thumbnail Bonjour,

Une longue blessure, des difficultés à revenir et des rumeurs de départ, rien ne prédestinait David Villa à être le meilleur partenaire de Messi. Et pourtant...

Analyse
Par Ben Hayward

"J'espère", a déclaré Jordi Roura après la victoire 3-1 de Barcelone sur le Rayo Vallecano le dimanche, "ce sera mon dernier match sur le banc." Tito Vilanova devrait revenir de son traitement du cancer à New York la semaine prochaine et prendre en charge les rênes du Barça après la trêve internationale. Et si le match de dimanche est en effet le dernier match Roura comme entraîneur par intérim, son seul vrai legs est sans doute cette connexion Messi - Villa.

Pourtant, El Guaje ne semblait plus, ces dernières semaines en odeur de sainteté au Nou Camp. Ecarté du onze de départ de Barcelone lors de la défaite chez l'AC Milan le mois dernier à San Siro, il était également absent du XI initial pour le choc de la Copa del Rey contre le Real Madrid, qui s'est terminée par la défaite des Catalans et l'élimination en demi-finale de la compétition. Son absence prolongée dans les grands rendez-vous, assez dure à comprendre surtout après une performance prometteuse aux côtés de Messi lors de la victoire 2-1 face à Séville, a divisé l’opinion divisée entre la presse et les fans du club blaugrana, cetains voyaient cette exclusion comme malavisée, d’autre comme illogique. Mais tout le monde voulait revoir l'Asturien dans l'équipe, même Messi.

Pourtant, Roura, certainement sur les conseils de Vilanova, a continué à persister avec des joueurs moins efficaces devant comme Pedro et Alexis Sanchez, tandis que Cesc Fabregas n’a pas inquiété dans son rôle central malgré des performances en demi-teinte, poussant Iniesta sur le coté gauche, pas franchement sa meilleure position.
Quand Villa a enfin été rappelé, c’était pour disputer un Clasico où le Barça n’est jamais vraiment rentré, la faute à un Xavi blessé. Il s’agissait du match à Bernabeu en championnat que le Barça a perdu 2-1 à Bernabeu.
Il a finalement été choisi pour faire face à Milan, en marquant dans l’une des sorties les plus impressionnantes de son équipe cette saison : une victoire épique 4-0 a infirmé le lien au Camp Nou. Soudain, Barcelone avaient retrouvé son plan B - il était sous le bout de leur nez depuis le début.

Dimanche, le Rayo a bien défendu au Camp Nou, mais a du céder devant le mouvement intelligent de Villa et Messi. Quand l’un revenait derrière, l'autre descendait en profondeur, et vice versa. Villa peut sembler mal à l'aise quand il joue sur le flanc gauche, mais dans ce système, il n'a pas de position fixe et évolue en électron libre sur le flanc gauche. Lui et Messi ont manœuvré à la perfection dimanche.

C'était grâce à une course à l'intérieur de l'axe gauche que l'attaquant international espagnol a ouvert le score après 25 minutes, quand il a profité d’une service milimétré de Messi et a accroché la lucarne de Ruben avant de laisser éclater sa joie.

Et il avait parfaitement le droit d’être joyeux. Ayant travaillé très dur pour revenir de sa fracture du tibia qui l'a empêché de montrer son talent pendant neuf mois, la Maravilla a dû batailler encore plus dur afin de retrouver sa place dans cette équipe où les places sont si chères.

12 minutes après le début de la seconde période, il a permis à Messi de se retrouver en position favorable sur un contre avec une passe qu'il a effectué en chutant à terre, il n'yavait pas de plainte, pas de théatre. Il s'agissait uniquement de faire le lien avec Messi qui lui, a fait le reste. Il a désormais marqué lors des 18 derniers matchs de Liga.

L’étreinte qui a suivi a montré que la paire est en parfaite harmonie à la fois sur le terrain et en dehors. Les rapports d'une rupture entre eux semblent grandement exagérée. "J'ai entendue à plusieurs reprises qu'ils ne s’entendent pas" explique Roura. "Mais cela a toujours semblé absurde pour moi, Leur relation est la même aujourd'hui qu'elle l'était il y a quelques mois... C'est-à-dire très bonne"

Roura a également exprimé sa joie de voir évoluer le tandem sur le terrain. "C'est une grande joie et nous sommes très heureux qu'ils soient si à l'aise ensemble." Pour sa part, Villa semble très heureux de participer à nouveau aux rencontres et est déterminé à prendre sa chance après un passage difficile ces derniers mois. "Je suis heureux d'avoir participé aux buts de Messi," at-il déclaré aux journalistes après le match.

Vilanova sera encore plus heureux. Le patron du Barça est de retour la semaine prochaine et devrait prendre en charge les prochains matchs de son équipe, un périple au Celta Vigo, à la fin du mois, avant la Ligue des Champions et le quart de finale match contre le Paris Saint-Germain.

Il y a une semaine, Tito aurait pu craindre une crise potentielle à son arrivée, après de mauvais résultats contre Madrid (deux fois) et Milan. Maintenant, avec les progrès en Ligue des Champions et en Liga, le passage de témoins sera moins grinçant. Et la connexion de Messi avec un Villa rajeuni représente le cadeau idéal pour l'entraîneur catalan.


Suivez Ben Hayward sur

Relatifs

From the web