thumbnail Bonjour,

Ce matin, la presse transalpine fait écho d'un probable départ de Daniele De Rossi, et soumet l'hypothèse d'un éventuel échange avec Verratti...

Ce n'est un secret pour personne : entre Zeman, nouvel entraineur de l'AS Roma et Daniel De Rossi, légende du club, ça va mal. Selon la presse italienne, en off Daniele discuterait les méthodes de travail de son nouveau coach et remettrait en cause sa légitimité. Zeman, qui est déjà lancé sur son grand classique : avoir la meilleure attaque du championnat, mais aussi la pire défense ! Le Zem' lui reproche à son joueur son manque d'investissement : "Il y a des vieilles hiérarchies qui ne comptent plus, il faut que les joueurs fassent preuve d'engagement, et ne pensent pas qu'à eux." s'exprimait-il en conférence de presse après le match face à l'Atalanta (2-0). Selon la presse transalpine encore, il serait impossible à la Roma de vendre De Rossi de son plein gré, peureuse du retour de bâton de ses supporters. C'est pourquoi, elle attendrait tout simplement que son joueur demande de lui même le départ... Alors Zeman tenterait-il de faire tout simplement péter un plomb au petit Daniele ?

Derrière les Alpes, on parle même d'un éventuel échange entre Marco Verratti et le joueur de la Roma, qui retrouverait le coach qui l'a fait éclore à Pescara, cela paraitrait surprenant, mais après tout, avec le PSG, tout est plus ou moins surprenant non ?! Affaire à suivre !

Départ envisageable ?

En temps normal, tout devrait rentrer dans l'ordre et le petit Daniele retournera dans le rang, de peur de voir un divorce prononcé qui lui ferait perdre son amour de toujours : Totti, la Roma ou le Pape. Mais c'était sans compter sur les appels du Paris-Saint-Germain qui reviendrait à la charge, tombé sous le charme du milieu de terrain italien, ayant aussi le désir d'ouvrir une colonie italienne au sein du club. Les arguments sont nombreux pour séduire Daniele et surtout, si le transfert devait tourner autour d'un nouveau montant démesuré, ce n'est pas comme si Paris était dans le besoin. D'ailleurs, quand on regarde le staff parisien et la composition d'équipe, on se dit que Paris c'est en Série A ? Ou que Paris c'est un peu Rothschild. A voir si oui ou non, De Rossi quittera la Roma, pour déclarer son coeur à un nouveau club, lui l'homme fidèle depuis tant, et qui avait déjà refusé le Real Madrid, faut-il le rappeler.

Pourquoi De Rossi ?

Car déjà De Rossi c'est tout simplement la classe ! Le nom est classe, le joueur est classe, bref le top ! On imagine déjà les poses de beaux-gosses sur le nouveau calendrier du PSG avec Ibrahimovic et De Rossi en sous-vêtements, pour le bonheur de ses dames. Mais surtout, tactiquement Daniele entre en parfaite adéquation avec le milieu de terrain parisien, à savoir : un travailleur axe gauche, un travailleur axe droit devant un numéro 6 technique : Verratti, pas Sissoko hein, dans un 4321. Dans le cas ou le PSG quitterait son 442 du moment, pour revenir à un système semblable à celui du Milan fut un temps ou de la Squadra Azzura : Marchisio et De Rossi œuvrant à la protection de l'architecte Andrea Pirlo, et dans le cas ou Verratti ne partirait pas ! Dans cette configuration on imagine que Carlo Ancelotti alignerait Matuidi et De Rossi pour permettre à Verratti de pouvoir faire des grigris mais surtout pour être dépositaire du jeu ! Mais pour le moment, après avoir éclaboussé les écrans de tout son talent, et d'une palette technique affolante, Marco Verratti s'est effacé. Car pour l'instant, c'est bien du banc que Marco regarde Motta revenir et stabiliser le milieu, et Matuidi franchir tous les paliers qui se présentent à lui. Si Ancelotti conserve le 442 et que De Rossi signe, la concurrence au sein de l'entrejeu parisien sera des plus rudes, ce qui devrait causer des dommages collatéraux au sein de l'effectif. Un possible départ de Chantome notamment...

Verratti, un mal de crâne pour Ancelotti ?


Au départ Carlo ne comptait pas sur Marco, mais Leo a su trouver les mots, comme le souligne son agent : "Leonardo a cru en Marco, mais j’ai dû assurer à d’autres personnes du club qu’il allait devenir un grand champion." Il a donc fallu faire comprendre au coach parisien que le petit prodige, fort de son passage à Pescara, ne demandait qu'à éclore dans la capitale parisienne. Formé au poste de Trequartista : registre des 9,5 à la Baggio, Totti, et autres Del Piero, c'est bien repositionné devant la défense que le petit Marco a explosé. Sous la coupe de Zeman, un coach bien loin des grands penseurs qui résumeraient le rôle de sentinelle comme simple bourrin bon à récupérer des ballons, Marco a su mettre à profit ses qualités de relance et sa vision du jeu, devenant un petit maestro pour ses coéquipiers, pas si loin du registre d'un certain architecte...

Mais il n'a que 19 ans, amoureux du jeu et des beaux gestes, capable de tenter un crochet devant sa surface... De quoi filer un sacré mal de crâne à Carlo : "Quelquefois je m'énerve contre lui mais j'ai confiance en lui.. Je pense qu'il a beaucoup de confiance en ses qualités. Mais parfois, tu joues contre un adversaire agressif et tu ne peux pas prendre le risque de perdre le ballon devant la surface. Il est jeune mais il prend trop de risques. Je sais que c'est un bon joueur, utile pour l'équipe. Il va changer, c'est sûr." Ancelotti le sait, et surtout l'espère, car posséder un tel bijou devant sa défense, c'est l'assurance de ressortir les ballons proprement, en plus d'avoir une sentinelle capable de jouer juste, autant sur le jeu court que le jeu long, et ça ça na pas de prix ! Encadré par Prandelli avec la Squadra et au contact de Carlo, le petit Marco est en mutation, mutation nécessaire pour lui permettre de prendre rendez-vous avec son destin : devenir l'après Pirlo et s'imposer comme l'homme qui doit jouer devant la défense du PSG. Bien entouré, il se pourrait que les merveilles arrivent plus vite que prévu, l'exemple à suivre se nommant Matuidi. Depuis son arrivée dans le club de la capitale, l'ex-stéphanois franchit tous les paliers qui se présentent devant lui, ne cessant de progresser sur l'aspect sportif mais aussi mental, s'imposant aujourd'hui comme un joueur clef du PSG, mais aussi de l'EdF à moyen terme. Permettant à Carlo Ancelotti, de ne plus être perdu, dans les terres du milieu.

Relatifs