thumbnail Bonjour,

Lyon commence tout juste à s'activer sur le marché des transferts. L'occasion pour Jean-Michel Aulas de faire le point sur le mercato lyonnais dans les colonnes du Progrès.

Cris, Bastos, Cissokho, Lloris, Pied, Grenier, Monzon, le président des Gones a évacué tous les dossiers dans les colonnes du quotidien. Qui dit vente, dit arrivées pour l'OL. Avec des caisses qui ne permettent plus au club de recruter comme avant, Lyon est dans l'obligation de céder des joueurs pour recruter. Milan Bisevac est la première recrue des Gones. Fabian Monzon devrait être présenté demain en provenance de Nice.

Des départs qui font du bien

Cette semaine, l'Olympique Lyonnais a officialisé la signature d'Aly Cissokho à Valence. Un départ qui fait du bien aux caisses du club sept fois champion de France à en croire Jean-Michel Aulas. « En trésorerie, c’est une bonne opération puisqu’on fait entrer 6 millions (dont 1 de bonus), plus 40% d’intéressement (plafonnés à 3,5 millions) sur une revente lors de la première saison, 30 % et 25 % sur les deux suivantes. Sportivement ? L’avenir nous le dira mais on fait venir Monzon, un joueur puissant qui en rejoignant un grand club peut retrouver l’équipe nationale. » L'Argentin rejoindra officiellement l'OL lundi, où il sera présenté avec Steed Malbranque qui s'est engagé pour une saison. Selon le président lyonnais, les départs vont permettre aux plus jeunes de se montrer et d'essayer de s'imposer. « Les opérations qu’on réalise sont conformes à nos dires. On voulait changer l’état d’esprit. Mon coup de gueule (« Je ne veux plus de dinosaures de vestiaires », ndlr), je l’ai poussé en concertation avec Rémi Garde et Bernard Lacombe. Les joueurs ont bien réagi, on le voit aujourd’hui, ils saluent leurs supporters, sont sérieux, sortent moins, donnent une bonne image. On a changé de ton, Rémi Garde est moderne dans son approche et rigoureux, non pas en leur tapant dessus, mais en faisant respecter ses principes. Certains départs vont permettre à une belle génération de jeunes joueurs de s’exprimer. »

Cris et Bastos au point mort

Directement visés par la sortie d'Aulas sur les "dinosaures" et les "pharaons" du vestiaire, Cris et Michel Bastos sont annoncés sur le départ depuis plusieurs semaines. Le Parisien annonce ce matin que le premier négocierait la rupture de son contrat contre 500 000 à 800 000 euros. Une information démentie par le président lyonnais. « Il a une longue histoire avec nous, mais Rémi l’a prévenu de la concurrence à venir. Il n’a pas été sensible tout de suite à une belle offre venue d’Arabie Saoudite, après c’était trop tard. On a souhaité faire venir Bisevac, Lovren est de retour, Koné est le troisième. On a aussi Umtiti et donc cinq défenseurs centraux. S’il souhaite être libre pour négocier un autre contrat ailleurs, on trouvera une solution, mais on ne versera pas de sommes importantes pour le faire partir. Cris est l’un de ceux qui a été le mieux payé sur la durée à l’Olympique Lyonnais, le respect c’est dans les deux sens. » Quant à son compatriote brésilien, le ton est le même. Si Al-Ain est intéressé, le transfert de l'ancien lillois tarde à se faire. De quoi agacer le patron des Gones qui jure qu'il ne cédera pas son joueur à moins de 9 millions d'euros. « Déjà, il faut rétablir une vérité, il ne voulait pas rentrer à Lyon pour la reprise et voulait être transféré. Il est revenu et j’ai discuté longuement avec lui. C’est lui qui a trouvé cette possibilité d’aller à Al-Ain. Il y a eu une première offre, retirée ensuite, puis la demande d’un prêt avec option d’achat. On en est là aujourd’hui, il a un bon de sortie. S’il reste, ce n’est pas un drame, c’est même un plus pour nous, car il a du talent, mais on l’a aussi acheté très cher à Lille (18 millions, ndlr). On est resté sur les mêmes bases pour son transfert. C’est 9 millions, avec bonus. »

Lloris reste ... pour l'instant

Autre dossier chaud, celui de Hugo Lloris. Le portier français a demandé à partir avant de débuter l'Euro avec les Bleus. Annoncé tout près de la sortie avant de reprendre avec Lyon, l'international et capitaine de l'équipe de France est toujours lyonnais. Pour le moment. « J’ai encore eu un appel d’un agent ce matin confirmant l’intérêt de Tottenham. Je ne mettrai pas ma tête à couper qu’il sera ici le 4 septembre, même si je l’espère. S’il doit partir, on sera paré avec Rémy Vercoutre et Anthony Lopes », a indiqué Aulas avant d'évoquer le cas de Bafétimbi Gomis. L'attaquant veut rester à Lyon cependant le club ne serait pas contre le céder si une offre intéressante se manifestait. « On peut mettre de l’ordre d’autant qu’on n’est pas en Ligue des Champions et ce n’est quand même pas moi qui n’ai pas réussi à nous qualifier ! C’est un manque à gagner de 25 millions. On a des offres pour Gomis. Des représentants anglais étaient vendredi à Annecy (contre Evian-TG, 1-1, 3e journée, ndlr). Je sais que Rémi ne serait pas enchanté de le perdre mais il y a des questions économiques, et l’on a des joueurs dans ce registre avec Lisandro, Briand, Lacazette et le jeune Benzia qui frappe à la porte. » Enfin, Jean-Michel Aulas en a profité pour balayer la rumeur qui envoyait Lisandro Lopez à la Fiorentina. « C’est impossible qu’il nous quitte, même en cas de grosse offre. J’ai toute confiance dans le joueur et l’homme, qui est exceptionnel. Il a le cœur à l’OL et l’OL a le cœur à Lisandro. » Voilà qui est dit.

Relatifs

From the web