thumbnail Bonjour,

Retour sur la carrière de l’homme aux pieds de velours, la dernière gourmandise en date de José Mourinho et du Real Madrid. Petit voyage dans le temps…


A 21 ans, Ozil a déjà beaucoup montré au monde du football et promet davantage. Lui qui est arrivé à Schalke 04 en adolescent, quitte le Werder et la Bundesliga en footballeur accompli. Voici son histoire en images de Gelsenkirchen jusqu’à Madrid. Ses exploits dans l’Euro des -19 ans avec la jeunesse dorée allemande en 2009, ses échelons gravis à Schalke et cet appel de Joachim Löw enfin, face à l’Azerbaidjan, à Bakou en aout  2009. La suite vous la connaissez.






Le Globetrotter de Gelsenkirchen/posait Ainsi Mesut Özil avec le maillot de Schalke 04, son premier club en tant que professionnel en Allemagne. Il y a fait ses débuts  lors de la campagne 2006/2007, à  seulement 17 ans, et a fini en disputant  quelque 30 parties de Bundesliga avec les Bleus et Blanc. Il n'a pas marqué de buts, certes. Mais on commençait déjà  à entrevoir son talent.


Il a commencé à marquer à Brême. Treize buts au total, dans 71 matchs de Bundesliga, mais Özil a atteint un objectif majeur avec le club du Weser, devenir constant.  Il a été la plaque tournante, la clef du projet de Thomas Schäaf à l’époque et avec cette équipe il a gagné la nationalité allemande


Cette douce saveur de la Champions/Lors de la campagne 2008/2009, Özil a disputé six matches avec le Werder Brême dans le tournoi continental. Sur cette image, il défendait le ballon devant  Adriano, le Brésilien dans un duel face à l'Inter de Milan. Le « Hibou » se frayait doucement un chemin vers la gloire.



Les premiers pas avec la Mannschaft/Après avoir débuté  face à l'Azerbaidjan, en 2009, Özil a commencé à être considéré par Joachim Löw comme un des joueurs avec un potentiel certain pour la Mannschaft. Sur notre image, Mesut faisait face à la Norvège dans un match amical à Oslo.



Le décollage avec les U21/Özil a été la grande étoile de la Mini Mannschaft qui a remporté haut la main le tournoi Européen de la catégorie en Suède, en 2009. Le voilà qui contrôle le ballon face à l'Espagnol Javi Martínez, un autre joueur qui, comme Mesut, sera international au Mondial de 2010.



Consacré à Brême/Après son passage mitigé à Schalke 04, Mesut s'est transformé le joueur référence dans l'équipe de Thomas Schäaf. Il a assumé les gallons après le départ de Diego et a été fondamental dans un club qui a produit un jeu sublime avec lui à la baguette.



L'explosion définitive/Pouces en haut pour Özil et pour Lukas Podolski, parce que l'Allemagne a fait un véritable festival lors du Mondial 2010. La Mannschaft en a mis quatre à l'Australie, a fourni  ensuite la même dose face à l'Angleterre et a atomisé  l'Argentine de Leo Messi. Le jeu de Mesut a optimisé celui de tous ses compagnons. A l’image de Podolski, qui avec Özil comme compagnon, a été à nouveau le « Poldi » que rêvaient voir les allemands.



Comment arrêter le Hibou ? /Le plus souvent avec des fautes comme on le voit sur notre image avec  Mascherano. Dans le cas d’une approche plus conventionnelle, il est presqu'impossible de lui piquer le ballon. Özil a un maniement exquis du jeu et un contrôle en vitesse qui casse toute velléité de défense. La Ligue va le savoir très bientôt.



Il pensait déjà à Madrid/Cette image, prise pendant la pre-saison de Brême, disait tout. Mesut Özil négociait déjà son départ à la Maison Blanche et son transfert était question de jours, peut-être d'heures. À la fin il y a eu accord entre des clubs et le Hibou a hérité du destin qu’il voulait, jouer à  Bernabéu.


A lire aussi : Ozil : "Au Real pour progresser"




Relatifs