thumbnail Bonjour,

Entre hésitations, allers et retours, la journée du bulgare Berbatov n’a pas été de tout repos. Le matin à la Fiorentina, l’après midi à la Juve, il a finalement choisit Fulham.

7h55 : Berbatov quitte l’Aéroport international de Manchester pour une escale à Munich, à l'aéroport Franz-Josef-Strauss. C’est le club florentin qui lui paye le billet, en business class. Il est attendu à Florence pour 12h30.

11h30 :Pendant la pause à Munich, Berbatov allume son portable et voit de nombreux appels de la Juventus et de Fulham (à travers des intermédiaires, évidemment)

12h30 : Eduardo Macia, attend à Florence avec un carton où est écrit "Dimitar". Il est chargé d’accompagner l’attaquant bulgare au siège du club viola. Là-bas l’attend un contrat de trois ans pour 1,8 millions d’euros par saison.

14h20 : Berbatov n’est toujours pas à Florence, et des rumeurs naissent sur l’arrivée de la Juventus dans la course au mancunien.

14h38 : Le Bulgare tranquillise tout le monde via facebook : “Please, don't read newspapers..Only lies and speculation in the moment..”, en Français, cela donne : « S’il vous plait, ne lisez pas les journaux. Que des mensonges et des spéculations ». La suite lui donnera raison, mais pour l'instant, les supporteurs florentins respirent.

16h00 : Berbatov est toujours à Munich, Florence est incrédule et attend un signal de sa part, mais toujours rien. Pendant ce temps là, ces agents attendent une offre de la Juve.

17h00 : La propostion arrive, la Juve est sérieuse. Les dirigeants bianconeri discutent avec les mancuniens. Berbatov est toujours bloqué à Munich. Il aura sûrement eut le temps de visiter la Marienplatz.

17h45 : Seulement, les rapports entre Manchester et Turin sont tendus après le cas Pogba, arrivé gratuitement à la Juve cet été. Fulham entre dans la danse et la Fiorentina est aussi stressée qu’un jeune homme qui attend une futur copine en retart de cinq minutes lors d'un premier rendez-vous.

18h15 : Stop. Pas de Fulham pour Berbatov. Il accepte la proposition de la Juventus. Là, il jouera la Ligue des Champions, et dans un grand club. Un contrat de deux saisons et deux millions par an. C’est plus qu’à Florence. Cinq millions iront au club de Manchester. Il ne manque que l’officialité.

19h00 :  Le club turinois organise une vol privé pour amener Berbatov en Italie. Départ de Munich à 21h, arrivée à 22h50. Le club a déjà tout préparé pour les visites médicales et la présentation du joueur. On espère l’avoir déjà en forme contre l’Udinese (Dimanche, 18h00)

21h50 : « Maman, j’ai raté l’avion ». Voila le film qu’a dû regarder le Bulgare lors de sa pause à Munich. Berbatov ne montera jamais dans son avion direction Turin International Airport. Pendant ce temps là, à l’aéroport Amerigo Vespucci (Florence), on a déjà rangé les feux d’artifices, mais on se délecte du lapin posé à la Juventus. En effet, le joueur refuse l’offre turinoise et choisit Fulham. C’est sa femme Elena qui préfère l’Angleterre à l’Italie, allez comprendre pourquoi.

22h30 : Communiqué très dur des florentins envers les dirigeants turinois : « Le joueur n’est jamais arrivé à Florence, à cause d’une opération effrontée et arrogante d’une autre société, qui n’a rien à voir avec les valeurs d’honnêteté, de fair-play, d’étique du sport, et qui se situent au-delà des limites de la loyauté. » Ca c'est dit.

23h00 : S’étant senti visé, la réponse turinoise ne se fait pas attendre, et c’est signé Beppe Marrota :  « Nous avons agi avec la plus grande correction, et transparence. Je repousse les accusations du club de Florence. Nous sommes entrés dans l’affaire Berbatov quand nous avons su qu’il avait refusé la Fiorentina. ». Si Berbatov n’a jamais mis les pieds en Italie, il y a laissé une belle zizanie entre deux clubs qui ne s’aimait déjà pas forcément.

Relatifs

From the web