thumbnail Bonjour,

Le Real Madrid a été tenu en échec par l'Espanyol Barcelone (2-2), ce dimanche. Les Merengue confirment leurs difficultés actuelles.

Liga - 16e journée

Real Madrid - Espnyol Barcelone : 2-2
Buts : C. Ronaldo (45e+1), Coentrao (48e) - Garcia (31e), Albin (88e)

Le Real Madrid est dans le dur. Quelques jours après avoir subi un revers en Coupe du Roi contre le Celta Vigo (2-1), les Merengue ont dû se contenter d'un match nul contre l'Espanyol Barcelone (2-2). Un résultat peu flatteur qui confirme que la course au titre est désormais plus que compromise.

Le doute s'installe

Les hommes de José Mourinho allumaient pourtant la première mèche dans cette rencontre. Ronaldo tentait sa chance sur une frappe surpuissante dès la deuxième minute, imité dans la foulée par Modric (4e). Ce fut ensuite au tour d'Ozil de se distinguer dans cette entame de math animée, sans plus de succès (8e). Les coéquipiers de Casillas poursuivaient leur domination. Pepe butait sur le portier catalan après une tête sur corner (15e), et quand ce ne fut pas le gardien adverse, la malchance s'en mêlait, comme sur ce tir de Modric sur le poteau (27e). Cette domination non fructifiée laissait forcément planer le scénario, classique, d'un contre fatal. Et ce qui devait arriver arriva. Garcia, lancé en profondeur, ne tremblait pas pour ouvrir le score dans un Bernabeu silencieux (0-1, 31e). Mais Cristiano Ronaldo sonnait la révolte en reprenant un centre de Khedira pour égaliser juste avant la pause (1-1, 45e+1).

Au retour des vestiaires, le Real accentuait sa domination pour reprendre les devants au tableau d'affichage. Et si le club madrilène connait actuellement des difficultés d'efficacité, Cristiano Ronaldo reste décisif pour les hommes de José Mourinho. Déjà buteur, la star portugaise enfilait le costume du passeur pour son compatriote Coentrao, qui donnait l'avantage au siens d'un tir à bout portant (2-1, 48e). Une entame de second acte parfaite pour les locaux, qui tentaient ainsi d'aspirer les Barcelonais pour mieux les contrer. Mais par trois fois, Angel Di Maria mangeait la feuille, par maladresse d'abord (51e, 53e), puis en trouvant la barre transversale ensuite (54e). Ozil (62e) puis Callejon (71e) ne furent pas plus chanceux dans leur tentatives. Une inefficacité fatale puisque les visiteurs trouvaient la faille en toute fin de match, Albin égalisant de près (2-2, 88e). Un coup dur concluant une semaine compliquée pour les Merengue. Pas de quoi apaiser les tensions actuelles...



A lire également :

Toute l'actualité de la Liga

Relatifs