thumbnail Bonjour,

Le milieu de terrain du FC Barcelone a accordé une interview à Sid Lowe du quotidien anglais The Guardian. Iniesta s’est exprimé sur le style de jeu des Blaugrana et la Masia.

Le journaliste Sid Lowe a interviewé Andres Iniesta après la défaite contre le Celtic Glasgow lors de la 4e journée de Ligue des Champions. Le meilleur joueur d’Europe en 2012 est aussi l’un des plus titrés du football mondial. N’ayons pas peur des mots, Iniesta est déjà une légende vivante faisant partie d’une des meilleures équipes de football de l'histoire, le FC Barcelone. En plus de raconter son enfance à la Masia, Iniesta a défendu le style référence du football aujourd’hui : le « Tiki Taka ».

Son enfance à la Masia

Sur ses années passées à la Masia, Iniesta a expliqué « C’était les pires années de ma vie ». « On était à 500km de notre famille, de notre maison. Surtout quand vous veniez d’une petite commune où vous pouviez marchez sans vous perdre. Le changement a été démentiel. » Nonobstant cette nostalgie de sa province natale, Iniesta a toujours gardé le moral. « Il y avait beaucoup de nuits où j’ai voulu retourner à la maison. Des moments difficiles où je ne pensais pas pouvoir y arriver. Mais il fallait être fort. » A seulement 12 ans, il devait "se  battre". "Je suis arrivé jusqu’ici, je ne pouvais plus faire marche arrière".

Selon l'international espagnol tous les grands footballeurs « ont ce gène de compétitivité, cette habilité à surmonter les obstacles, à se battre, cette volonté de se sacrifier. Ça peut paraître facile d’atteindre le sommet, d’y rester, de jouer pour ta nation et de gagner, mais ça ne l’est pas. Tous les grands joueurs qui réussissent ont ce gène que ça soit les gros les grands les petits les beaux les moches les gentils les méchants… tous l’ont pour réussir. Je me souviens de la finale de Coupe du monde, quand l’arbitre a sifflé la fin du match, la première chose qui m’est venue en tète était la douleur. La douleur, au détriment de la Coupe du monde que je venais de gagner, je pensais à ça. C’était une année difficile minée de blessures pour moi et je ne pensais pas faire partie de cette épopée. Lorsqu’on gagne quelque chose sans sacrifice, on est content mais c’est plus jouissif de gagner quand on a galéré. La coupe du monde compte beaucoup pour moi, c’était une sacrée aventure. »


Premier militant du Patrimoine Blaugrana : Tiki Taka

“On se sent part de quelque chose de grand : on génère du football” a répondu le natif de Fuentealbilla au sujet du style de jeu du FC Barcelone. « Il est dit que c’est au milieu de terrain que le style de jeu d’une équipe se construit. En ce sens-là on se sent responsable »

Le double champion d'Europe tempère. « Ce n’est pas comme si on est en train de dire que le football est une science et que si vous jouez de telle sorte vous gagnerez » affirme don Andres. «On joue de cette manière car ça nous correspond. On n’a pas des joueurs pour jouer différemment. Les gens parlent de football pragmatique ; et bien pour nous, c’est pragmatique ! C’est la manière dont nous aimons jouer et c’est en jouant comme ça qu’on a la meilleure chance de gagner. Le football que l’Espagne et le FC Barcelona proposent ne sont pas les seules manières de jouer. La contre-attaque aussi par exemple, a beaucoup de mérite.»

En conclusion, « la manière de jouer de l’Espagne ou du Barça ne sont pas les seules options. Les différents styles de jeu font la beauté de ce sport. Néanmoins, ce que nous faisons n’est pas facile non plus! »
A qui le dis-tu, don Andres ?


Relatifs

From the web