thumbnail Bonjour,

Les éditions José Mourinho vous proposent le fascicule « Comment perdre une finale en 5 leçons ». Seulement 400 000 000, 99€ !

Par Hocine Harzoune

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la défaite sans jamais oser le demander ! Toutes les astuces, les trucs, les soluces pour perdre malgré une possession de balle supérieure, une avance d’un but et la mainmise sur le match.

Leçon numéro 1 – Ne pas aligner ses meilleurs éléments.

Vous brouiller avec votre défenseur central titulaire juste avant la finale est une bonne chose. Si vous bénéficiez du facteur chance, votre autre homme de charnière se blessera peu après. Votre égo hypertrophié vous interdisant de revenir en arrière, vous alignez un milieu défensif en fin de course sur le flanc droit et vous laissez reposer quelques minutes. Saupoudrez d’un second choix en défense central. Et voilà. Votre Essien perd TOUS ses ballons et est en retard sur le second but, votre Albiol laisse échapper Falcao sur le premier. Leçon numéro 1 assimilée.

 

Leçon numéro 2 – Se faire expulser rapidement.

Vous pensez ne pas avoir suffisamment conditionné l’avant match avec des relents aigres de luttes intestines et disputes internes ? Faites-vous expulser ! Oui vous, depuis le banc ! Le monde appartient aux audacieux n’est-ce pas ? Insultez l’arbitre lors de votre SEULE intervention du match alors que vous n’avez pas daigné levé le petit doigt quand votre équipe perdait pied après son but Effet garanti, la mauvaise humeur gagne votre équipe et vos joueurs, ce qui nous amène à la leçon 3.

 

Leçon 3 – Laissez votre meilleur joueur tomber dans le piège adverse.

Votre latéral droit perd tous ses ballons, il a tendance à laisser le flanc droit à l’abandon ? Votre équipe à du mal à franchir le double rideau adverse et s’expose en contre ? Vous avez bien travaillé. Mais attention. Il reste encore un danger. Votre meilleur joueur peut toujours sortir un geste venu d’ailleurs, un coup franc, une frappe de loin, et marquer. Laissez-le se faire happer par le piège des provocations adverses ! C’est si simple de ne rien faire, de ne lui prodiguer aucun conseil vu que nous n’êtes même plus sur le pré ! Et voilà ! Expulsé ! Bonus : il va vous tenir compagnie dans les vestiaires.

Leçon 4 – Pas de changements !

C’est du 50/50 sur le terrain ? Votre équipe peut encore l’emporter ? Vous sentez que vous devez faire quelque chose pour handicaper ses chances ? NON ! Ne faites rien, absolument rien et surtout aucun changement avant la fin du temps réglementaire. L’équipe adverse n’a pas un banc très fourni alors soyez fair-play. Ne faites rentrer les attaquants frais que quand il sera presque trop tard.

Leçon 5 – La touche finale.

Quelle maitrise ! Vous vous en sortez très bien ! La défaite n’a aucun secret pour vous. Mais vous ne pouvez pas vous permettre de juste perdre. Pas comme ça. Pas vous. Eclaboussez un peu le prestige de votre club en n’allant pas chercher votre médaille de vaincu ! Car au fond, vous avez raison, ce n’est pas  DU TOUT de votre faute si votre équipe a perdu… Vous n'êtes plus seulement un perdant, vous êtes un mauvais perdant ! Prenez place au panthéon de vos semblables tel un Raymond Domenech. Vous l'avez mérité !

Bonus Stage : Vous partez déjà ? Oh comme c'est dommage ! Jetons un oeil sur votre héritage. Copa, Liga, Supercopa...vous avez aidé votre club à faire le retard sur le Barça... on vous prendrait presque pour un gagnant ! Mais quand on y regarde de plus près, vous avez laissé plus de conflits que de titres. C'est bien vous qui êtes entré en guerre contre les arbitres à votre arrivée en Espagne en disant que le Barça joue toujours contre dix joueurs. Ensuite vous vous êtes attaqué à l'UEFA, vous avez jeté aux oubliettes vos collaborateurs pour avoir le contrôle total pour ensuite entrer en conflit avec le club en affirmant vouloir entrainer le Portugal. Vous avez offensé d'autres entraineurs, d'autres clubs comme Malaga en portant à chaque fois des coups mortels à l'institution qu'est votre employeur. Vous n'avez plus d'adversaires ? Retournez-vous contre la filière de jeunes de votre club ! Ou provoquez vos joueurs en amenant le conflit à Valdebebas, Ramos, Özil, Casillas, Di María, Benzema, Ronaldo et Pepe n'ont quà bien se tenir. sans oublier les supporters hein, mais eux n'ont aucune importance. Rien n'a d'importance tant que vous gagnez. Tant que vous gagniez...

Relatifs

From the web