thumbnail Bonjour,

Les départs de Loïc Remy, Moussa Sissoko ou encore Mapou Yanga Mbiwa soulèvent une question. Qu'est ce que les derniers d'Angleterre ont de mieux que nos premiers?

En quelques journées, l’Angleterre vient d’arracher plusieurs internationaux français à la Ligue 1. Après Loïc Remy parti à QPR, dernier de Premier League, Newcastle vient, en une journée, de recruter Moussa Sissoko, et Mapou Yanga-Mbiwa (Et peut-être même Yoann Gouffran), deux internationaux français qui quittent notre beau championnat pour aller jouer dans la Perfide Albion. Mais une question se pose, pourquoi tous ces joueurs préfèrent-ils jouer dans les bas-fonds de la Premier League plutôt que dans leur pays natal ?

De Newcastle à NouveauChateau

Tous ces joueurs viennent donc d’arriver en Premier League, le championnat le plus relevé du monde. Dans quelques semaines, Debuchy, Yanga-Mbiwa et Sissoko rencontreront Chelsea et Tottenham, tandis que Loïc Remy ira jouer d’abord Manchester City, puis United en à peine un mois. S’ils étaient restés, ils auraient rencontré Nancy, Reims, Lorient ou encore Rennes. Bref, nos petits français vont avoir le privilège de jouer dans les semaines à venir face à, Carlos Tévez, Robin Van Persie, Gareth Bale ou encore Franck Lampard. Ils auraient serrés quelle main en restant ? Karaboué ou encore Fauvergue. Le choix est vite fait. Adel Taarabt le disait avec l’arrivée de Remy, pour jouer un gros match en Ligue 1, il se qualifier en Ligue des Champions, ou attendre la double confrontation avec Paris. En Angleterre, les matches face aux grosses écuries ont lieu chaque semaines, les derbys y foisonnent, quoi de mieux pour évoluer ?

Car il faut aussi souligner que dans le plan de carrière de ces joueurs, végéter dans le bas du classement de Premier League, n’est pas un objectif de longue durée. Le but étant de se faire remarquer le plus vite possible auprès des grands clubs anglais, et pouvoir continuer leur escalade vers le sommet.

Mais une autre chose peut choquer. Comment ces petits clubs de Premier League peuvent-ils s’offrir des internationaux titulaires dans les plus grands clubs français ?

Très simple, les présidents de ces deux clubs sont des nouveaux riches. Pour Newcastle, Mike Ashley, arrivé en 2007, a eu du mal à se faire accepter par le public. Transformant le bon vieux Saint James’ Park en spot publicitaire. Il n’a réussi à se faire aimer des fans que l’année dernière, quand il a finalement décidé d’ouvrir son porte-monnaie. Les résultats ont suivi puisque les Magpies ont terminé cinquième de Premier League.

A QPR, on a le droit à Tony Fernandes, un multi-entrepreneur ayant fait fortune dans l’aviation, le Malaisien détient selon Forbes une fortune de 615 millions de dollars. Quand en plus, il est épaulé par le magnat de l’acier, Lakskhmi Mittal, qui fait tellement jaser en France, lâcher quelques millions devient beaucoup plus facile.

Face à cela, difficile de faire le poids pour les pauvres équipes françaises qui font tout pour dégraisser les effectifs. Surtout que les clubs ne savent pas vraiment jouer avec l’affectif des joueurs. Remy presque chassé de Marseille, Sissoko non convoqué pour Paris quand il hésite à prolonger, et quand on se fait traiter d'âne par son président, forcément, l'envie de voir d'autres pâturages nous démange.

Relatifs

From the web