thumbnail Bonjour,

Les rôles sont inversés. Aujourd'hui, c'est le Barça qui a peur du Real. Avantage psychologique pour les Merengue comme l'explique notre spécialiste...

Analyse
Par Ben Hayward | Rédacteur foot espagnol

José Mourinho dit toujouirs ce qu'il pense et on ne doit pas prendre au sérieux en permanence ce qu'il affirme. Souvent, le coach du Real Madrid utilise des conférences de presse pour transmettre des messages à ses joueurs, ses rivaux ou les médias. Mais quand il a dit en novembre 2010 que la défaite cinglante (le fameux 5-0) face au Barça avait été "facile à digérer", il ne fallait pas le prendre au mot.

Le Barça avait humilié son plus grand rival et vengé sa défaite au mains de l'Inter de Mourinho 5 mois auparavant. C'était le premier Clasico du Portugais, le pire démarrage possible et les cicatrices ont mis du temps à guérir.

Même si le Madrid de Mourinho a battu le Barça pour remporter la Copa del Rey plus tard dans la saison,ce nétait qu'une consolation car le Barça avait remporté la Liga et la Champions League and La Liga. Et le signe indien n'était pas vaincu la saison suivante avec des défaite en Coupe, Liga et même en Spanish Supercopa.

Le gain mental de Mourinho dans le CLASICO

 Prs10 premiers matchs pour MADRID contre le BARCA
Gagné
Perdu
Nul
Buts inscrits
Buts concédés
1
5
4
11
21
 7 derniers matchs contre le  BARCA
Gagné
Perdu
Nul
Buts inscrits
Buts concédés

4
1
2
14
10
Le problème était devenu psychologique et même quand Madrid battait le Barça sur le terrain, il finissait tout de même par perdre.  Jute avant le Clasico de janvier 2012, Goal.com avait parlé à une experte en psychologie du sport  Rhonda Cohen : "C'est dur de jouer contre les mêmes adversaires car vouis développez une habitude mentale difficile à briser.  Vous ne pensez même pas que vous pouvez gagner et toute cette énergie négative vous descend."

L'experte a ajouté : "La meilleure chose à faire est de changer la perception de l'adversaire. Les imaginer comme des adversaires qui peuvent être battus et ainsi se libérer de leur emprise."

Le Real a triomphé de son illustre rival deux fois en 5 jours, ce qui prouve que la fameuse et redoutable barrière psychologique a été brisée.

Mourinho a surement été très satisfait des deux succès cette semaine. il y a eu d'abord ce match à gagner à tout prix au Nou Camp  en demi-finales de Copa del Rey puis ce match de samedi avec pratiquement une équipe B, en tous cas sans Cristiano Ronaldo au coup de sifflet initial.

C'est là qu'on voit l'amélioration psychologique. Avant, le Real n'y arrivait pas même avec sa meilleure formation sur le terrain. Aujourd'hui, c'est au tour du Barça d'avoir peur.

La plus grande ironie fait que Mourinho pourrait partir ce été, juste quand il a trouvé la recette pour faire ce pour quoi on l'a engagé, battre le Barça. Au moment où, enfin, il a retrouvé l'avantage psychologique dans le Clasico, gagant 4 matchs et faisant deux matchs nuls lors des 7 derniers face à face entre les deux équipes.

Son devancier -si vraiment il part en Juin- héritera d'une formation à la mentalité forte et devra remercier le Special One pour cela. Il a fallu trois ans à Mourinho pour faire franchir à ses joueurs la barrière psychologique. C'est désormais au Barça de trouver un obstacle devant lui à chaque Clasico.

Suivez Ben Hayward sur

Relatifs

From the web