thumbnail Bonjour,

Le directeur général du PSG, Leonardo, a fait le point sur l'actualité du club de la capitale dans un entretien accordé à l'Equipe.

Leonardo s'est longuement confié à nos confrères de l'Equipe, ce mercredi. Le directeur sportif du club de la capitale est revenu sur l'actualité du PSG. Des rumeurs du mercato à la situation sportive du club, l'ancien entraîneur n'a esquivé aucun sujet. Extraits.

"Ronaldo ? Rien de concret, mais tout est possible"

Le directeur sportif s'est d'abord penché sur le cas Nenê, qui devrait quitter le club cet hiver. «C’est lui qui va décider où il ira. Mais s’il reste, il reste. Il a réussi de belles choses mais aujourd’hui, il a 31 ans et on a six joueurs dans le même rôle, qui sont plus jeunes et ont une marge de progression (…) A Paris, il y a de la concurrence et il faut l’accepter.» a, t-il expliqué. Mais lorsqu'il s'agit d'évoquer le mercato, les rumeurs les plus folles circulent pour le PSG. Parmi celles-ci, évidemment, Cristiano Ronaldo. «Le PSG est devenu un club où tout est possible. Mais il a un contrat encore long avec le Real Madrid et on ne part pas comme ça d'un club comme le Real. Il n'y a absolument rien de concret. Il y a zéro contact. Mais aujourd'hui, quand on parle d'un départ d'un grand joueur comme lui, il n'y a que quatre ou cinq clubs où cela peut se passer et le PSG en fait maintenant partie.» Quant à Messi, le directeur sportif le voit rester toute sa carrière au Barça...

Quid d'une recrue au poste de défenseur latéral ? «Avec Jallet, Maxwell, Van der Wiel et Armand, je pense qu'on a ce qu'il faut. Dans le futur, on va y penser, mais pas maintenant. (A la question de savoir si Ashley Cole était une opportunité) Non. Patrice Evra, c'est non aussi.» En attendant d'autres arrivées, les départs pourraient donc se multiplier. « Nene, Sissoko, Lugano, Hoarau et Tiéné. Hoarau (qui s'est engagé au Dalian Aerbin, un club chinois), il reste des petits détails donc on attend. Nene, il a des possibilités au Brésil (Santos notamment) et au Qatar (Al-Arabi). Après, s'il va dans un club qui est dans le marché, on va discuter. (...) C'est lui qui va décider. On va l'aider à choisir mais s'il reste, il reste. (...) Sissoko, il y a six mois, il était capitaine. Après, il s'est blessé, et le Matuidi d'aujourd'hui n'existait pas. Il joue tous les matches, Verratti n'était pas là, il a conquis son espace et Thiago Motta aussi. C'est moins évident pour lui aujourd'hui. Sissoko a donc demandé à partir. On regarde si on peut trouver des solutions mais s'il n'y en a pas il restera ici.»

Mais le dirigeant est également revenu sur d'autres sujets. La Ligue des Champions, par exemple, ou le club nourrit de légitimes ambitions. « C’est sûr que le Barça est le favori, mais on peut aussi se dire qu’on est à sept matchs de la victoire finale » En ce qui concerne l'influence de Zlatan Ibrahimovic, le Brésilien n'a pas tari d'éloge. « Ibra n’est pas qu’un grand costaud, il a tout. Il est payé pour faire du Ibra et il l’a fait en marquant dix-huit buts.Si Ibra et Thiago n’étaient pas heureux ici, ils ne joueraient pas comme ça. Après, des joueurs peuvent retourner d’où ils viennent. Et alors ? Ce n’est pas la mort. D’autres arrivent. » Enfin, le directeur sportif a évoqué le changement de logo du club. Un sujet sensible. "Ce n’est pas parce qu’on réfléchit à changer le logo du club qu’on ne respecte pas l’histoire, explique-t-il. Le PSG l’a déjà changé cinq fois. Des grands clubs l’ont changé dix fois. Je crois que cette fausse idée vient de la perception de l’argent, du pouvoir que l’on a et que l’on peut tout casser. Mais ce n’est pas vrai. Le respect est là. Moi, je suis là pour l’histoire du club. », a t-il expliqué, tout en rappelant que Nasser El-Khelaifi est le seul patron à bord. Le message est passé.

A lire également :

Toute l'actualité de la Ligue 1


Relatifs

From the web