-postes », expliquait à l’époque le coach italien Helenio Herrera à propos de la flèche blonde.

Il est difficile de voir Ronaldo se démultiplier et pouvoir afficher une telle polyvalence et une discipline tactique aussi variées sur le terrain. Mais on ne sait jamais, surtout lorsqu’on connait l’insatiable désir qu’a le Portugais de s’améliorer et approcher constamment la perfection. La semaine dernière, il avait d’ailleurs affirmé vouloir continuer à jouer au moins jusqu’en 2021.

Aura-t-il suffisamment de temps pour prouver qu’il est le joueur le plus complet de tous les temps ? Qui sait ? Une chose est sûre, il n’a rien à perdre en tentant d’essayer.

Cliquez ici pour retrouver la liste complète de Goal 50 2013-2014

VOTRE AVIS

Êtes-vous d'accord avec notre classement des 50 meilleurs joueurs de la saison 2013-2014 ?

Sinon, suivez toute l'actualité du Goal 50 ce mois-ci, donnez-nous vos points de vue sur le débat en commentant ci-dessous, et en prenant contact sur Facebook ou Twitter en utilisant le hashtag #Goal50.

Relatifs

From the web